Médicament : risque de pénurie en France

L’agence française du médicament donne l’alerte

80% des matières premières pharmaceutiques vendues en France sont produites en Inde et en Chine. Cette dépendance envers des fournisseurs étrangers pourrait entraîner des pénuries. L’agence française du médicament tire la sonnette d’alarme.

Transcription de la vidéo :

Derrière cette façade, le plus gros producteur français de matières premières pharmaceutiques – la base de tous les médicaments. Salle stérile et niveau de contrôle maximal, ici la sécurité est plus qu’une priorité.
Jean-Christophe Debard, directeur du site Orgapharm Phitiviers :
“Nous on est contraints, en Europe, à avoir ce niveau là de qualité et on le respecte”
Un niveau de qualité fixé par un cahier des charges draconien, car tout l’enjeu est de lutter contre la concurrence indienne et chinoise. Aujourd’hui, 80% des matières premières  des médicaments vendus en France sont produites à l’autre bout du Monde.
David Simonnet, président d’Orgapharm :
“On est désormais sur certains médicaments dans une dépendance d’un seul fournisseur, avec les risques inhérents à la fabrication l’exploitation, à l’exploitation d’une usine.”
Car si ces usines connaissent une rupture de production, c’est tous les patients français
qui peuvent potentiellement pâtir d’une pénurie.
David Simonnet :
“Y compris dans les milieux hospitaliers, il y a des ruptures, qui amènent aujourd’hui à faire des arbitrages pour des patients qui vont bénéficer de tel ou tel traitement.
C’est absolument inacceptable. Cette situation est critique, elle est encore plus critique depuis quelques mois et elle est liée, nous l’estimons, à ce trop grand transfert,cette trop grande délocalisation.”
Depuis le début de l’année, l’agence française du médicament a déjà lancé 31 alertes au risque de pénurie contre seulement 4 l’an dernier.

(Crédits photo)

A lire aussi :  Wikipedia du médicament : Meamedica

Articles liés

Roaccutane cause de suicides ?

L’acné tue. Le Roaccutane et ses génériques, traitements indiqués dans le traitement des acnés sévères, sont dans le collimateur de l’Affsaps et désormais de la justice saisie notamment par un père de famille Niçois qui attribue à ce médicament le suicide de son fils en juillet 2007.

Réponses

  1. Effectivement, le niveau d’exigence de fabrication n’est pas le même en Europe et en Chine. Soit. Le problème est que l’on accepte dans ce cas les médicaments fabriqués en Chine ou en Inde (avec moins de contrôle, donc ?). Ça peut sentir la catastrophe sanitaire, ça…