Roissy veut soigner son environnement

Lu dans Matin Plus du 10 septembre (Le Monde, pour Matin plus)

Nicolas Sarkozy a voulu une charte du développement durable pour l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.
Elus et riverains y voient une chance de faire reculer les nuisances aériennes.

Au centre des débats, la pollution sonore générée par le trafic en hausse.Lors de l’inauguration du nouveau satellite d’embarquement S3, le 26 juin dernier, Nicolas Sarkozy avait souhaité que soit signée une charte pour le développement durable de l’aéroport avant juin 2008. Pour la première fois, un président de la République évoquait ouvertement les nuisances aériennes : “Je souhaite que l’on fasse de la question de la pollution sonore l’exemple même d’une stratégie de développement durable. Je le dis parce que je le pense : on peut développer Roissy et mieux protéger les riverains, ce n’est pas antinomique”, déclarait le chef de l’Etat.

6ba9f0397217e14d7a8e334168342a08

L’élaboration de la charte, dont le pilotage a été confié par Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux Transports, à Jacques Dermagne, le président du Conseil économique et social, s’annonce difficile, tant les attentes des riverains et élus paraissent pau conciliables avec le développement économique de la plate-forme. La principale association de riverains, l’Advocnar, souhaite revenir au trafic de 1997, soit 450 000 mouvement d’avions par an alors que Roissy dépasse aujourd’hui les 540 000 mouvements et que les prévisions tournent à 750 000 pour 2025. “Si la charte doit se résumer à un code de bonne conduite des pilotes, ça ne nous suffira pas”, prévient Pascal Machuron, président de l’Advocnar. Les élus jouent aussi la surenchère. “On ne peut pas parler de charte du développement durable si l’on ne prend pas des engagements sur les vols de nuit, l’idéal serait un couvre-feu comme à Orly”, déclare le socialiste Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse et président de l’association Ville-Aéroport.

A lire aussi :  Les Montagnes du Silence

A doirte aussi, les attentes sont fortes. “Le débat doit aborder la question d’un troisième aéroport. Tout le monde nous dit que le trafic européen va doubler dans les vingt ans, c’est une question d’encombrement du ciel”, prévient Yanick Paternotte, le député UMP de Roissy. Le dossier du troisième aéroport a été enterré par le gouvernement Raffarin et le président de la République s’est bien gardé de le déterrer. “Je souhaite que l’on concentre la réflexion sur ce sujet du développement durable de Roissy avant de songer au troisième aéroport”, déclarait en juin Nicolas Sarkozy.

“La charte doit assurer le développement de Roissy sans augmenter les nuisances, mieux : les diminuer. Le but est de trouver un point d’équilibre, cela risque de ne pas satisfaire tout le monde”, prédit Yanick Paternotte. Jacques Dermagne va devoir jouer les équilibristes.

Articles liés

Plan National Antibruit

Les transports vont être mis en sourdine. « Deux Français sur trois se disent gênés par le bruit à leur domicile, selon un sondage TNS-Sofres présenté hier par Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie. La pollution sonore des transports terrestres ou aériens est considérée comme la principale cause de ces nuisances.

Nicolas Sarkozy : malaise lipothymique, vagal… ou verbal ?

Nicolas Sarkozy a subi hier un malaise. Vagal, lypothimique, d’effort, de surcharge de travail… On en sait suffisamment aujourd’hui : le Président est surmené en plein mois de juillet. Pourtant, aujourd’hui, le malaise persiste. Mais il est d’une autre nature.

Comment l’expliquer ? Et serait-ce une opportunité dans notre lutte contre les acouphènes ? Oreille malade vous dit tout !

Réponses