L’hypersensibilité olfactive rend fou : le Parfum, histoire d’un meurtrier

Le parfum, histoire d’un meurtrier

(adaptation du roman de Patrick Süskind), est diffusé ce soir sur Canal+ Cinéma9c39bb8548f36e3f6a6fa18399ee6207

Jean-Baptiste Grenouille naĂ®t en 1744. Dès ses premières heures, il connaĂ®t un destin aussi fascinant qu’effrayant.

Enfant solitaire, malade, il devient un jeune homme à part grâce à un don unique : son odorat.

Grenouille n’a pas d’autre passion que celle des odeurs, et chaque seconde de sa vie est guidĂ©e par ce sens surdĂ©veloppĂ©. Survivant misĂ©rablement, il parvient Ă  se faire embaucher comme apprenti chez les maĂ®tres parfumeurs de la capitale. Il dĂ©couvre alors les techniques et les secrets de la fabrication des parfums. Son don lui permet de composer quelques chefs-d’Ĺ“uvre olfactifs, mais son but ultime devient rapidement la mise au point de la fragrance idĂ©ale, celle qui lui permettrait de sĂ©duire instantanĂ©ment tous ceux qui croiseraient son sillage. Dans sa recherche d’ingrĂ©dients, Grenouille est irrĂ©sistiblement attirĂ© par le parfum naturel des jeunes filles. Il va aller jusqu’Ă  en tuer beaucoup pour leur voler leur odeur…

GĂ©nie monstrueux, meurtrier hermĂ©tique aux valeurs du monde, Grenouille sème la peur dans son pĂ©riple Ă  travers le pays, et ceux qu’il croise sont maudits. Son parfum absolu est dĂ©sormais son obsession. Rien ne l’arrĂŞtera dans sa quĂŞte d’un pouvoir Ă  nul autre pareil…

L’âme d’un ĂŞtre est son odeur, nous dit-on.
Les pauvres sont dégueulasses ils polluent, affirment certains.
Ou les pauvres sont rĂ©pugnants, ils puent, selon d’autres.
En politiquement correct cela se résume ainsi :
les pauvres ont du caractère.

A lire aussi :  Spinal Tap : interview de Viv Savage

Articles liés

Discothèque : open bar et barotraumatisme jusqu’au matin

Alors que Paris souffre de plus en plus de son image de belle endormie, voici qu’un arrêté autorise l’ouverture des discothèques, sur l’ensemble du territoire français, jusqu’à sept heures du matin. Cette « grand victoire » (sic) a, bien entendu, été saluée par l’ensemble de la profession. Gageons que les ORL sabreront également le champagne.

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

RĂ©ponses