La mélatonine : une nouvelle piste contre la dépression

Allez, on continue à éplucher le site du Figaro, avec cette fois-ci un article intitulé La mélatonine : une nouvelle piste contre la dépression, par Catherine Petitnicolas.

Tout part d’un constat :

Il a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que 90 % des dĂ©pressifs hospitalisĂ©s et 40 Ă  60 % des patients traitĂ©s en ville prĂ©sentent des altĂ©rations importantes de l’architecture du sommeil, caractĂ©risĂ©es par un allongement de la pĂ©riode d’endor­missement, une diminution du sommeil lent profond avec des Ă©veils frĂ©quents, et des rĂ©veils matinaux angoissĂ©s et très prĂ©coces. Ces troubles vont de pair avec des modifications du rythme de la tempĂ©rature corporelle et toute une sĂ©rie d’anomalies au niveau de la sĂ©crĂ©tion du cor­tisol, de l’hormone de croissance, des hormones thyroĂŻdiennes, de la mĂ©latonine, toutes sous le contrĂ´le de l’horloge biologique interne de l’organisme.

Je vous laisse lire l’article en entier, c’est par ici [lien supprimĂ© car le contenu n’est plus disponible]

A lire aussi :  AntidĂ©presseur : mĂ©fiance !

Related Articles

Fatigue ou dépression ?

Fatigué ? Dépressif ? Déprimé ? Même si la fatigue fait partie des symptômes de la dépression, elle a ses propres caractéristiques et spécificités. Souvent liée à la charge de travail, la fatigue touche davantage les jeunes adultes actifs. Elle se manifeste par des signes physiques, psychiques et intellectuels, souvent différents de ceux de la dépression.

Lutter contre l’insomnie

Insomnie chronique ou passagère ? Comment retrouver le sommeil ? Lorsque l’on souffre d’acouphènes, un des éléments les plus perturbés est sans contexte le sommeil. Même si l’on a la « chance » de souffrir de sifflements d’intensité faible ou modérée, il est difficile de s’endormir lorsqu’un bruit aigu flotte dans l’air.

Lien entre surdité et acouphènes

Sourd aux oreilles qui sifflent…

Est-ce que toute hypoacousie est synonyme d’acouphènes ? Quel est le pourcentage de patients acouphéniques sans hypoacousie ? Et l’inverse ? Quelle est l’étiologie la plus fréquemment rencontrée pour une hypoacousie et/ou des acouphènes ? Résultats de cette étude menée auprès de 1 500 patients.

RĂ©ponses

  1. j’en prends depuis 2 ans pour dormir Ă  raison de 5 mg.
    C’est l’hormone du jet lag.
    Je ne saurais dire si cela influe sur mon moral mais il est vrai que le simple fait de dormir assez longtemps
    m’aide moralement. Il est assez rare que mon humeur soit au plus bas bien que cela arrive de temps Ă  autre.