Hyperacousie – acouphènes : sortir de l’isolement et avoir une vie sociale la plus riche possible

mon compagnon est atteint depuis longtemps d’acouphènes et d’hyperacousie  et , petit à petit , les portes se referment devant nous .En effet ,

il ne supporte pas , les rires aigus , les claquements de mains , la musique forte …lorsque nous sommes en société , il sort de la salle ou s’éloigne du groupe ..

Notre vie sociale s’amenuise , malgré notre bonne volonté et nos efforts .

Nos relations plus ou moins proches ne nous  nous sollicitent presque plus !

Contactez moi, si vous soufrez d’hyperacousie et d’acouphène , vous habitez la région de Nantes, même plus loin , n’hésitez pas!

Nous avons de bonnes idées pour rompre cet isolement qui se profile , des activités saines (rando dans des coins calmes , repas conviviaux , etc…ou tout simplement échanger autour d’un café !

si vous êtes conjoint d’une personne soufrant de ce handicap , nous pourrions échanger !

contactez nous !

merci

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Responses

  1. Le post date un peu mais c’est un sujet intéressant car moi même j’ai perdu une grande partie de mes “amis”.
    Ils ne comprennent pas (ou ne cherchent pas à comprendre) et souvent préfèrent la fuite au soutien. Je parle de vrai soutient, pas un envoi de texto tous les 6 mois avec un “comment ça va depuis le temps?”.
    Je ne suis malheureusement pas dans la région de Nantes mais nous pouvons échanger par mail (ou par l’intermédiaire du forum). Heureusement, tu es là pour lui et c’est déjà beaucoup.
    Cette saloperie de maladie m’a forcé et appris à relativiser, prendre énormément de recul par rapport à toute chose et à la vie.
    Il faut essayer de vivre le plus simplement, sans artifice avec ses moyens du “moment”.
    Souvent je pense aux tribus aborigènes qui n’ayant pas toutes ces tentations (cinémas, restaurants, bar…). Ils sont bien plus heureux que la plupart des Français et pourtant sont loin de toutes ces activités devenues des rêves lointains pour hyperacousiques sévères.
    Il est aussi possible d’aller mieux (avec beaucoup de temps, du travail, de la persévérance dans cet enfer…).

  2. Je suis également atteinte d’hyperacousie douloureuse et je recherche un groupe de soutien et toujours des solutions.
    Je comprends tout à fait ce que vous vivez…
    Je suis Lilloise mais je me dis pourquoi pas échanger et rien ne nous empêche un jour de prendre la voiture et de se rencontrer autour d’un café.
    Peut-être à bientôt !
    Sylvia