Mon parcours d’acouphénique débutant

  • 62b079cc5a7ff bpthumb

    admin

    Organisateur
    8 juillet 2014 à 9 h 36 min

    Dans la série “la science affirme, jusqu’à qu’une découverte prouve qu’elle avait tort”… Je viens de lire dans Science & Vie une brève :

    Mille milliards : c’est le nombre d’odeurs que le nez humain réussit à différencier. […] ce chiffre phénoménal, bien plus grand que les 10 000 senteurs que l’on croyait, depuis 1927, être la limite de notre odorat.

    Autrement dit, hier encore, un spécialiste de l’odorat aurait soutenu que le nez humain distingue 10000 senteurs, pas plus. Et aujourd’hui ce chiffre est réévalué à 1000000000000. On n’est donc plus du tout dans les mêmes ordres de grandeur.

    Du côté des acouphènes, il y a dix ans les spécialistes disaient qu’un acouphène faisait 5 à 10dB, grand maximum 15dB, jamais plus, et qu’environ 5% des acouphéniques, pas plus, se plaignaient de leurs acouphènes. C’était la Vérité, c’était comme ça, il fallait l’admettre.
    Aujourd’hui, suite à de nouvelles études (sachant qu’auparavant il n’y en avait pour ainsi dire aucune), on nous dit qu’un acouphène fait 20 à 25dB grand max, jamais plus (rappel : l’intensité double tous les 3dB), et qu’environ 20% des acouphéniques, pas plus, se plaignent de leurs acouphènes. C’est la Vérité, c’est comme ça, il faut l’admettre.

    La suite au prochain épisode donc 😉

  • c7eefaecaf4858aadbf5c866baf7dae3 bpthumb

    parle-moi-vrai-sinon-tais-toi

    Membre
    21 juillet 2014 à 9 h 33 min

    Merci pour tes investigations, tes infos, le temps que tu prends, Admin, pour nous prévenir de toutes ces anomalies médicales. Et j’ajouterais même, à l’heure de notre ère (l’ère du scientifique prétentieux qui prétend tout savoir alors qu’il lui manque 96% des données qui permettent une analyse réelle !!), que ces anomalies sont en réalités BIEN VOLONTAIRES !!

    Au vue de la différence des chiffres… on ne peut même plus parler de différence…
    J’en ai les mots coupés… 1000 milliards… C’est carrément une nouvelle vérité découverte, contre un mensonge qui à malheureusement longtemps sévit…
    Et au vue de toutes ces anomalies, les scientifiques intellectuels dominants, et non pas les scientifiques minoritaires et intelligents, se prétendent encore, tout puissant, à CHACUNE de leur minables recherches non assez développées… non assez investies par le flux de l’intelligence…
    A chacune de leur recherches investies par le pouvoir du profit, ils clament “leur vérité”. Des vérités fausses que le gouvernement nous oblige à avaler depuis notre naissance… afin de mieux canaliser la vie en société et permettre une cohabitation ente chaque citoyen…
    Des vérités fausses dont le but n’est pas la guérison… mais la création de molécules capables de faire semblant de soigner d’un côté et de détruire de l’autre. Et ce, pour le plaisir de l’industrie pharmaceutique. Combien de journalistes ont déjà risqués tout ce qu’ils ont, pour nous prouver l’existence de toutes ces anomalies… ? Une bonne partie d’entre-eux, font un travail formidable… de claire-voyance pour nous autres… citoyens peu avertis des vérités fondamentales de ce monde… Juste pour que nous sachions enfin ce qu’il se passe vraiment dans ce monde…

    Et de quelle intelligence s’agit-il, que celle de persister comme des aveugles volontaires, à se baser sur des chiffres qui datent de 1927 alors qu’aucune technologie supérieure n’existait dès lors pour faire de profondes investigations ??? !!!

