La neurotransmission – SĂ©rotonine & co-

  • La neurotransmission – SĂ©rotonine & co-

    71a75347b60a85e6f67e2116b98641cd?s=1&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar orion mis Ă  jour Il y a 3 annĂ©es, 6 mois 9 Membres · 60 Messages
  • 596dc3a17e69c bpthumb

    expertas

    Membre
    28 juillet 2017 Ă  11 h 20 min

    @piccolo-san Je parlais de après tous les tests etc, quand ce sera disponible quoi, est-ce que les mĂ©decins seront d’accord de nous les donner?

  • 5914d687479be bpthumb

    piccolo-san

    Membre
    28 juillet 2017 Ă  11 h 57 min

    Bah dĂ©jĂ  ils faut qu’ils soient conformes ces tests. Si oui peut ĂŞtre mais pas en France je pense.

  • 59491327bb786 bpthumb

    hey-man

    Membre
    28 juillet 2017 Ă  15 h 41 min

    Pour moi qui suis littĂ©raire Ă  la base la mĂ©decine c’est du charabia mais je vais essayer d’ĂŞtre le plus clair possible… MĂŞme si je reste un nul en science et que très honnĂŞtement, je me serai bien passĂ© de mĂŞme m’intĂ©resser aux acouphènes & co dans ma vie et de me retrouver Ă  tapoter sur mon smartphone Ă  ce sujet haha. Mais voilĂ , la vie a sa propre logique qui nous dĂ©passe.

    Il y a :

    – Les acouphènes/hyperacousie liĂ©s Ă  l’oreille externe (bouchon de cerumene, tumeur osseuse (ostĂ©ome), tympan percĂ©) et moyenne (otites chroniques (peut leser l’oreille moyenne et interne), lĂ©sions traumatiques des osselets et l’otospongiose qui est une formation d’un tissu osseux dans l’oreille interne (ça peut leser l’oreille interne)). Ou encore des inflammations de la trompe d’eustache, des dysfonctionnement musculaires -muscle tenseur du tympan- …
    – Les acouphènes/hyperacousie provenant des nerfs liĂ©s aux cervicales ou aux atm.
    – Les pathologies du nerf auditif (maladie de Lyme, neurinome acoustique (schwannome vestibulaire), et les lĂ©sions et tumeurs des angles pontocĂ©rĂ©belleux).
    – Les troubles hormonaux, gĂ©nĂ©raux, mĂ©taboliques ou vasculaires (L’hypothyroĂŻdie -acouphene constant-, hyperthyroidie -acouphene pulsatile-, hypertension, cholestĂ©rol, diabète…). Ceux-lĂ  peuvent causer des dommages au cerveau, aux oreilles, bref Ă  tout Ă  travers le système nerveux, vasculaire, lymphatique… Difficile donc de voir l’Ă©tendue des dĂ©gâts avec ces maladies et autres dĂ©sĂ©quilibres mĂŞme si leur guĂ©rison ou traitement fait souvent rĂ©cidiver les acou & co.
    – Les maladies neurodegeneratives et auto-immune (sclĂ©rose en plaques etc). LĂ  aussi difficile de voir l’Ă©tendue des dĂ©gâts car c’est une forme d’attaque/suicide cellulaire.
    – Les lĂ©sions de l’oreille interne au niveau des cellules auditives (grave, medium, aiguĂ«) c’est Ă  dire les cils, leurs synapses et leur câblage au nerf auditif essentiellement Ă  cause de l’âge et des excès dans la vie (dĂ©gĂ©nĂ©rescence), du bruit (lĂ©sion traumatique – action du neurotransmetteur glutamate Ă  haute dose entre autres -, de substances toxiques…)
    – A signaler les cas mystĂ©rieux purement psychologique et au cas de l’electrosensibilite qui doivent ĂŞtre ultra marginaux, quoique pour l’electrosensibilite, ça fait pas 20 ans que les micro-ondes ont commencĂ© Ă  nous bombarder en ville et pas 10-15 ans que ça a dĂ©butĂ© Ă  la campagne. Encore moins qu’on soit traversĂ© par la wifi en permanence jusque dans nos foyers. On risque d’en entendre parler de plus en plus.

