Daltonisme : comment faire comprendre ce que vit un daltonien ?

Le daltonisme expliqué aux gamers, ou la preuve par l’exemple

Quoi de mieux pour faire comprendre ce que vit (autrement dit, ce que voit) un daltonien que de mettre sous les yeux d’une personne qui dispose d’une vision normale des couleurs une image telle qu’il la verrait s’il était daltonien ? C’est sur cette logique que s’est bâti un excellent article sur le site de la toujours impeccable BBC : il vise à expliquer que si vous vous faites tirer dessus par un allié lors d’une partie endiablée de FPS (un bon vieux Call of Duty, par exemple), c’est peut-être tout simplement parce que… votre allié n’a pas vu votre couleur ! Et n’a donc pas vu que vous étiez alliés !

Là où l’article de la BBC fait mouche c’est quand il met à disposition de l’internaute une image qu’il est possible de modifier à la souris. Instantanément, les couleurs se modifient et on a alors sous les yeux une représentation de ce qu’un daltonien voit à l’écran. De quoi faire réfléchir !

Il faudrait faire la même chose avec les acouphènes. Prendre, par exemple, un extrait de film et donne la possibilité d’y superposer un sifflement, dont on pourrait moduler l’intensité jusqu’à l’extrême. On pourrait même modifier la sonorité afin de refléter les différents types d’acouphènes que l’on peut rencontrer. Ensuite, on prend un ORL, on l’attache à une chaise et on lui fait visionner le résultat. Façon Orange mécanique. Au bout de quelques heures, il comprendrait peut-être un peu mieux de quoi il est question ! 😉

A lire aussi :  Background noise

Articles liés

La culture et le silence

La culture et le silence, un film de formation. Un dispositif d’éducation à l’image en Languedoc-Roussillon vu par des étudiants de 3ème année de Licence Cinéma de l’Univ. Montpellier 3 (année 2007/2008 , cours “les dispositifs d’éducation à l’image”).

Comprends qui peut

“Je comprends ce que tu vis.”

Combien de fois n’ai-je entendu ces mots ? « Je comprends ». Et ses multiples déclinaisons. « Je te comprends ». « Je vous comprends, Monsieur ». « Je me rends parfaitement compte de ce que cela doit être. » « Moi aussi j’ai ce que tu as ! » « Mon mari a la même chose que vous. » etc.

Quand on veut on peut : le triomphe de la volonté

On entend souvent des formules du type “les personnes qui n’ont pas vécu ça ne peuvent pas comprendre.” Presque aussi souvent que le fameux “quand on veut on peut” d’ailleurs. Mais avez-vous remarqué qu’en matière de santé les personnes qui ont vécu “quelque chose du même genre” sont parfois les plus dures ? Comment expliquer ça ?

Réponses