    Cette persistance de la part de certains scientifiques, dans de tels vieux, obsolètes, désuets, primitifs, préhistoriques chiffres, alors même que le corps médicale reconnaît paradoxalement, depuis longtemps, que leur investigations, SONT, officiellement insuffisantes, prouve tout simplement, leur véritable mentalité. Une mentalité de mensonge par le moyen de la manipulation ! D’un côté, ils reconnaissent que leurs recherches sont vraiment insuffisantes, et qu’ils ne connaissent finalement, presque rien du domaine ORL… et de l’autre, ils osent affirmer que pour le moment, c’est suffisant, et justifié, d’agir comme ils agissent, quand ils essayent de prodiguer des pseudo-soins à un patient !
    L’intelligence voudrait que, lorsque l’on reconnaît, ne presque rien savoir, d’un domaine, que l’on fasse aussi l’effort alors, de ne pas affirmer, que le peu que l’on sait maintenant, soit forcément reconnue comme une quelconque vérité absolue, à appliquer à tout bout de champs !!
    Mais le scientifique, avant d’être scientifique, n’est-il pas, d’abord, uniquement qu’un homme, qu’une femme ? Avec ses faiblesses et ses orgueils pour le dominer ? Existe-t-il un métier, une fonction capable de canaliser les sentiments humains qui font l’homme ? Non. D’où la nécessité d’être prudent en tout temps face à des Hommes…
    Car nous sommes bien obligés de le rappeler, l’Homme est un loup pour l’Homme…
    Donc un prédateur. Un chercheur de profit. Un être prêt aux mensonges, à la manipulation, à l’ignominie pour arriver à ses fins. Quitte à créer des maladies, des analyses fausses, ou loin de la vérité… du moment que la domination par l’argent est là… Pour une bonne partie des scientifiques et du corps médicale, c’est aujourd’hui tout ce qui compte.
    Les exemples ne manquent pas. Alors maintenant que nous savons toutes ces tristes choses… comment récupérer notre confiance en des êtres aussi infâmes ? Car c’est infâme oui, d’êtres autant diplômés, de le revendiquer si haut et si fort, à la première place du podium, d’être donc inexcusables ! Et de se vautrer, derrière autant, de soit-disantes erreurs en tout genre !
    Finalement, ce genre de recherches contredisant d’autres recherches, ne sont que pour souvent, le fruit de manipulations bien réfléchies aux buts bien réfléchies.

    Et nous… qui les croyions…
    Mais heureusement, il existe toujours, cette minorité de bonnes personnes qui, quelque soit leur métier… quelque soit leur douleurs personnelles, quelques soient leur doutes, n’abandonnent jamais leur honneur d’humain, contre ce peu de reconnaissance sale, d’argent sale et de gloire sale. Grâce à eux, les recherches avançent enfin pour de vraie… et nous donnent enfin de vraies réponses à nos questions médicales…
    Merci à chacun d’eux… pour leur travail, pour leur efforts, et pour leur honneur !!
    Maintenant, nous savons que le nez est doté d’une capacité hyper complexe… et que lorsqu’il est malade… il peut certainement bloquer la transmission de plusieurs millions milliards d’information dont il est responsable… et ne plus être capable de jouer son rôle d’alerte… En effet, s’il ne capte pas qu’il est en train de respirer une odeur dangereuse, comment pourra-t-il en avertir le cerveau et le cerveau en avertir le corps pour se défendre ? Les toxines se promènent alors dans nos organes tranquillement et, tranquillement aussi, font petit à petit, leur rôle de destructeurs progressifs… touchant petit à petit toutes les cellules… mêmes les plus insoupçonnés…
    Créant ainsi des dysfonctionnements jusqu’alors insoupçonnés…

    Merci Admin… pour ta série intriguante de « la science affirme, jusqu’à qu’une découverte prouve qu’elle avait tort »… Et je le dis… on a pas finit de voir la suite… de toutes ces anomalies… malheureusement…

  • a0ba5a473efb0c47cdc1e2398227bf98 bpthumb

    free

    Membre
    2 août 2014 à 15 h 48 min

    Bonjour à tous,

    Cela fait bien longtemps que je ne suis pas intervenu, et que je ne vous ai pas répondu, et je vous prie de bien vouloir m’excuser pour cela.
    Mon absence était à la fois volontaire et involontaire !
    Volontaire, car je voulais prendre un peu de recul par rapport à ce que je vivais. Je me rendais compte que mes acouphènes étaient très variable au cours de la journée, et d’une journée à l’autre, et je voulais me laisser un peu de temps pour bien digérer tout ça et prendre un peu de recul sur ma situation. Aussi, je voulais vraiment éviter pendant une période d’avoir à penser à mes acouphènes, en tout cas le moins possible.
    Involontaire, car je voulais intervenir plus tôt, mais tout un tas d’événements m’ont plongé dans un vortex spatio-temporel assez incroyable !