    Ça fait dĂ©jĂ  beaucoup de choses (et il y en a d’autres probablement).

    Et le stress dans tout ça ? (Quel qu’en soit son origine : Ă©motionnel, nerveux, oxydatif, etc).
    Il peut causer, mais surtout entretenir, ou plus gĂ©nĂ©ralement potentialiser/faire apparaĂ®tre Ă  la conscience les dysfonctionnements physiologiques et autres lĂ©sions et modifier les activitĂ©s nerveuses et donc aussi cĂ©rĂ©brales. C’est pour ça qu’il est souvent celui non pas qui crĂ©er mais qui “rĂ©vèle” que nous avons un soucis quelque part. Soit directement aux oreilles interne (cellule cilie, synapses, nerfs), soit plus loin des oreilles proprement dites mais qui vont crĂ©er des “pseudo-acouphenes”.
    J’aime bien la distinction acouphène et pseudo-acouphene. C’est quand mĂŞme pas pareil d’avoir les cellules cilies partiellement dĂ©truites qui vont Ă©mettre des signaux de dĂ©tresse ou que le cerveau ne perçois plus certains son qui deviennent alors fantĂ´me qu’avoir un nerf pincĂ© dans le cou qui va brouiller la bonne conductivitĂ© des informations.

    Bref, du coup dans tout ce bordel, les labos se disent “bon, le but c’est pas de guĂ©rir les gens, ils ont 1000 soucis, Ă  eux de se demerder avec les docteurs et/ou de prendre leur santĂ© en main, nous on est lĂ  pour les soulager et faire du $$$. On veut juste trouver le bouton “off” car mĂŞme si le gars est en phase terminale, il aura au moins droit au silence et pour nous les €€€.”

    Du coup ils se sont tournĂ© vers plusieurs bouton “off”. Couper le nerf auditif n’a servi Ă  rien, le type est devenu sourd avec des acouphènes plein la tĂŞte et s’est tirĂ© une balle.
    Donc ils cherchent des boutons “off” partout oĂą ils peuvent :

    Au niveau des oreilles :

    – les canaux potassique :

    https://www.oreille-malade.com/forum/acouphene/canaux-potassiques

    Il y aurai une hyperactivité des cellules auditives chez certains acouphenique. Et normalement, cette hyperactivité est régulé grâce aux canaux KCNQ (situés à la surface des cellules auditives) qui ont pour rôle de laisser entrer et sortir les ions potassium.
    Chez certaines personnes acoupheniques, ces canaux fonctionnent mal et donc les cellules auditives restent hyperexcitées.
    On administre alors un antiepileptique genre Retigabine mais cela semble surtout le mieux marcher dans le cadre de trauma sonore et donc de l’administrer le plus vite possible pour stoper d’entrĂ©e la surexcitation inutile.

    – les anti-glutamates :

    Une sur exposition au bruit (encore le bruit mais pour le reste ?) entraine une surproduction d’acide glutamate dans l’oreille, cette surproduction d’acide glutamate amène des lĂ©sions aux nerfs de la cochlĂ©e. Les nerfs de la cochelĂ©e blessĂ©s provoquent a leur tour une surproduction d’acide-glutamate, et c’est le cercle vicieux.
    On injecte alors dans l’oreille interne des anti-glutamates : NST-001, AM101 etc pour casser ce cercle vicieux.

