Le cri du silence sera éternel

a6bc499f4a2b27ffe442890e15b03654

… c’est ce que l’on pouvait lire sur une gerbe de fleurs lors de l’enterrement du mime Marcel Marceau, fin septembre dernier. Sur une autre était écrit “le reste est silence”.

“Il s’est toujours défini comme un citoyen du monde avec des racines juives”, a souligné le rabbin, selon lequel le goût de Marcel Marceau pour le mime pouvait en partie s’expliquer par “la double leçon du silence et du geste” vécue durant la Deuxième Guerre Mondiale. Silence devant l’horreur des camps, son père étant mort en déportation à Auschwitz, et geste lié à son engagement dans la Résistance en 1944.

Espérons que nos “cris du silence”, à nous autres acouphéniques, ne soient que de passage.

(Ramon Cavallo AFP/Archives ¦ Marcel Marceau sur la scène du théâtre Hidalgo Garden à Mexico, le 28 mai 2000. Merci à 20Minutes)

A lire aussi :  Hyperblog : Hyperac Uzzi

Articles liés

Roberto Juarroz

Poésie verticale. Un bourdonnement de fond témoigne de la présence des choses. Nous avons besoin de la parole et du vent pour le supporter. Un bourdonnement de fond dénonce l’absence des choses. Nous devons inventer une autre mémoire pour ne pas devenir fous. Un bourdonnement de fond annonce qu’il n’y a rien qui ne puisse exister.

Réponses