Evolution de mes acouphènes : partage de mon expérience

  • Evolution de mes acouphènes : partage de mon expérience

    0bcf3d205c583323f5feba1613c03608?s=1&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar madcub mis à jour il y a 10 mois 1 Membre · 1 Publier
  • 0bcf3d205c583323f5feba1613c03608?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar

    madcub

    Membre
    23 décembre 2020 à 16 h 24 min

    Bonjour,

    Il y a maintenant 1 an et demi, j’ai eu un gros trauma sonore me provoquant une forte hyper acousie, une perte d’équilibre pendant 1 semaine, des sensations d’oreilles bouchées pendant plusieurs mois, des douleurs plus ou moins supportables pendant plusieurs mois aussi et surtout des acouphènes très pénibles.

    Je partage mon expérience car, à mes débuts je cherchais des réponses sur internet et les forums (dont celui-ci) pour trouver des réponses, mais je n’arrivais pas vraiment à trouvé ce que je recherchais. Je m’étais donc juré de venir partager mon expérience sur ce forum dans un an ou deux que les choses est évoluer ou non. Ce témoignage est donc plus axé pour les « nouveaux » touchés par un traumatisme sonore.

    Pour ma part tout a commencé lorsque j’étais en stage en Chine, où j’étais allé en boite de nuit. Sauf qu’en Chine, les normes de sécurités ne sont clairement pas les mêmes qu’en France. Lorsque je suis rentré, le son était vraiment fort, plus fort que les boites en France, mais ça n’avait pas l’air d’effrayer mes camarades donc je suis resté (pire erreur de ma vie).

    Je suis rester dans la boite de 00h00 à 5h00 environ. Alors que je pensais que tout allais bien (J’avais tout de même bien bu donc le jugement est forcément altéré) lorsque je sors de la boite de nuit, j’entend clairement plus rien. On est dehors à 5h du matin et avec mon ami on est obligé de crier pour s’entendre parler alors qu’il y a un grand silence dans la rue. Là, je comprends que ce n’est pas normal, mais je me dis que le « lendemain » ca ira mieux. Je me couche, avec ce sifflement dans l’oreille qui est souvent là quand je sors de boite de nuit, mais cette fois ci il est plus fort.

    Le lendemain je me réveille, et là, surprise, l’acouphène est toujours là, ça me stresse un peu mais pas non plus tant que ca. En revanche, j’ai des pertes d’équilibre et une sensation d’oreille bouchée. Je décide de me raser et je dois arrêter car le son du rasoir électrique est insupportable, pareil pour l’eau de la douche (hyper acousie). Je m’inquiète et pendant la journée, alors qu’on se baladait avec mes amis dans pékin, je fais un peu des recherches sur le net et vois qu’il faut consulter dans les 48h. Ce que je fais (j’ai du arriver vers la 40 ème h). On me donne le traitement standard en me disant que d’ici 5 jours tout sera réglé. Sauf que 5 jours plus tard rien à changé, c’est même pire.

    Je vais sauter les différent rdv que j’ai eu après car ça n’a pas trop d’importance. Ce qu’il faut savoir, c’est que les acouphènes m’étaient très oppressants. J’avais l’impression d’avoir un moustique coincé dans l’oreille gauche et entendant un autre sifflement dans les deux oreilles. J’avais des douleurs au oreilles qui arrivaient à des moment dans la journée, qui se transformaient parfois en migraines. Je ne pouvais pas entendre une bouteille plastique se faire écraser sans me boucher les oreilles.

    Les 3 mois qui ont suivi étaient difficile à vivre, mais j’avais compris quelque chose. Mon acouphène dépendait de mon état de fatigue et de stress : il était donc relier au mental. Je savais que si je craquais mentalement, j’allais perdre la partie. J’ai donc lutté et résister pour ne pas céder à la dépression et autre. C’était très difficile car on a du mal à se concentrer au travail, on ne peut échapper au son etc. Au début on test même ses acouphènes en regardant s’il évolue ou non. On se bouche les oreilles dans les lieux bruyants pour voir s’il est toujours là. On regarde des forums et des reportages (et on prend peur).

