Les pieds noirs, histoires d’une blessure

Les pieds noirs, histoires d’une blessure

(documentaire vu ce soir sur Planète – voir le site consacré au film ici)

Etant moi même issu d’une famille pieds-noirs, du côté de ma mère, je suis particulièrement sensible à ce type de sujets. Et force est de constater que c’est la première fois que je retrouve dans un documentaire des propos cohérents avec ce que j’ai pu entendre autour de moi. C’est violent, c’est très dur, mais ça a le goût de l’authentique. Pour une fois (enfin !), les pieds-noirs ne sont pas présentés comme des ordures ayant réduit à l’esclavage les populations d’Algérie et circulant, bague en or à chaque doigt, au volant d’une décapotable.

Représentation fantasmée mais encore répandue de nos jours, particulièrement dans la fange et les franges les plus stupides de l’extrême-gauche.

A noter, plusieurs pieds-noirs indiquant avoir sombré en dépression quelques mois après avoir – définitivement – quitté l’Algérie, un de ces pieds-noir indiquant notamment avoir séjourné plusieurs mois au sein de l’hôpital psychiatrique de Pierrefeu, dans le Var, endroit que j’entendais nommer “chez les fous” lors de mon enfance hyèroise. Résultat direct des horribles conditions de leur départ… et de leur arrivée en Métropole. Sous les huées et les quolibets, non seulement d’une partie de la population, mais aussi des autorités. Ainsi le maire PS de Marseille, cette ordure de Gaston Deferre, qui demandait aux pieds-noirs d’aller se réadapter ailleurs (lire plus bas).

Après tout, “un Français mort, c’est un Arabe libre”, écrivait par ailleurs le doux et humaniste Jean-Paul Sartre.

A lire aussi :  Nicolas Sarkozy : malaise lipothymique, vagal... ou verbal ?

Qui était coutumier de telles phrases ordurières.

Mais reste aujourd’hui adulé par des millions de personnes.

“Les années romantiques” raconte l’épopée de l’installation en Algérie. Ell décrit les conditions parfois dramatiques dans lesquelles les familles ont abordé cette terre pour en faire leur nouveau territoire :

“Les années dramatiques” retrace, après le fameux “Je vous ai compris !” de De Gaulle, le 13 mais 1958, les dernières heures des Pieds Noirs en Algérie, les drames ultimes qui vont amener à la décision du départ et à l’arrachement vers un nouvel exil :

Ce film débute sur la chasse à l’homme du 5 juillet 1962, où, dans l’euphorie des fêtes de l’Indépendance, quelques-uns règlent leur compte avec les Européens d’Oran. Des événements qui finissent de convaincre les familles pieds noirs de fuir :

_______________________________________

Extraits de Paris-presse l’intransigeant ” Dernière heure ” jeudi 26 juillet 1962.
(récupéré sur le site consacré aux événements du 5 juillet 1962, à Oran)

ec192d555c04505283fd08db7a2ae6f4

Le maire de Marseille a 150.000 habitants de trop

GASTON DEFFERRE : “Que les “pieds-noirs” aillent se réadapter ailleurs”

Il y a cent cinquante mille habitants de trop actuellement à Marseille. C’est le nombre des rapatriés d’Algérie qui pensent que le Grand Nord commence à Avignon et qui ne veulent pas quitter la ville du soleil malgré les sollicitations des autorités officielles

Cette présence massive de ces Français d’Afrique du Nord pose de graves problèmes au sénateur-maire, M. Gaston Defferre.

A lire aussi :  La misère est moderne, exigeons la dignité – Amnesty International


” Et les enfants ? Ici, pas question de les inscrire à l’école, car il n’y a déjà pas assez de place pour les petits Marseillais.

– Est-il vrai qu’il règne dans la ville de Marseille une certaine tension entre Marseillais et ” pieds-noirs ” ?
– ” Oui, c’est vrai. Au début, le Marseillais était ému par l’arrivée de ces pauvres gens, mais bien vite les ” pieds-noirs ” ont voulu agir comme ils le faisaient en Algérie quand ils donnaient des coups de pieds aux fesses aux Arabes. Alors les Marseillais se sont rebiffés. ”
” Mais, vous-même, regardez en ville : toutes les voitures immatriculées en Algérie sont en infraction… ”

– Dans certains milieux politiques de Marseille on laisse entendre qu’aux prochaines élections, grâce aux 150.000 personnes qui sont arrivées récemment, votre siège de maire risque d’être en danger?

