La dépression des uns fait le divertissement des autres

[…] Ce qui me rappelle une anecdote, qui s’est dĂ©roulĂ©e un vendredi d’octobre 1987. Ce matin-lĂ , tous les mĂ©dias avaient annoncĂ© que, Ă  la suite d’une simple petite phrase d’Alan Greenspan, alors chef de la banque fĂ©dĂ©rale, le plus grand krach boursier des six dernières dĂ©cennies venait de commencer.

ae655e9f76e7219f39f0d7155a56b267

Petit Ă  petit, des milliers de gens venus de tous les coins de New York confluèrent sur Wall Street. Sans trop comprendre, les policiers observaient cette masse immobile levant le nez au ciel. Jusqu’Ă  ce que l’affaire s’Ă©claircisse : tous attendaient que les premiers brokers dĂ©sespĂ©rĂ©s se jettent par les fenĂŞtres. Les images de 1929 Ă©taient dans toutes les mĂ©moires, et nul ne voulait rater l’Ă©vĂ©nement en direct. La dĂ©pression des uns fait le divertissement des autres. Certes, une crise financière n’aurait pas amĂ©liorĂ© le sort des petites gens, mais du moins ne voulaient-ils pas manquer le spectacle consolateur des maudits yuppies s’Ă©crasant sur le bitume. La foule attendit longtemps sans que rien ne se produise. Et peu Ă  peu, une rumeur circula : il n’allait rien se passer. Personne n’allait se dĂ©fenestrer. Car depuis que la climatisation existe, il n’est plus possible d’ouvrir aucune fenĂŞtre Ă  Wall Street. Le petit peuple déçu rentra chez lui. Probablement pensèrent-ils : shit, mĂŞme les joies les plus simples de l’existence sont gâchĂ©es par la technique moderne.

Guillaume Paoli, in Eloge de la démotivation

(Couverture de l’album Dead Yuppies, par le charmant groupe Ă  guitare Agnostic Front)

A lire aussi :  MĂ©dicaments sous surveillance renforcĂ©e : liste Afssaps

Articles liés

Rentrée des classes : les maternelles

Dans la partie maternelle s’enchaînent des scènes d’apocalypse dignes des plus grands films de guerre : Des enfants qui pleurent, qui hurlent, des parents excédés, qui hurlent également. J’ai croisé un père costard-cravate, en partance pour Wall Street certainement, dans un état plus second que celui de sa gamine et qui l’injuriait.

RĂ©ponses