    Au niveau du cerveau :

    – les neurotransmetteurs

    Ici on part du principe que c’est le cerveau le chef d’orchestre. Donc lĂ©sions/dysfonctionnement ou pas, problème ou pas, c’est Ă  lui de faire le job de faire taire les symptĂ´mes dont on ne veut pas entendre parler.
    Du coup c’est ici aussi que les thĂ©rapies alternatives disent “Eh ! Au lieu de vouloir faire taire, Ă©coutez ! Votre cerveau vous parle. Il faut regarder ce qui cloche dans votre vie et y remĂ©dier !”
    Ici on part aussi du principe que tout le monde a des acouphènes sauf que certains les entends et d’autres non. Peu importe que ce soit des acouphènes liĂ©s Ă  l’oreille interne ou des pseudo-acouphenes.
    Pour que le cortex auditif du cerveau interprète ces messages et que le sujet en ait conscience, il faut un dĂ©sĂ©quilibre du système nerveux vĂ©gĂ©tatif. Souvent la cause est le “stress”. C’est pourquoi certains burn-aoutien ont des acouphènes/hyperacousie permenent alors que tout semble nickel sauf… une bonne grosse dĂ©pression !
    Pour certaines personnes, l’acouphene est parfois plus calme en soirĂ©e. Ce pourrai ĂŞtre l’action de la melatonine (qui est surtout produite dans l’obscuritĂ©) par exemple qui est synthĂ©tise Ă  partir de la sĂ©rotonine venant elle-mĂŞme du tryptophane…
    Il existe deux types de rĂ©cepteurs neuronaux : les rĂ©cepteurs prĂ© synaptiques et les rĂ©cepteurs post synaptiques. Il y a des neurotransmetteurs excitateurs qui vont accĂ©lĂ©rer la propagation du message et des neurotransmetteurs inhibiteurs qui ralentissent la transmission du message nerveux…
    Selon sa structure un neurotransmetteur peut-ĂŞtre dit “naturel” (Acetylcholine, Amine biogènes, SĂ©rotonine, Histamine, CatĂ©cholamines, adrĂ©nalinela, norĂ©drĂ©naline, dopamine…), mais ce peut-ĂŞtre des acides aminĂ©s (GABA, glutamate, glycine…), des peptides (Endorphines, dynorphine, enkĂ©phalines, tachykinines, somatostatine, peptide intestinal vaso actif, cholĂ©cystokinine…), voir mĂŞme des gaz (azote, carbone…).
    Bref ce serait trop long de rentrer dans les dĂ©tails et moi ça me dĂ©passe largement et les scientifiques sont encore Ă  l’âge de pierre de la comprĂ©hension du cerveau.
    En gros, on va donc chercher Ă  agoniser (apporter une substance qui va amener artificiellement une rĂ©ponse similaire Ă  un neurotransmetteur du corps) ou Ă  antagoniser (bloquer l’activitĂ© neuronale artificiellement) les rĂ©cepteurs. Genre on va par exemple inhiber les rĂ©cepteurs GABA pour calmer l’activitĂ© du glutamate.
    Les chercheurs auraient donc dĂ©couvert les zones du cerveau responsables de la rĂ©ception et l’Ă©valuation des sensations auditives (amygdale, formation rĂ©ticulĂ©e, hippocampe, cervelet : des zones plutĂ´t spĂ©cialisĂ©es dans la gestion des Ă©motions, l’éveil, la localisation des sons ou bien encore l’équilibre). Et ces zones semblent ĂŞtre activĂ©s/suractivĂ©s par la sĂ©rotonine et la dopamine. Donc il s’agirait de “rĂ©guler” ces neurotransmetteurs Ă  travers des medocs. On le fait dĂ©jĂ  en psychiatrie pour la dĂ©pression et autres en mode apprenti sorcier. C’est aussi, je crois, une raison pour laquelle une drogue comme la mdma supprime les acouphènes… Ou dans certains cas en refiler car ça reste une amphetamine qui joue avec la sĂ©rotonine (je l’ai lu sur des forums de droguĂ©s). Et c’est pourquoi il n’est pas bidon comme je l’ai fait de parler des rituels chamaniques de guĂ©rison au Gabon (Afrique) ou en AmĂ©rique du Sud Ă  travers l’iboga ou l’ayahuasca ou mĂŞme chez nous le champignon hallucinogene (psylocibine) qui sont des plantes qui contiennent des molĂ©cules proches de la sĂ©rotonine, agissant directement au niveau des rĂ©cepteurs serotoninergique et amenant visiblement un bien ĂŞtre durable pour certains après une seule prise.