– ” De toute façon, les élections n’auront lieu que dans trois ans et d’ici là, de l’eau peut couler sous le pont. ”
” De plus, personnellement je les attends pour la bagarre. Voilà dix ans que mes ennemis politiques essaient de me faire basculer, mais il n’y a jamais eu à Marseille un maire qui ait fait autant que moi pour l’activité économique de la ville. Et ça, mes compatriotes le savent ”

– Dans certains milieux de Marseille on prétend que vous avez à votre disposition une police spéciale, genre ” barbouzes ” est-ce exact ?

– ” Non, je n’ai pas de ” barbouzes ” à ma disposition mais simplement des militants. Ils sont groupés en section en sous-sections. Il y en a à Marseille un peu plus de 15.000. ”
” C’est la deuxième fédération de France. Et croyez-moi, ces gens savent se battre. Aux prochaines élections réunions électorales, si les ” pieds-noirs ” veulent nous chatouiller le bout du nez, ils verront comment mes hommes savent se châtaigner. “… Ce ne sont pas eux qui viendront, mais nous qui iront casser leurs réunions. ” N’oubliez pas que j’ai avec moi une majorité de dockers et de chauffeurs de taxis ! ”

A lire aussi :  Le bon sens en action

-Pensez-vous que les ” pieds-noirs ” donnent l’impression d’être politiquement organisés ?
– ” Non, pas du tout. Sinon ils auraient agi depuis longtemps. Il existe des membres des commandos Delta à Marseille, mais pour l’instant ils sont sans chefs et sans têtes de file. Ils sont donc inutilisables, du moins pour le moment. ”

– Avez-vous embauché dans vos services municipaux des fonctionnaires ” pieds-noirs ” ?
– ” Pas question que j’embauche des fonctionnaires car, depuis mon arrivée à la municipalité de Marseille, je me suis séparé déjà de 1.500 employés. ”

– Voyez-vous une solution aux problèmes des rapatriés à Marseille ?
-” Oui, qu’ils quittent Marseille en vitesse ; qu’ils essaient de se réadapter ailleurs et tout ira pour le mieux. ”

Interview réalisé par Camille GILLES.

Articles liés

Plan National Antibruit

Les transports vont être mis en sourdine. « Deux Français sur trois se disent gênés par le bruit à leur domicile, selon un sondage TNS-Sofres présenté hier par Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie. La pollution sonore des transports terrestres ou aériens est considérée comme la principale cause de ces nuisances.

Réponses

  1. Voici une histoire que j’ai également souvent entendu dans mon enfance, mes grands parents ayant eux fini par aller se “réadapter ailleurs”, loin de la mer et du soleil en région parisienne

  2. Bonjour Je suis Pieds noir et je voudrai savoir si vous pouvez m’aidez à faire connaître mon roman. Je vous joins la première page et le 4eme de couverture Merci par avance Pour se procurer le livre : [email protected] Mon blog http://moto-rando.blogspot.com/ Mon éditeur http://www.scribomasquedor.com/livres%20en%20pré-publicité.htm

    Patrick HIERARD Quand je serai grand, je ferai Berbère Éditions du Masque d’Or

    COLLECTION PAROLES D’HOMMES Laissez vous entraîner par la saga de Maurice, l’orphelin de Lorraine, qui débarque au Maroc en 1926 pour y mater la révolte des tribus d’Abdel Krim, mais Maurice déteste cette guerre coloniale. Suivez-le quand il s’opposera à l’armée américaine de Patton qui débarque au Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale. Il aime passionnément le Maroc, mais Maurice sera pris dans la tourmente de ce pays qui cherche son indépendance. Meurtres sauvages d’Européens, réponse tribale de l’armée française et c’est l’engrenage dramatique. Il échappera à des attentats, il ne vivra plus qu’avec son revolver et sa grenade dans la poche. Le calme revient, Maurice trouve sa voix au Sud marocain en aidant les fellahs à développer leur agriculture, il est aimé et respecté, Maurice c’est sur mourra au Maroc. 1965, le retour mystérieux vers la France : il découvre l’affreux nom de « Rapatriés », il est un étranger dans son propre pays, il souffre et sa famille aussi. C’est alors la longue adaptation à son nouveau pays. Maurice à 60 ans

  3. Un grand Salut au créateur de ce blog dont deux éléments fondamentaux nous rapprochent, une origine pied-noir commune et je salue au passage la qualité de l’article, sans démagogie, ni prise de position partisane et l’intérêt pour la recherche de ce si délaissé problème de santé publique que représente la pathologie acouphénique.
    Outre ma qualité de dirigeant d’un laboratoire commercialisant un humble traitement de fond destiné à soulager les symptômes liés aux acouphènes qui pourrait laisser présager un geste intéressé, je souffre moi-même d’acouphènes et demeure à l’affut de toute information objective à ce sujet afin d’alimenter également nos dossiers thématiques. Bravo, une fois encore.