Aide au diagnostic par recoupement d’infos.



  • Aide au diagnostic par recoupement d’infos.

    a2a6211d09aff568a46eb67b9daf8967?s=1&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar fontevraud mis à jour Il y a 1 année, 4 mois 2 Membres · 3 Messages
  • 62e23a673758297fab8dad20445f14ab?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar

    almea

    Membre
    15 janvier 2019 à 20 h 12 min

    Bonsoir 🙂

    Premier post ici.
    Acouphénique depuis un mois, et ayant un ORL dont l’optimisme et le caractère expéditif ont frustré mon besoin de préciser un diagnostique, je me dis que, en matière d’hypothèses pertinentes, les plus avisés sont peut-être les acouphéniques eux-mêmes, du moins ceux habitués à brasser de l’infos sur le sujet.

    Cherchant ainsi à optimiser mes démarches thérapeutiques, voici donc quelques renseignements concernant mon cas:
    – acouphènes apparus en même temps qu’une légère céphalée accompagnée de douleurs cervicales (symptômes inhabituelles pour moi, mais qui n’ont duré que les deux premières semaines).
    – Quelque jours avant ces premiers signes, j’ai très probablement subi un trauma auditif en écoutant une vidéo au casque dont l’intro musicale agressive était d’un volume très supérieur à la norme de celle que je visionnais juste avant. L’exposition n’a duré même pas une seconde et je me suis remis du choc très vite comme si de rien n’était. Le son traumatique a jaillit principalement à gauche, côté où j’ai au moins 90% de mes perceptions acouphéniques.
    – les bruits que je perçois s’apparentent exactement à ceux que pourrait produire une pièce rempli de circuits électriques. Ça grésille et oscille plus que ça ne siffle de façon continue. Les fréquences sonores prédominantes sont aiguës et cristallines, mais je peux aussi percevoir derrière une nappe sonore plus grave, semblable au bruit de ventilation d’un ordi, le tout homogénéisé par une sorte de léger chuintement comparable à du bruit blanc. L’ensemble peut aussi donner l’impression d’un chant de grillon au loin dans la nuit mêlé à un chant de grenouilles. L’intensité tend à augmenter au cours de la journée.
    – L’exposition au vent et au froid semble attiser mes ac.
    – Mes acouphènes semblent amplifier la perception de certaines fréquences sonores environnantes, même à faible intensité. En revanche, pas d’hyperacousie.
    – J’ai remarqué que lorsque j’appui avec mon doigt une partie de mon oreille gauche, en bordure de l’orifice externe, j’entend objectivement un léger craquement, comme si le cartilage était craquelé à cet endroit.
    – Dès les deux premières semaines, j’ai pris : des corticoïdes (10 jours) , une supplémentation en magnésium et zinc, du Ginko Biloba. Aucuns effets notables jusqu’à présent.

    Merci d’avance.

  • 62e23a673758297fab8dad20445f14ab?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar

    almea

    Membre
    15 janvier 2019 à 21 h 31 min

    J’oubliais :

    – Pas de perte auditive d’après l’ORL, si ce n’est un très légère altération côté gauche (5%) que j’avais déjà il y a cinq ans.

    Ce qui me questionne surtout, c’est de déterminer si une cause d’ordre mécanique entre en jeu dans mes symptômes (hypertension artérielle, trouble postural au niveau squelettique, etc).

  • a2a6211d09aff568a46eb67b9daf8967?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar

    fontevraud

    Membre
    16 janvier 2019 à 11 h 28 min

    Bonjour,

    D’après ce qui te décris, le plus probable est en effet que l’incident sonore au casque soit la cause initial de tes acs. Inutile de chercher trop avant, a priori, l’explication du “pourquoi”, tu l’as déjà. Après, savoir exactement qu’est-ce qui c’est passé au niveau de ton oreille moyenne/oreille interne qui explique l’apparition ou la persistance de tes différents acouphènes, c’est une toute autre histoire. Les pistes sont multiples, mais à force d’expérience, ont fini par acquérir deux ou trois vérités fondamentales.

    L’une d’elle est qu’il ne faut pas faire confiance aux audiogrammes pour les histoires d’acouphènes. D’une part parce que très peu de praticiens savent (ou sont équipés pour) faire des audiogrammes précis et d’une part parce qu’ un audiogramme ne montre pas les pertes auditives cachées, causes initiales de la plupart des acs.

    Une autre est qu’il est très facile de se perdre en conjecture sur les causes mécaniques, d’autant plus qu’elles sont multifactorielles, notamment pour des acouphènes multiples. Des acs, c’est comme un jeu de domino : un problème initial (en l’occurrence un petit trauma sonore), enclenche un truc (une myoclonie par exemple) qui se couple avec un autre truc (un problème de trompe d’eustache) qui influe sur un troisième bidule (un problème de pression barométrique) etc… Sans compter le cerveau qui vient mettre son grain sel et qui avec le stress induit par les acs vient mettre le bazar dans l’équilibre des systèmes nerveux. Bref, c’est bien de faire un check-up pour vérifier les pathologies évidentes, mais il ne faut pas trop se prendre la tête outre mesure sur le “comment”.

    Dernière idée, c’est que le temps est ton ami (ou ton ennemi si tu n’as vraiment pas de chance). Tout ce qui touche aux oreilles demande une patience de sage tibétain pour se résorber. Pour que des améliorations arrivent, lorsqu’elles arrivent, il faut compter en semaines, en mois, voire en années.

    Bon courage cela dit 😉


Affichage des publications 1 - 3 de 3

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant