Un autre regard est possible. Une autre langue aussi.

Pierre Alexander, cĂ©lĂšbre membre du bientĂŽt culte groupe The Bank, vient de se lancer dans l’aventure du blog, avec A look at the world. ƒil nocif, verbe corrosif, il invite le lecteur Ă  porter un regard diffĂ©rent sur le monde actuel, loin de la soupe fade et aseptisĂ©e que l’on nous sert dĂ©sormais Ă  longueur de journĂ©es. Un antidote salutaire Ă  l’encĂ©phalogramme plat d’une ClĂ©mentine Autain, pour ne citer qu’elle.

Le filou se permet mĂȘme, dans son dernier billet, un clin d’Ɠil Ă  mon intention, allant jusqu’Ă  citer le nom de mon ancienne agence… l’ « excellente agence Wunderman« , du groupe Young & Rubicam – ce n’est pas moi qui le dis mais Richard Menneveux sur son blog 😉

Agence au sein de laquelle, d’ailleurs, j’avais apportĂ© ma modeste contribution Ă  un projet qui avait fait pas mal de buzz Ă  l’Ă©poque – oui, Pierre, du « buzz » ! -, Ă  savoir le Dialector.
1f6a4cff03f6e2c8d6f37904b7e60218


Voici ce qu’en disait fort justement Terra Economica Ă  l’Ă©poque :
Glory glory, Allelluia ! L’évĂ©nement littĂ©raire qui va rĂ©volutionner cette rubrique est survenu : le Dialector 2004 vient de sortir chez Wunderman Paris. Soit un recueil plus que roboratif des termes de la communication et de l’entrepreneuriat : “dĂ©ceptif”, « aspirationnel », « overpromising », etc. Tous ces franglismes d’une hideur presque surrĂ©aliste, qui peuplent le quotidien des cadres, sont dĂ©sormais rĂ©unis en un opus cauchemardesque. Une mine pour les linguistes de demain, qui se pencheront sans doute sur la dĂ©viance amoniaquĂ©e du champ lexical de nos dĂ©cideurs Ă  l’aube du XXIe siĂšcle… Reconnaissons Ă  l’agence de conseil en marketing Wunderman un sens aigu de la dĂ©rision, comme en tĂ©moigne les petites phrases qui illustrent son dictionnaire et que ne renierait pas Agrippine, l’adolescente branchouillo-nĂ©ologisante de Claire BrĂ©tĂ©cher. Car l’idĂ©e astucieuse est d’exporter ces atrocitĂ©s dans le vocabulaire courant. Exemple : « J’ai trop faim, je vais aller faire un peu de datamining dans le frigo… » ou encore « Lucie, arrĂȘte de post-rationaliser, ça saoule… ». Un dĂ©lice qui fait frĂ©mir.

A lire aussi :  Mon blog kikoololisĂ© !

Oui, Pierre, sache le : « nous autres » sommes capables d’auto-dĂ©rision.

Ou pas.

Comme disent les jeunes.

Related Articles

RĂ©ponses

  1. Pour la définition de « nocif », tu peux ouvrir un dictionnaire. Si, si. Une version papier, pour changer.

    Une autre solution pour comprendre « oeil nocif » est d’aller lire le blog de ce monstrueux Mister Alexander. Tu es loin d’ĂȘtre idiot, tu comprendras donc rapidement ce que j’ai voulu dire.

    PS : ClĂ©mentine Autain, en plus de ne pas ĂȘtre une lumiĂšre, est sous-cultivĂ©e. Je m’Ă©tonne qu’un homme comme toi ne lui en tienne pas rigueur.
    Ah, suis-je bĂȘte : tu me disais que c’est une belle femme.
    Macho, macho man ! 😀

  2. petit filou !
    Non seulement la camarade Autain est loin d’ĂȘtre « sous-cultivĂ©e » mais elle arrive Ă  m’intĂ©resser au fĂ©minisme et lĂ , faut faire fort !
    Que veux-tu ? J’ai un faible pour les pasionarias, surtout les blondes.
    Je vais lire son bouquin, ça me vaccinera peut ĂȘtre.