Un traitement des acouphĂšnes en 2015 ?

BientĂŽt une thĂ©rapie contre les sifflements d’oreille ?

Si la fin du Monde est annoncĂ©e pour le 21 dĂ©cembre 2012, la fin des acouphĂšnes pourrait intervenir en 2015. C’est du moins ce que laisse penser, ou du moins espĂ©rer, le message suivant :

Jeudi 14 juillet 2011 :

Comme promis, je vous tiens informĂ©. Je ne suis pas spĂ©cialiste mais je pense qu’il est intĂ©ressant de vous informer sur nos essais [
]. Je le dois Ă  toutes les personnes qui ont pu lire l’article de nature intitulĂ© « Vers un traitement des acouphĂšnes » et qui se demandent quand ils pourront bĂ©nĂ©ficier de notre thĂ©rapie. J’espĂšre que lorsque vous verrez comment se passe la thĂ©rapie toutes vos questions auront une rĂ©ponse.

En réponse à certains commentaires :
1. Notre premiĂšre Ă©tude Ă©tait de savoir s’il fallait un implant permanent ou si nous pouvions simplement utiliser une stimulation percutanĂ©e. Nos constatations sur le rat Ă©taient que la thĂ©rapie rĂ©duirait la perception de l’acouphĂšne et conduirait Ă  la suppression totale en moins d’un mois. Ce que nous avons vu pour l’instant chez certains patients sont des effets spectaculaires au bout de 10 jours de traitement mais les acouphĂšnes reviennent Ă  moins que le traitement ne soit maintenu. Comme nous ne pouvons laisser une stimulation percutanĂ©e en permanence, nous devons dĂ©velopper un systĂšme implantable.
2. Comprendre l’évolution de l’acouphĂšne est difficile pour le patient. Nous avons utilisĂ© des questionnaires qui Ă©valuaient la gĂȘne de l’acouphĂšne chez le patient et son emprise sur lui. Les questions ne se concentraient pas sur le volume rĂ©el de l’acouphĂšne mais plutĂŽt sur son emprise sur le patient. Les questionnaires ont montrĂ© des amĂ©liorations de 40% Ă  60% mais le problĂšme avec cette mĂ©thode d’évaluation est que certains patients qui n’ont pas eu ce type d’amĂ©lioration veulent poursuivre le traitement et seraient mĂȘme prĂšs Ă  refaire une opĂ©ration chirurgicale. Du coup, nous nous demandons si nos questionnaires captent vraiment la valeur thĂ©rapeutique du traitement.
3. Les rĂ©sultats sont un trĂšs bon signal, mais mĂȘme si parmi les experts des acouphĂšnes beaucoup pensent qu’au lieu d’utiliser des questionnaires, il faudrait plutĂŽt se concentrer sur ce qu’on appelle le niveau minimum de masquage (NMM) pour Ă©valuer notre les effets de notre thĂ©rapie. Cela pourrait ĂȘtre valable car le NNM est une mesure objective sur l’acouphĂšne. Il suffit juste de monter le volume jusqu’à ce que l’acouphĂšne soit masquĂ© et d’enregistrer le niveau correspondant. Si aprĂšs la thĂ©rapie, le NNM a diminuĂ© c’est que l’acouphĂšne a diminuĂ©. Le problĂšme est que les acouphĂšnes des patients peuvent fluctuer naturellement selon les heures de la journĂ©e. Ainsi, il est vraiment difficile de dĂ©finir le niveau d’un acouphĂšne.
4. Au vu des rĂ©sultats de notre Ă©tude, nous espĂ©rons dĂ©velopper un implant permanent. Nous avons eu des doutes sur notre recherche et sa continuation mais notre conseil d’administration a convenu de la poursuivre sur la base des rĂ©sultats prometteurs que nous avons vu Ă  ce jour dans la clinique. Cet implant permettrait d’effectuer la thĂ©rapie sur une plus longue durĂ©e et nous espĂ©rons que cela maintienne les effets que nous avons vus dans le court terme. Le dĂ©veloppement d’un produit comme celui-ci commencerait par une Ă©tude clinique Ă  l’Ă©tranger en 2012 et qui se terminerait en 2014 avec une homologation CE Mark en 2015. J’espĂšre ensuite obtenir l’approbation de la FDA si nous prouvons innocuitĂ© et l’efficacitĂ© de nos essais cliniques. J’aimerais avoir de meilleures nouvelles sur la rapiditĂ© avec laquelle cette thĂ©rapie sera disponible. En lisant tous les mails provenant des patients, je ne peux mĂȘme pas imaginer comment cette maladie est difficile.

Deux bonnes nouvelles, donc :

  • Une thĂ©rapie semble possible pour 2015,
  • Le terrible handicap que sont les acouphĂšnes semble reconnu par ce type de chercheurs.
A lire aussi :  Nouveau livre sur les acouphĂšnes


Lu sur le forum de l’association France-AcouphĂšnes

L’autre bonne nouvelle est que cela fait une piste de plus Ă  suivre sur le groupe consacrĂ© aux avancĂ©es de la recherche.

Vivement la fin des acouphĂšnes en 2015 !

Laurent Matignon, référenceur freelance

(crédit photo : marchand de miracles)

Articles liés

Clinique de l’acouphĂšne de MontrĂ©al

ThĂ©rapies et technologies de pointe. La Clinique de l’acouphĂšne de MontrĂ©al utilise les mĂ©thodes dĂ©rivĂ©es de la recherche la plus rĂ©cente pour rĂ©aliser des amĂ©liorations durables dans la lutte contre le bruit subjectif, l’hyperacousie et les troubles de l’équilibre. Les traitements sont donnĂ©s sur une base privĂ©e.

RĂ©ponses

  1. Je lis “”” ‱Une thĂ©rapie semble possible pour 2015″””

    certes 😉
    mais que deviennent les Ă©ssais en cours ? ( dont certains sont relativement anciens )
    1/..administration du produit AM101 dans la cochlĂ©e …,,?
    2/ Ă©xperience ..mag’tin du dr Xavier Perrot sur la stimulation trancranienne … Lyon rĂ©pond nous n’avons pas le temps de publier ! sic
    3/ NST neurosystec produit AM111 dans la cochlée ?

    il n’y a absolument “aucune ” publication 🙁 et c’est ça qui est pour le moins curieux !

    ( et dommage )
    dĂ©s qu’une publication donnera ” le feu vert ” 💡 un chirurgien oto rhino qcq pourra soigner ses patients ! 🙂

  2. Bonjour,

    Je m appelle nadia et le 4 avril 2011 je me suis rĂ©veillĂ©e avec un acouphĂšne pĂ©riphĂ©rique droit Un mois plus tard c est le gauche qui subit Ă©galement …. Depuis ma vie est devenu un vĂ©ritable cauchemar…. Je pleure parce que le bruit m empĂȘche de dormir la nuit et je prends rĂ©guliĂšrement du zolpidem pour dodo car sinon je n assumerai pas mes journĂ©es. Depuis un an et demi je dors moins et je souffre en silence car mon entourage ne comprends pas. Il y a 4 jours j ai eu la grippe et et j aĂŻ eu le malheur de prendre de l ibuprofene!!!!!

    Mes oreilles ont tellement sonnĂ© que j ai eu peur depuis….. Je suis dĂ©cidĂ©e a prolonger mon arrĂȘt et j ai peur de me remettre debout car peur que ça revienne!

    Qu’en est il de l avancĂ©e de ce mĂ©dicaments??? Est ce que ça marche??? A t on une chance…enfin de guĂ©rir et de vivre une vie normale??? C est tout ce que je souhaite!

  3. salut a tous moi j’ai 21 ans et sa fait 1ans et demi que ‘ai un sifflement dans la tete constan jour et nuit moins ya du bruit et plus je l’entent pour domire je suis obliger datendre les 5 h du matin pour enfin finir par tombe de fatige apres plusieur visite cher le medecin et les orl on ma dit infection des sinus ou accufene super :7 ett on nous laisse dans l’ignorance sans traitement sans rien de concret ou encore un appareil audutif a un prix exorbitant j’ai pas les moyen de mes l’offir surtout que je ne suis pas sur de sa performance depui jai debloquer une sorte de stress d’anxite de peur commen je vais faire pour vivre avec j y pance a longeur de temps les otre ne comprennen pas ne connaisen pas a cause de se siflementt jai lestomac tres fragile le mondre truc a faire rdv ouu obligation a lavance ou projet me stress et me rend malade comme une gastro de passage accompagner de vertige l’envie de manger se coupe et la seule chose qui reste ses cette solitude face a se probleme et la soufrance .jai pue lire qu’il se pouraint quil y ait un remede en 2015 contre les accoufene jesper que sa va se faire parce que otrement faire avec ne met pa possible je ne ses pas si on peut etre considerer comme handicaper pac que je ne voit vraiment pas comment travailler et gagner de largent pour vivre temp que jorai se siflement horible jspere quil existe des aide financiere ou autre merci me maider en m’informant si vous connaiser des solution pour par que je finnisse a la rue ,? ses la premiere foix que jessaye dans parler sur un forum jespere que cela me sera benefique par la suite merci a tous et bon courage au autre persone dans le meme cas de soufrance.

  4. C’est vrai que c’est insupportable mais il va falloir les accepter ne pas lutter contre eux ne pas rester dans le silence car plus on focalise sur eux plus ils se manifestent ne pas r ester dans ces pensees nĂ©gatives caravant de voir un traitement il se passera du temps je hais cette vie avec ces acouphenes il faut mettre en place d autres strategies moins de stress
    ne pas rester enfermé je reste persuadée que si nous avons un terrain depressif ils sont alors insupportables il y a beaucoup de gens qui vivent avec
    Sans que cela pose de problemes je reconnais que je suis par nature angoissée et que c est pour cela que mes acouphenes mempoisonnent il faut en parler ne pas garder cela pour soi si on place plus de positif dans notre vie cette imprégnation nous sera favorable souvent je constate que d en parler a ma psy laisse mes acouphenes dans un coin
    Il me semble alors etre moins genee autour de moi je vois que beaucoup de gens ont ce probleme courage

  5. Courage ! Bosser avec des acouphĂšnes, c’est difficile mais faisable. Il faut un moral d’acier mais avec le temps… De toute façon, on n’a pas le choix. Il faut se battre… Et attendre, attendre que la science nous tire d’affaire et enfin nous propose un traitement digne de ce nom.
    Courage !

  6. …il parait – dixit deux thĂ©rapeutes acouphĂšniques – qu’il n’y a pas besoin d’autre chose que de laisser passer le temps ( alors les tradis 12 Ă  18 mois ! …. courage Ă  ceux qui sont au dela ! ) et de pratiquer sophro et/ou hypnose en milieu spĂ©cialisĂ© pluridisciplinaire ORL !

  7. Je m’adresse ici directement Ă  l’administrateur de ce site car je n’ai pas trouvĂ© de bouton contact pour le faire.

    La chanteuse Lara Fabian a subi un traumatisme sonore et a dĂ» arrĂȘter sa tournĂ©e. Elle a consultĂ© un ORL, le professeur LEFRANQC. Celui -ci lui a prescrit le traitement suivant:
    “Obligation absolue de laisser l’appareil auditif se rĂ©gĂ©nĂ©rer dans le silence.”

    Source: http://www.parismatch.com/People/Musique/Lara-Fabian-Je-crains-de-devenir-sourde-536471

    Selon l’Ă©quipe d’ORL de l’hopital Pompidou Ă  Paris, “le silence est le pire ennemi”. D’aprĂšs une expĂ©rience qu’ils appellent “l’expĂ©rience de Heller Bergman” , quand on laisse une personne dans une piĂšce insonore, 93% des personnes testĂ©es dĂ©veloppe des acouphĂšnes. Fichtre!

    Conclusion:
    – ces ORL ne savent pas ce qu’est un acouphĂšnes
    – ces ORL ne reculent devant rien pour alimenter leur habituelle propagande qui cherche Ă  dĂ©montrer ue si les malades ne guĂ©rissent pas c’est qu’ils vivent dans le silence).
    – ces ORL ne savent pas que tout le monde sait que personne ne vit dans le silence et qu’on vit au minimum dans un environnement sonore modĂ©rĂ© d’environ 50db.
    – Ces ORL ne savent pas ou feignent de ne pas savoir ( pour dĂ©fendre leur intĂ©rĂȘt qui est de cacher leur impuissance) que le silence ne prĂ©sente aucun danger pour l’oreille. Face Ă  l’impuissance des docteurs, le silence ou tout au moins le calme est mĂȘme la meilleure façon de permettre Ă  l’oreille DE SE REGENERER comme le dit trĂšs justement l’ORL de Lara Fabian.

    1. Le lien contact est en bas de la page 😉

      Merci pour l’info, on en a parlĂ© ici-mĂȘme il y a quelques jours… Il faudrait savoir si par “silence” l’ORL de Lara Fabian ne voulait pas en rĂ©alitĂ© tout simplement dire “sans s’exposer Ă  des sons Ă©levĂ©s, de type concert”. Peut-ĂȘtre qu’il a voulu lui faire rĂ©aliser la gravitĂ© de son accident Ă  lui demande un silence absolu, sachant qu’elle n’avait pas dĂ» Ă©couter les prĂ©cĂ©dentes recommandations.
      Qu’en penses-tu ?

      1. « Obligation absolue de laisser l’appareil auditif se rĂ©gĂ©nĂ©rer dans le silence. »

        et

        ” “Eviter les sons extrĂȘmes type concert”

        Ce n’est pas tout Ă  fait la mĂȘme chose.

        S’il avait voulu dire qu’il faut Ă©viter les sons extrĂȘmes il n’aurait pas prononcĂ© cette phrase.

        Mais tu as raison, “le silence (ou plutĂŽt le calme) permet bien Ă©videmment Ă  l’oreille de se rĂ©gĂ©nĂ©rer” mais il vaut mieux que ça ne se sache pas trop; imagine le coĂ»t pour la sĂ©cu s’il fallait indemniser une cure de silence pour ous les gens qui souffrent d’acouphĂšnes ou d’hyperacousie. C’est un luxe qu’on ne peut accorder qu’aux “grandes stars”.

        Pour les pauvre c’est le bruit qui permet Ă  l’oreille de se rĂ©gĂ©nĂ©rer … Avec le succĂšs que l’on sait.

        1. Sans parler de cure de silence, si c’est vĂ©ritablement le silence le plus absolu qui est souhaitable suite Ă  un traumatisme auditif, il suffirait que les ORL demande aux patients de porter des bouchons d’oreille toute la journĂ©e… MĂȘme des bouchons en mousse ou des boules Quies… Ce n’est pas du silence absolu Ă©videmment mais cela rĂ©duit dĂ©jĂ  considĂ©rablement l’exposition quotidienne… Or effectivement ils disent prĂ©cisĂ©ment l’inverse !

          Le lendemain de mon traumatisme au CafĂ© de la danse j’Ă©tais Ă  un autre concert. Je n’avais pas conscience que je venais de subir un traumatisme. Et j’assistais Ă  Ă©normĂ©ment de concerts Ă  l’Ă©poque. C’Ă©tait dans une toute petite salle, toujours Ă  Paris (le Nouveau Casino, pour ceux qui connaissent). J’avais rĂ©servĂ©, donc je n’avais aucune raison de ne pas y aller. Le son Ă©tait fort mais rien Ă  voir avec ce que j’avais subi la veille.

          Lorsque j’ai parlĂ© de ça Ă  mon ORL (le premier que j’ai vu de ma vie), plus de deux semaines plus tard, et qu’il m’a diagnostiquĂ© un traumatisme, je lui ai demandĂ© si ce deuxiĂšme concert le lendemain du choc auditif avait pu aggraver encore les choses. Il m’a assurĂ© que non, Ă  partir du moment oĂč je n’avais ressenti aucune gĂȘne ce soir lĂ …

          En tout cas et effectivement, l’ORL que j’ai vu peu de temps aprĂšs Ă  Pompidou m’a recommandĂ© de me protĂ©ger si j’allais Ă  nouveau en concert (lorsque je l’ai vu, l’hyperacousie sĂ©vĂšre Ă©tait apparue). Mais il m’a dit aussi qu’il ne fallait surtout pas me protĂ©ger. Jamais. MĂȘme dans le mĂ©tro par exemple. Il a ajoutĂ© aussi que j’avais subi un traumatisme avec un son qui n’avait pas dĂ©passĂ© 107 ou 108 dB, avec 105 dB quasi en permanence durant tout le concert… et que pour lui ce volume sonore n’avait rien d’excessif ! Pourtant toutes les Ă©tudes montrent que l’oreille interne subit une lĂ©sion au bout de quelques minutes lorsqu’elle est exposĂ©e Ă  un tel volume… Ça laisse songeur..

          1. Bonjour Laurent,

            Je ne dis pas que face Ă  l’hyperacousie ou les acouphĂšnes il faut vivre dans le silence. D’ailleurs c’est impossible. Il faut vivre dans un ENVIRONNEMENT SONORE MODERE. Cela ne guĂ©rit mais ça empĂȘche d’entretenir l’hyperacousie et les acouphĂšnes en Ă©vitant les petits traumatisme qui entretiennent et dĂ©veloppent l’hyperacousie. Donc en Ă©vitant, des petits traumastisme rĂ©pĂ©tifs on favorise un mieux -ĂȘtre, on diminue le stress et favorise ainsi le rĂ©tablissement de l’organisme.

            Et quand les acouphĂšnes baissent, on stresse moins ce qui favorise une baisse des acouphĂšnes. C’est un cercle vertueux (l’inverse du cercle vicieux qui fait qu’Ă  chaque nouveau traumatisme, les acouphĂšnes augmente, ce qui augmente le stress, ce qui augmente les acouphĂšnes, …).

            Qu’est-ce qu’un environnement sonore modĂ©rĂ©? C’est un environnement sonore Ă  l’abri des sons violents:
            – klaxons ( c’est extrĂȘmement violent pour un malade de prendre un coup de klaxon Ă  1 m)
            – sirĂšnes d’ambulances
            – sirĂšnes de police
            – sirĂšnes de pompier
            – alarmes antivols auto
            – alarmes anti incendies
            – cris d’enfants ( c’est redoutable si on les subi Ă  1 m)
            – sono ultra puissante des voitures de certains jeunes
            – cris d’une cour de rĂ©crĂ©ation
            – cloche des Ă©glises
            – travaux publics ( marteaux piqueurs, machines outils, …)
            – chantiers
            – tondeuses Ă  gazon ( il y en a partout des le mois de mars)
            – tirs de fusil de chasse (en campagne)
            – etc …

            Je ne peux pas exhaustifs tellement ils sont nombreux. Face Ă  cela, un vrai hyperacousique sĂ©vĂšre est contraint de se protĂ©ger. S’il peut affronter ces bruits sans dĂ©velopper d’acouphĂšnes ou de douleurs qui durent au mieux plusieurs heure et bien souvent des semaines,c’est qu’il n’est pas hyperacousique sĂ©vĂšre.

            En fait, pour pouvoir rĂ©pondre Ă  l’Ă©ternelle questions: “peut-on s’exposer au bruit oĂč non?” , il faut rĂ©pondre Ă  la question: ” le bruit occasionne -t- il des douleurs ou des acouphĂšnes douloureux?

            – Si la rĂ©ponse est non: on peut s’exposer.Si l’on ressent unquement de la gĂšne, decla crainte, de la peur, de l’apprĂ©hension , du stress , de l’inconfort ou mĂȘme une douleur passagĂšre ce n’est pas bien grave et on peut s’exposer.

            – Si la rĂ©ponse est oui et qu’on ressent des douleurs qui durent, on ne doit ps s’y exposer.
            Si les douleurs durent des heures il faut ĂȘtre prudent. Si les douleurs occasionnĂ©es par ces bruits violents durent des jours voire des semaines, on doit doit s’en alerter et bannir ces bruits qui dĂ©clenchent des douleurs qui durent plusieurs jours. On est lĂ  en situation de handicap rĂ©el.

            Pour conclure, l’Ă©lĂ©ment sur lequel il faut se baser est donc la douleur. Ce qui occasionne des douleurs de plusieurs jours ne peut pas ĂȘtre bon pour l’organisme.

            On oublie trop souvent de dire qu’il y a une multitude de degrĂ© d’atteinte pour les acouphĂšnes et l’hyperacousie. Certains ont des acouphĂšnes faibles, d’autres ont des acouphĂšnes trĂšs intenses, nombreux et de tonalitĂ©s variables. pour l’hyperacousie, c’est pareil, les degrĂ© de gravitĂ© varient. Il faut donc Ă©viter l’Ă©cueil du raisonnement simpliste et confortable qui met tout le malades dans le mĂȘme sac.

          2. @alex35 : Tu dis ” une douleur passagĂšre ce n’est pas bien grave et on peut s’exposer.” :
            Mais dans mon cas, et je ne suis pas un cas isolé, certains jours un son trÚs léger peut me faire trÚs mal. Et ça peut durer toute la journée. En fait, mes douleurs restent toute la journée.
            En revanche un autre jour je peux supporter sans problĂšme des sons bien plus forts.
            Et c’est peu ou prou comme ça depuis plus de dix ans.

            Quelle est ta conclusion ?

  8. C’est quoi ce dĂ©lire? On parle d’une thĂ©rapie sans dire ce qu’est cette thĂ©rapie.

    C’est comme si on disait, “on a fait une dĂ©couverte stupĂ©fiante!, c’est formidable” . Et c’est tout.

    1. Ce site “oreille malade” est riche d’informations et remarquablement actif.

      Ca change du blog “hyperblog” tenu par une type qui apparemment se prend pour un Ă©crivain en pondant laborieusement un papier tous les 3 mois (il a dĂ» le relire 40 fois en 3 mois avant de le pondre) .

      Son plan d’action pour les acouphĂšnes se limite Ă  la lutte contre les rave parti qu’il assimile Ă  l’anarchisme en pestant contre le laxisme des pouvoirs publics. Une approche utra-sĂ©curitaire de la lutte contre les acouphĂšnes dont l’efficacitĂ© voire la raison d’ĂȘtre est discutable …

      ça qui revient Ă  faire pipi sur la roue du voisin ennemi pour l’embĂȘter. Il y a plus digne et efficace comme action.

  9. @ oreille malade:

    Si un son “trĂšs lĂ©ger” peut te causer des douleurs toute la journĂ©e, ton hyperacousie est trĂšs spĂ©cifique et pas reprĂ©sentative de ce qu’est l’hyperacousie dans la trĂšs grande majoritĂ© des cas.

    L’hyperacousie est liĂ©e avant tout au niveau sonore et Ă  durĂ©e d’exposition.

    Le niveau sonore et la durĂ©e d’exposition sont d’ailleurs et AUSSI les facteurs dĂ©terminants de la fatigue et de l’usure de l’oreille pour quelqu’un qui n’est pas hyperacousique.

    Je me demande si ce n’est pas d’une autre pathologie que tu souffres.

    1. “L’hyperacousie est liĂ©e avant tout au niveau sonore et Ă  durĂ©e d’exposition.” :
      non, en rĂ©alitĂ© l’acoustique et le fonctionnement du cerveau sont des choses bien plus subtiles et complexes que ça 😉 Par exemple, tu as certainement dĂ©jĂ  entendu parler d’ “hyperacousie sĂ©lective”, non ? Certains personnes ne peuvent pas tolĂ©rer un son mĂȘme infime Ă  certaines frĂ©quences, alors qu’un son d’une frĂ©quence Ă©loignĂ©e mais trĂšs fort ne les gĂȘnera pas du tout, mĂȘme si l’exposition se prolonge. Tu peux certainement imaginer Ă  quel point cela peut ĂȘtre handicapant. Exemple simple : n’est-il pas moins handicapant d’ĂȘtre “hyperacousique modĂ©rĂ©” sur l’ensemble des frĂ©quences, plutĂŽt qu’ “hyperacousique sĂ©lectif sĂ©vĂšre” ? (la bonne rĂ©ponse, en rĂ©alitĂ©, est quelque chose comme “cela dĂ©pend” 😉 )

      Tu dois aussi savoir j’imagine que la frĂ©quence du son elle-mĂȘme est dĂ©terminante. Pour faire simple, les sons aigus sont bien plus destructeurs que les sons graves (toute chose Ă©tant Ă©gale par ailleurs).

      Autre Ă©lĂ©ment dĂ©terminant : la dynamique. Si tu es exposĂ© Ă  du 100 dB en continu ton oreille ne va pas pouvoir le gĂ©rer et va rapidement subir une lĂ©sion. Si en revanche le son oscille sans cesse entre 90 et 110, et mieux encore entre 70 ou 80 et 110, il sera a priori bien moins dangereux pour ton oreille. C’est une des raisons de mon traumatisme, le son ayant Ă©tĂ© collĂ© entre 100 et 107 dB tout le long du concert, et la plupart du temps Ă  103 / 105 dB (il n’est jamais descendu en-dessous de 100 dB). C’est aussi une des raisons pour lesquelles un limiteur, que ce soit en salle ou sur un baladeur, peut aboutir Ă  l’effet inverse de celui recherchĂ©.

      Bref, c’est un vaste sujet.

      Cela peut en outre faire comprendre combien un Etat omniprĂ©sent comme l’est devenu le nĂŽtre, qui dĂ©cide Ă  la place de chaque individu s’il est ou non handicapĂ© (par exemple), peut devenir totalement inhumain.

      Attention Ă  ne pas dĂ©crĂ©ter “ce n’est pas de l’hyperacousie”, parce qu’en faisant ça tu fais trĂšs exactement comme les ORL qui te disent “c’est psychologique” ou encore “les autres ont la mĂȘme chose que vous et le vivent trĂšs bien, donc c’est un problĂšme psy” 😉

      Un rapide exemple pour te faire comprendre ce que je veux dire. J’ai traversĂ© une dĂ©pression extrĂȘmement violente, suite Ă  l’apparition de mes symptĂŽmes. Et ce matin je vois Ă  la tĂ©lĂ© un sujet sur un hĂŽpital parisien qui traite la dĂ©pression en faisant jouer les malades Ă  des jeux (type sudoku etc.). Leurs conclusions est que ça marche bien, en comparaison et/ou en complĂ©ment de traitements mĂ©dicamenteux. Je connais effectivement une personne qui a fait une dĂ©pression et qui a suivi des sĂ©ances de ce type. Elle a guĂ©ri en quelques semaines. Impossible de dire si les jeux ont Ă©tĂ© dĂ©terminants ou non dans sa guĂ©rison. Pour ma part j’ai aussi (par moi-mĂȘme) fait des jeux, dans ce but d’ailleurs, mais cela n’a eu aucun effet, du moins en apparence. Je ne dĂ©crĂšte pas pour autant que la personne que je connais ou les autres malades qui vont mieux voire sont guĂ©ris aprĂšs avoir fait des jeux n’Ă©taient en fait pas en dĂ©pression ! C’est simplement que, encore une fois, tout ce qui touche au cerveau est extrĂȘmement complexe et trĂšs trĂšs peu connu Ă  l’heure actuelle. La seule conclusion que je peux en tirer, c’est que dans le cas de ma dĂ©pression cela n’a pas (ou trĂšs peu) eu d’effet.

      D’ailleurs pour ma part, je souffre bien d’hyperacousie, aucun doute lĂ -dessus. LĂ  oĂč tu as raison, c’est que je souffre d’autres diffĂ©rentes pathologies en plus de ça. Pas de bol, j’ai hĂ©ritĂ© d’un pack “complĂšte pizza” 😉 D’ailleurs quand j’avait fait ma TCC il y a dix ans j’ai rencontrĂ© un paquet de monde qui l’avaient suivie aussi, et nous n’Ă©tions que deux personnes Ă  avoir de trĂšs vives douleurs en permanence, y compris dans le silence total (les douleurs liĂ©es Ă  l’hyperacousie venant s’y ajouter).

  10. Bonjour

    Peut ĂȘtre ĂȘtes vous deja au courant que Auris Medical vient de mettre au point un traitement efficace
    Contre les acouphenes plusieurs études ont été faites avec des résultats trÚs concluants maintenant il
    N’attende plus que l’homologation pour la mise sur le marche ( il me tarde car je suis comme vous atteinte
    D’acouphĂšnes )
    Par contre cela n’engage que moi mais il sont sur d’autres recherches la encore c’est moi qui le pense
    Peut ĂȘtre la maladie de meniere?
    Si vous voulez en savoir plus allez sur internet et taper Thomas Meyer
    Yolande

  11. Je peine Ă  comprendre. On dirait qu’il existe plein de traitements mais en mĂȘme temps aucun traitement. C’est quoi ce dĂ©lire ? Il est oĂč le traitement de 2015 ? OĂč en est-on de la prise en charge thĂ©rapeutique des acouphĂšniques ? Pourquoi pas de reconnaissance de handicap ? Je souffre d’acouphĂšnes depuis 4 ans. Ça a dĂ©truit ma vie de couple. J’arrive plus Ă  voir demain. Je crie cycliquement Ă  l’aide et personne ne m’entend. Le comble, c’est que nous sommes des milliers Ă  implorer les mĂ©decins, la recherche et tous les professionnels de santĂ© soit pour la trouvaille miraculeuse ou une meilleure prise en charge. SatanĂ©s bruits d’oreilles ! ! ! Courage Ă  vous tous qui comprenez de quoi je parle.

  12. Il est vrai que les articles Ă©voquants des solutions potentiellement efficaces existent mais qu’il est trĂšs dur d’avoir un suivi de l’avancĂ©e des recherches, c’est trĂšs frustrant. J’ai des acouphĂšnes depuis mes 17 ans, j’en ai aujourd’hui 25 et aprĂšs de premiĂšres annĂ©es trĂšs difficiles je m’y suis aujourd’hui bien accoutumĂ© et ils me dĂ©rangent vĂ©ritablement qu’assez rarement. Il faut faire l’effort de long terme d’essayer de s’occuper l’esprit et les oreilles par autre chose dĂšs qu’on commence Ă  se fixer dessus et le cerveau fini par en faire abstraction naturellement. Courage Ă  ceux qui traversent une phase difficile !

    1. Moi j n ai pas pu ca fait 14ans que j en souffre et ca devient de plus en plus fort deprimee fatiguee je ne sors plus je n peux prendre de douches entendre des briuits j n supporte pas les transports c fatiguant merci de me donner des conseils

      1. Ne plus supporter les bruits j’ai eu ça aussi au dĂ©but c’est de l’hyperacousie, c’est passĂ© avec le temps mais peut ĂȘtre qu’il existe des solutions que je ne connais pas (ORL, internet ?).

        Pour s’habituer Ă  ses acouphĂšnes il faut sans cesse se distraire, ça peut ĂȘtre fatiguant au dĂ©but mais il faut Ă  tout prix Ă©viter de rester dans le silence totale. Je me suis endormi avec de la musique, du bruit blancs (pluie, grillons…) ou des livres audio pendant trĂšs longtemps. Se frotter les oreilles ou faire le tambour (se boucher l’oreille avec le majeur et tapoter dessus avec l’index) peut soulager Ă  court terme en faisant paraĂźtre l’acouphĂšne moins fort.

        AprĂšs il n’y a malheureusement pas de solutions miracles :/ Il faut sortir, voir des amis, paradoxalement je pense qu’il ne faut pas trop en parler Ă  son entourage car ça ne soulage pas, ça fait y penser et les autres sont malheureusement impuissants. Si vraiment ça vous retire le goĂ»t Ă  la vie ne pas hĂ©siter Ă  aller voir un psychiatre, les antidĂ©presseurs peuvent ĂȘtre une solution temporaire pour aider Ă  reprendre le dessus (et peuvent faire baisser l’intensitĂ© des acouphĂšnes qui se nourrissent aussi de l’anxiĂ©tĂ©, du stress et de la fatigue physique et morale).

        Il existe un centre Ă  Marseille qui tente de rechercher les causes et de traiter les acouphĂšnes, ils n’ont rien pu faire pour moi malheureusement mais c’est Ă  essayer. Le centre se nomme IMERTA. Ils sont trĂšs aimables et vous voyez une sĂ©rie de spĂ©cialistes (ORL, KinĂ©, Cardiologue) pour tenter de dĂ©finir la tonalitĂ©, la puissance et la cause de votre acouphĂšne (c’est parfois dĂ» Ă  une mauvaise position de la mĂąchoire par exemple). Par ailleurs ils gardent votre dossier et peuvent vous contacter dans l’hypothĂšse d’une solution nouvelle qui pourrait correspondre Ă  votre acouphĂšne.

        VoilĂ  Ă  peu prĂšs tout ce que je peux dire de par mon expĂ©rience, je sais que c’est trĂšs dur Ă  entendre mais il faut l’accepter, j’avais une fois lu une comparaison qui m’avait fait relativiser : c’est un peu comme la sensation du cƓur qui bat. On y pense presque jamais mais si on y fait attention on le sent. Le but est que ça devienne la mĂȘme chose avec les acouphĂšnes, il faut l’intĂ©grer et l’accepter pour mieux en faire abstraction. C’est un cercle vertueux : moins on se focalise dessus, plus on se dĂ©tend et on l’accepte, moins il paraĂźt fort et envahissant et plus il est facile de ne pas se focaliser dessus etc.

        Un jour la recherche nous rendra peut ĂȘtre le luxe du silence, en attendant, pensons Ă  autre chose ! Courage !