Roaccutane cause de suicides ?

L’acné tue

Le Roaccutane et ses génériques – le Curacné, Procuta, Contractné, l’Isotretinoïne Teva -, traitements indiqués dans le traitement des acnés sévères, sont dans le collimateur de l’Affsaps et désormais de la justice saisie notamment par un père de famille Niçois qui attribue à ce médicament le suicide de son fils en juillet 2007. L’Afssaps évoque pour l’heure 25 à 27 suicides notifiés lors de traitement. Entre 1986 et aujourd’hui, 4 millions de patients auraient utilisé ce médicament.

Lire : Acné. Le Roaccutane et ses génériques mis en cause dans des suicides

A lire aussi :  Douleur, cruelle compagne

Articles liés

Médicaments sous surveillance renforcée : liste Afssaps

Autorisation de mise sur le marché (AMM) retirée au 1er mars : liste des 77 médicaments. Le Di-Antalvic fait effectivement partie de la liste, ainsi que d’autres médicaments anti-douleur contenant du DXP (dextropropoxyphène) comme le Propofan. Il y a également le Fonzylane / Buflomedil, ainsi que le Nexen. On y trouve aussi le Vastarel, le Trivastal qui m’a fait tant de mal ainsi que le Rivotril, l’abrutissant bien connu des personnes qui souffrent d’acouphènes !

Réponses

  1. Je ne suis pas sûre que le roaccutane soit responsable de la dépression. Quand on a ce traitement, c’est vraiment à un moment charnière de la vie, l’adolescence, où on ne se sent pas forcément bien dans sa peau, c’est assez contestable d’incriminer le traitement. Dans ma famille presque tout le monde a eu roaccutuane, que ce soit mes tantes, mes cousins, mon frere et plusieurs d’entre eux ont dû avoir après une autre dose tellement l’acné était sévère et j’ai eu moi aussi le traitement et personne n’a développé le moindre symptôme de dépression

    1. Je ne pense pas que l’article que je cite incrimine le Roaccutane et j’ai bien pris soin de placer un point d’interrogation à la fin du titre de mon billet…Ceci dit, il est assez contestable de tirer un enseignement général à partir de quelques cas isolés, non ? 😉