    VoilĂ  voilĂ , donc en gros, la vision “centrale” de l’acouphene est la mĂŞme qu’en psychiatrie pour la depression, les addictions, les psychoses et autres maladies mentales et dĂ©tresses psy voir mĂŞme l’autisme (bcp d’autistes sĂ©vères ont des acouphènes et hyperacousie).

    Quel bouton off activer dans ce bordel ? Bien entendu, le mieux serait de rĂ©parer lĂ  ou c’est pete, point Ă  la ligne. Cellule souche etc mais lĂ  on est encore au stade SF Ă  moitier. La rĂ©ponse viendra plutĂ´t du transhumanisme (implant biotech etc) mais tout ça me dĂ©passe et le monde de demain avec ce type d’application ne me fait pas non plus rĂŞver dans un sens (soldats surhumain, plantes qui fabriquent de l’Ă©lectricitĂ© Ă  travers des circuits connectĂ© Ă  la photosynthèse etc…).

    J’espère encore une fois ne pas avoir Ă©tĂ© trop fouillis, j’ai l’impression de partir dans tous les sens… Mais pas trop j’espère.

  • 77bb6bfb8ce8ebf5f7607a1402f8ed3f?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar

    acoudur

    Membre
    28 juillet 2017 Ă  15 h 57 min

    hopla merci pour ton récit instructif!

  • 59491327bb786 bpthumb

    hey-man

    Membre
    28 juillet 2017 Ă  16 h 18 min

    De rien ^^
    A noter aussi la stimulation Ă©lectrique mais ça Ă  terme c’est peut-ĂŞtre l’implant d’une petite machine qui va envoyer en permanence des signaux Ă©lectriques pour mettre sur “off”.

  • 596dc3a17e69c bpthumb

    expertas

    Membre
    28 juillet 2017 Ă  16 h 24 min

    @hopla Mais comment tu fais pour Ă©crire autant… Omg

    Acide glutamique*
    Cochlée*

    xD

  • 59491327bb786 bpthumb

    hey-man

    Membre
    5 octobre 2017 Ă  15 h 19 min

    Une mine d’info sur cette appli que je ne connaissais pas : pearltrees

    Taper “pearltrees acouphènes” dans un moteur de recherche.

    Comme ceci.

  • 5a664f5f3ed15 bpthumb

    morelli

    Membre
    5 octobre 2017 Ă  17 h 58 min

    Après y avais des truc sur la rĂ©education du cerveau par une therapy du son a Ă©coutĂ© tous les jours qui sont des sons voisin de l’acouphene non ?

  • 59491327bb786 bpthumb

    hey-man

    Membre
    22 octobre 2017 Ă  12 h 50 min
  • 71a75347b60a85e6f67e2116b98641cd?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Fwww.oreille malade.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2020%2F05%2Favatar

    orion

    Membre
    22 octobre 2017 Ă  14 h 13 min

    @hopla

    merci pour l’info.

    Ce sont les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) qui sont en cause.

    Cela signifie qu’il reste des AD qui puissent être pris par les acouphéniques.

    Heureusement ! (j’ai eu peur.)
    Car vu le nombre de personnes qui tombent en dépression, s’il ne faut plus prendre
    d’AD, cela va devenir très compliqué pour certains.

    Ceci étant, je pense qu’il vaut mieux traiter acouphène et hyperacousie naturellement,
    quand c’est possible. Par la plasticité cérébrale.
    C’est à dire, en cas de dépression, passer par un psy.

    Avec les médicaments, je trouve qu’on ne sait pas trop ce qu’on fait.

Affichage des publications 51 - 60 de 60

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant