Demain je fête mon anniversaire

Idée cadeau ?Invitation au voyage… Emmenez-moi au bout de la Terre !

Demain c’est l’anniversaire de ma soeur. Elle a 38 ans. Déjà. Demain c’est aussi mon anniversaire, d’une certaine façon : cela fera 8 ans, aux alentours de 22 heures, que mes oreilles sifflent. En permanence. En continu. 24h/24. 7j/7. Cela représente 2920 jours de bruit incessant au fond des mes oreilles. En fait, 2922. Puisqu’il y a eu deux années bissextiles… 2004 et 2008. Soit deux jours gratuits de hauts hurlements.

Autrement dit, 70 128 minutes. Ou 4 207 680 secondes. Ça donne une idée de l’éternité. Celle qui, comme l’a dit l’autre nain tombeur de starlettes, est particulièrement longue – surtout vers la fin. Ça donne aussi une idée de l’horizon. L’horizon qui s’éloigne lorsque l’on croit s’en approcher. Comme ce Hercule attachant qui nageait, nageait, malgré les moqueries de son Pif de compagnon. L’horizon indépassable. La fin de l’Histoire de Francis Fukushima. Pardon, Fukuyama.

La fin. Enfin ? Ce n’est pas si simple. La fin de quoi, en vérité. Je vous le dis, j’ai gardé le meilleur pour la fin. La vraie, celle qui viendra demain. Pas demain jour de mon huitième anniversaire, non… La fin d’un combat insensé qui adviendra… qui adviendra bien ! Insensé car on ne combat pas un fantôme, surtout lorsqu’il vit en nous. Mais un combat inévitable. Car si l’on ne résiste pas, on meurt. Et si l’on meurt, on ne voit pas la fin. On ne vit pas l’instant où tout se termine enfin. Le temps où tout paraîtra définitivement enfoui tel un réacteur en fusion qui aurait été contaminé par un syndrome chinois – ah, le beau péril jaune que voilà !

A lire aussi :  Refonte en boucle d'Oreille malade

Je me dresserai alors, pur et immaculé, face  à ceux qui m’ont laissé pour mort. Viendra le moment du Jugement. Je guiderai le Peuple vers des rivages nouveaux et des plaisirs inconnus. L’épuration irréelle des vilains ORL ne sera qu’une éjaculation tardive dans un océan masturbatoire de frénésie érotique ! Tous reconnaîtront enfin la grandeur qui a été la mienne d’avoir combattu à visage découvert le Con, la Pute et le Pédant ! Quiconque ose défier la Puissance de Zeus doit être puni !

Je m’égare. Je neuneuïse. Je nonoïse.

Reprenons.

4 207 680 secondes de sifflements, bourdonnements, chuintements et autres tintements d’oreilles, ça fait un max de blairs aux portes du désert. De quoi renverser Khadafi et ses paires. Mais si les rebelles sous-armés peuvent apercevoir au loin la hutte d’Ali baba et ses 40 valeurs, c’est certainement grâce à nos bombes, mais aussi grâce à l’espoir. Ce putain d’espoir qui me permet d’enchaîner les heures comme certains enfilent leurs Rolex.

Tomber sept fois mais se relever huit, comme dirait l’autre.

Rendez-vous donc en 2012 pour mon neuvième anniversaire. Ou pour ma rédemption.

Et que cesse enfin le fracas des canons.

Articles liés

Réponses

  1. Je n’ai pas ton mail perso ou autre pour te laisser ce message alors je le fait ici.
    On ne se connait pas ou peu mais j’espère que les choses vont aller en s’améliorant pour toi. Comme je te l’ai dit, j’arrête pas de m’inquiéter.
    J’espère pouvoir aider car tu le mérites ça ce voit galérer si longtemps et être toujours debout, rire et continuer d’avancer c’est fort ! En arrivant à l’agence je pensais pas prendre une telle claque, une telle leçon d’humilité… ça me rappelle que ça peut arriver à n’importe qui, n’importe quand.
    Quelle idée j’ai eu de passer lire ton blog ce soir… à chaque fois je le quitte chamboulé, touché par ton histoire, surpris par ta prose et ton style. Je ne suis pas un grand lecteur (surement pour ça que je fais des fautes d’ailleurs) mais j’ai grand plaisir à lire tes textes pleins de références, d’actu et de virtuosité.
    Bon j’arrête là je veux pas non plus que tu te fasses des idées 😉 En attendant que les choses s’arrange tu peux compter sur moi !
    Je te souhaites un “bon” anniversaire et espère que ce sera le dernier de ce type et si ce n’est pas le cas qu’on travaillera toujours ensemble pour “fêter” ta neuvième année.
    JB