Racontez nous les ingérences de vos ORL

  • 62b074ef52ae1 bpthumb

    micmic

    Membre
    23 juin 2018 à 17 h 18 min

    @curly

    oui cette pathologie est complexe ,et ton raisonnement peut être juste ,ne serais ce que les migraines violentes que l’on n’arrive pas à traiter ,ni savoir leur provenance
    mais il y à eu tellement de progrès dans divers domaines médicaux ,que l’on à quand même du mal à comprendre le retard pris pour certaines disciplines ,surtout avec les moyens dont on disposent actuellement
    ce qui m’a toujours questionner ” c’est de ne pas encore comprendre que dans les mêmes conditions de stress sonores ,ont arrive pas à savoir pourquoi une oreille va développer seulement une surdité et d’autre surdité plus acs ” sur autopsie les chercheurs devraient théoriquement constater des différences avec les microscopes à balayage ,les progrès dans l’infiniment petit ,l’exploration du cerveau etc….? Ce manque d’avancée dans le domaine auditif laisse quand même perplexe (ne serait que l’audiogramme qui finalement reste l’outil de base d’ORL depuis surement 1 siècle ) je trouve que l’on pourrait faire mieux, comme moyen d’investigation des pathologies auditives

  • 62b074ef52ae1 bpthumb

    orion

    Membre
    24 juin 2018 à 11 h 07 min

    ” c’est de ne pas encore comprendre que dans les mêmes conditions de stress sonores ,ont arrive pas à savoir pourquoi une oreille va développer seulement une surdité et d’autre surdité plus acs ”

    Si, je l’ai écrit plus haut (et plusieurs fois sur le forum) : les chercheurs pensent depuis un bout de temps que les acs (et l’hyper) proviennent d’un dysfonctionnement de l’oreille moyenne (qui a un rôle transmetteur), plutôt que de la cochlée (le vrai centre de l’audition).
    Car ils ont observé qu’on trouve des acouphéniques sans perte auditive et des sourds sans acouphènes. De plus, les hyperacousiques ont souvent une audition de bonne à très bonne qualité.

    L’audiogramme (qui mesure l’audition, donc) n’est pas un outil adapté à l’observation des acouphènes et de l’hyperacousie.
    Et les médecins croient (ou font semblant de croire, je ne sais pas) que l’on mesure nos pathologies avec des tests auditifs.
    Donc, certains vous sortent, par exemple : vous n’avez pas d’acouphène ou d’hyperacousie car vous entendez normalement.

    Si tu lis les articles de recherche, tu verras que les chercheurs n’observent pas les acouphènes et l’hyperacousie avec des tests auditifs, mais en observant le cerveau.
    Il me semble (à confirmer) qu’il leur est très difficile d’observer l’oreille moyenne, car c’est tout minuscule et la vibration tendiniteuse du muscle qui créerait l’acouphène est imperceptible. Et la vibration n’est plus là chez un cadavre, évidemment. 🙂

  • 5b2ac6f06321a bpthumb

    helenareve

    Membre
    24 juin 2018 à 15 h 02 min

    En effet, pour l’hyperacousie et les acouphènes, il y a de nombreuses causes diverses qui varient d’un individu à un autre… cependant, pour l’hyperacousie notamment, lorsque je compare les symptômes de douleurs ressentis en cas de choc sonore, je retrouve les mêmes symptômes dans tous les témoignages de ceux qui souffrent d’hyperacousie, donc c’est bien qu’il y a quand même un fonctionnement commun à tous (il me semble?). La médecine connait déjà les causes, certes variées, des douleurs de l’hyperacousie, qui peuvent par exemple, provenir d’une détérioration de l’oreille interne, notammentune destruction des cellules ciliées qui ne se régénèrent pas en cas de traumatismes sonores, comme d’autres causes possibles, mais elles sont connues ! Avec toutes ces connaissances, on peut quand même se poser la question pourquoi tant d’errance ?? Pour ma part, malheureusement il me semble que c’est encore (et toujours !) une question de profit et que le marché n’est pas assez rentable pour que les industriels s’y intéressent… ?

  • 5abb69fc07587 bpthumb

    winterhascome

    Membre
    24 juin 2018 à 23 h 03 min

    Concernant l’oreille moyenne, il me semble qu’il y a au moins deux hypothèses. Partant d’un déséquilibre des muscles et tendons (souvent suite à un trauma) qui génère une vibration, on a une première hypothèse qui indique comme conséquence une surstimulation d’un noyau, l’operculum. Dans cette hypothèse, la section des tendons devraient annuler l’acouphène. Il semble que ça n’est pas le cas, ou alors qu’aucune étude n’a été faite, ou encore que personne ne veut tenter l’expérience.
    La seconde hypothèse c’est que cette vibration va aussi stimuler les noyaux cochléaires. Et ceci va perturber le rapport normal entre les entrées somatiques et cochléaires dans ces noyaux, et conduire à l’hyperexcitabilité et à la synchronisation des cellules fusiformes des noyaux cochléaires, avec ses conséquences en cascades sur les noyaux suivants.

    Ce qu’il faudrait savoir, et ça je ne le trouve pas pour le moment sur Internet, c’est s’il existe des acs où l’operculum est suractivé sans que les noyaux cochléaires le soient. Dans un cas comme ça, éventuellement je pourrai croire que la section des tendons annulerait l’ac (et entraînerait une fragilité de l’oreille interne puisque le myuscle tenseur du tympan ne pouvant plus tendre, ce mécanisme de protection -30 dB si je me souviens bien, ne fonctionnerait plus).

    Personnellement si je n’exclus pas une forme pure d’acs d’oreille moyenne, je pense que beaucoup d’acs ont une composante de suractivation des noyaux cochléaires (ou encore mixte noyaux cochléaires, operculum). Mais disons que la suractivation des noyaux cochléaires ne se fait pas uniquement par lésion des cellules ciliées. En effet, le truc semble être dans le rapport des entrées cochléaires et somatiques. Donc ces noyaux se suractivent avec ou sans lésions cochléaires, avec ou sans lésion de l’oreille moyenne, ou bien avec les deux types de lésion.

  • 62b074ef52ae1 bpthumb

    orion

    Membre
    21 novembre 2019 à 0 h 42 min

    Il y a plusieurs décennies, quand tu prenais un rdv pour des acouphènes, le médecin te disait « y’a rien à faire, salut ! ».
    Il y a des personnes (patients et médecins) qui ont essayé de faire en sorte qu’il y ait une prise en charge, même si les résultats sont partiels.
    Par exemple, le docteur Jastreboff a expliqué que ce n’était pas tolérable de dire à son patient qu’on ne le prenait pas en charge, car il risquait de sombrer dans une dépression, c’est ainsi qu’il a inventé la TRT qui consiste à porter un GBB ET (c’est important) avoir un suivi par un thérapeute.
    Malheureusement, ce n’est pas bien remboursé par la Sécu car tout ce qui concerne l’appareillage auditif est considéré, en France, comme du confort.
    Une audioprothèse coûte cher car, contrairement aux opticiens, l’audioprothésiste doit passer beaucoup de temps pour régler finement les appareils et faire accepter la correction au patient.

    Avant, aussi, la médecine avait moins de connaissance concernant l’acouphène. Avec le temps, on a découvert qu’il existe 50 causes possibles d’acouphène. C’est pour cette raison que les investigations peuvent être larges. Ex. rare : tu fais une IRM et tu découvre un AVC ou une tumeur qui provoque l’acouphène. Ex. moins rare : prise de sang, découverte d’un diabète ou d’une anémie qui cause l’acouphène.

    Et coup de bol, c’est plutôt remboursé, tout ça. Sauf pour ceux qui n’ont pas de mutuelle. 🙁

    Pour la correction auditive, il est assez connu maintenant que ça peut atténuer les acouphènes sur certaines personnes.
    Si l’ORL avait ton audiogramme sous les yeux en abordant le sujet de ta capacité financière à payer un appareillage, ça ne me parait pas excessif.
    Sinon, effectivement, c’est du business.

    Ce qui est dégueulasse, c’est que plein de gens ne peuvent pas se payer d’appareillage, ni faire les examens nécessaires.

    Et oui, il existe des rapaces qui profitent de notre détresse. Il faut savoir les détecter. Ce n’est pas facile.

    Mais si je compare la prise en charge que tu as reçu à l’IMERTA avec les saloperies que m’ont sorti deux médecins, j’en suis presque jalouse. Dans mon cas, j’ai entendu des trucs qui relèvent plutôt de la maltraitance.
    Pas trop grave, mais quand même, le premier ORL que j’ai vu en 2016 pour ma forte hyperacousie m’a sorti que je n’avais pas d’acouphène (et c’est quoi le gros bruit de moteur que j’entends en continu 24h/24H et 7J/7J ?). Et l’hyperacousie douloureuse, il s’en foutait alors que j’étais déjà désocialisée à cause de ça.
    J’ai eu plusieurs mois de festival de difficultés avec la Sécu qui ne m’indemnisait pas pour mon arrêt de travail. Le médecin contrôle de ma prévoyance santé (je suis profession indépendante) a été d’une méchanceté sans nom. Il a écrit à mon assurance que je n’avais aucun problème d’acouphène et d’hyperacousie. L’assurance a donc cessé mes indemnités.
    Je n’avais pas la possibilité de travailler et je touchais 0 euros.
    Derrière, un ORL soi-disant spécialisé m’a sorti : « Vous avez du mal à entendre car vous n’aimez pas être avec les gens ».
    Et je te passe tout le reste. 🙁

    Fort heureusement, ma médecin généraliste est vraiment médecin, elle. Elle veille vraiment à ce que j’aille bien. Et la psychologue m’a tenu la tête hors de l’eau.
    France Acouphènes m’a aidé aussi. Ainsi que l’assistante sociale.

    Maintenant, je vais beaucoup mieux. 🙂

Page 8 of 8