    Bref, toujours est-il, que voici de mes nouvelles.
    Globalement, cela va beaucoup, beaucoup mieux. Mes acouphènes sont toujours présent, mais j’apprends vraiment à vivre avec, à les ignorer la plupart du temps. Au début, je me rendais compte que je les oubliais pendant 5 minutes, et rien que ça, je me disais “c’est cool, tu tiens le bon bout”. Puis ces 5 minutes sont devenus 10 min, puis 15 min, puis 30 min etc. Et maintenant, je ne me rends compte de mes acouphènes que quelques fois dans la journée, et évidemment le soir au coucher. La plupart du temps, j’ai un casque sur les oreilles avec de la musique, qui m’aide à ne pas y penser.
    Pour autant, ils restent variable, et quand il y a un “pic”, difficile de les ignorer, mais j’essaie vraiment de ne pas y prêter attention, de ne pas y donner de l’importance.

    Fait absolument remarquable : depuis que je tape ce texte, j’ai l’impression que mes acouphènes sont 10 fois plus présent que d’habitude ! Je pense vraiment que le fait d’en parler, et d’écrire à leur propos, renforce notre attention inconsciemment sur ce phénomène. C’est assez incroyable, jamais je n’avais focalisé autant sur mes acouphènes que depuis que je tape ce texte !

    Donc voilà, loin de vous donner de quelconque conseils, pour ma part en tout cas, je sais qu’il est possible d’arriver à ignorer ses acouphènes une bonne partie de la journée, il faut vraiment avoir une attitude positive, vraiment de lâcher prise, se focaliser sur autre chose… J’ai d’ailleurs repris à fond des passions que j’avais un peu mis de côté, et pour lesquelles j’ai retrouvé un regain d’énergie et de motivation assez incroyable. Les acouphènes me donnent aussi beaucoup plus envie de profiter de la vie à fond, de vivre le moment présent, de ne rien regretter.
    Evidemment, je serais le premier ravi s’ils pouvaient disparaître définitivement, mais je sais qu’ils n’impacteront pas ma vie de façon importante, qu’ils n’auront pas d’influence négative sur mon bonheur, et parfois même au contraire.

    D’une manière générale, mes acouphènes ont été assez bas dans l’ensemble, même si cela est rarement durable, et je suis conscient que c’est bien plus facile à ignorer lorsqu’ils sont bas, que lorsqu’ils sont fort. Mais même assez fort, cela n’est pas impossible. C’est beaucoup plus dur, mais pas impossible. Et quand on les ignore, le signal faiblit à nouveau.
    Pour reprendre ce que disait Admin, il est évident qu’il doit y avoir des différences objectives assez sensibles entre plusieurs acouphènes, et je ne saurais prendre mon cas pour une généralité. J’ai conscience d’avoir sous doute de la chance par rapport à certains. Néanmoins je suis persuadé, même plus, convaincu, que la part subjective joue pour beaucoup dans notre perception de notre propre acouphène. Même s’il est objectivement à 20 dB, on peut le sentir à 40 dB si on focalise dessus, s’il nous stress, etc.

    J’espère que mon message peut apporter un peu d’espoir, mais surtout pour dire de gardez une attitude positive, et vraiment, d’essayer de vivre un maximum en y pensant un minimum, et ça veut dire, en parler le moins possible (ou de temps en temps quand vous en avez besoin), focaliser le moins possible dessus, lire le moins possible dessus, et vivre le plus possible, à fond, ses passions, ses relations, ses envies, etc. C’est tout cela qui fait que l’on est heureux au fond, et même si les acouphènes sont une douleur, on n’est pas obligé d’en souffrir (même si, encore une fois, je serais le premier à exulter si je parvenais à m’en débarrasser, mais en attendant…).

    Voilà tout. J’interviendrai donc sans doute assez sporadiquement sur le forum, s’il y a du nouveau ou pour partager certaines choses avec vous.

    N’hésitez pas à me donner de vos nouvelles cependant, je les lirais avec attention !
    ++
    Free

Page 4 of 4