    Mais rapidement, dans ma lutte, j’avais décider de combattre les acouphènes, mais surtout l’hyperacousie que je trouvais plus handicapante. Je sortais donc dehors et évitait de m’enfermer pour éviter le bruit. Il faut savoir qu’en Chine c’est très bruyant, à tel point que quand je suis rentré en France j’avais l’impression d’entendre que mes acouphènes. Au début c’était une lutte constante avec le bruit, un rien me tuait les oreilles. Mais à force d’y faire face et surtout en y allant à mon rythme j’ai réussi peu à peu à me désensibiliser. Un peu comme une séance de sport ou on essaye de dépasser un peu ses limites chaque jour pour être mieux préparer la prochaine fois. Au total, ça m’a pris 6-7 mois pour complètement me désensibiliser. Mais au bout de 3-4 mois c’était déjà bien, les seuls bruits qui étaient encore trop fort pour moi étaient plus du genre Klaxon et sirènes. Aujourd’hui il ne reste que les bruits très aigues comme la vaisselle ou la fameuse craie sur le tableau qui sont difficile à supporter, mais au final, avant le trauma c’était déjà presque comme ça donc ça me va.

    Pour ce qui est de l’acouphène, j’ai décidé de ne plus lutter mais de l’accepter, faire comme si c’était normal. Au début c’était compliqué mais avec le temps ça à marché. D’ailleurs ça à si bien marché que je ne l’entends plus du tout (car le cerveau y est pour beaucoup), les seuls moments où je l’entends sont quand je le cherche ou alors dans les endroits vraiment très silencieux (comme juste avant de me coucher). Mais c’est un peu comme le bruit du frigo, on finit par l’accepter et même parfois à l’apprécier. Pour ma part, je préfère même dormir avec des boules quies plutôt que d’entendre les bruits extérieurs et le masquer.

    Pour les douleurs et oreilles bouchées, tout part tout seul mais en générale ça prend une année.

    Aujourd’hui je vis comme avant, je n’ai plus aucun problème à cause de ça. La seule chose qu’il faut faire pour avancer plus rapidement, c’est d’arrêter de lui accorder de l’importance. Plus vous lui en donner, plus il sera là. Donc essayer d’arrêter les reportage et les forums tous les jours. Et essayer de ne pas vous boucher les oreilles pour voir s’il est toujours là, car oui il l’est. Mais, dans le cas d’un trauma sonore, sachez que si c’est votre premier jours il y a de fortes chances que tout parte le premier mois, et que si ce n’est pas le cas, sur le plan mental tout s’arrange dans l’année qui suit en général. Enfin, le plus important est de ne pas se dire « Quand je pense qu’avant je n’entendais pas ce bruit », il ne faut pas se concentrer sur le passé mais le présent. Faite comme si il avait toujours été là

    Juste un conseil, si vous allez voir un ORL pour vos acouphènes, allez directement voir un spécialiste des acouphènes comme coopacou. Car, en France, j’ai eu le droit à « je viens de vous faire les tests et vous entendez trop bien, c’est pour ça que ça vous est arrivé, oubliez le, ça passera tout seul ». Autant dire que j’étais révolté. Après j’ai pris un rdv sur Paris (j’habite à LYON) avec un ORL de coopacou, mais le jour où je suis arrivé je suis tombé sur une remplaçante qui apparemment ne l’était pas. Bon elle était gentille et a quand même essayé de me donner des cachet pour la circulation du sang dans les oreilles. Puis j’ai directement pris rdv avec le Docteur Timsit à Paris, et enfin, j’étais pris au sérieux. Il m’a donné un traitement qui selon moi, a un peu amélioré la situation.

    Voilà, j’ai essayé de détailler toutes les choses sur lesquelles je me posais des questions quand je venais d’être victime du trauma sonore. Si vous avez d’autres questions, j’essayerais de repasser de temps en temps pour y répondre.

    Pour info j’ai 23 ans, et oui l’âge compte. Malheureusement, plus vous êtes jeune, plus vous avez de chance que ça s’améliore sur le plan physique et mental.

Affichage des réponses 1 de 1

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant