Se soigner ou conduire, il faut choisir

Médicaments dangereux pour la conduite d’un véhicule

Un peu plus de 3 % des accidents de la route seraient imputables à la prise d’anxiolytiques, d’hypnotiques, d’antiépileptiques et d’antidépresseurs, selon une vaste étude menée auprès de plus de 70 000 conducteurs par une équipe de l’Inserm en association avec l’Agence française de sécurité sanitaire des produits (Afssaps), l’Assurance maladie et l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (INRETS).

A lire sur Doctissimo :
Plus de 3 % des accidents de la route imputables aux médicaments

A lire aussi :  Bonheur chimique, bonheur toxique

Related Articles

Mépronizine, somnifère dangereux

Danger Mépronizine ! Risque d’intoxication et effets indésirables neurologiques. La réévaluation du rapport bénéfice/risque de la Mépronizine, un somnifère indiqué dans l’insomnie occasionnelle chez l’adulte, a conduit l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) à modifier ses conditions d’utilisation.

Wikipedia du médicament : Meamedica

Méamédica, un Vidal participatif. Alors que l’Autorité française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) est accusée d’avoir réagi tardivement aux dangers du Mediator, un nouveau site internet, Méamédica, propose de « soutenir le patient » en consultant notes et avis des internautes sur les médicaments.

Réponses