Emploi : comment travailler avec des acouphènes ?

Est-il possible d’exercer normalement une activité lorsque nos oreilles sifflent en permanence ?

Parmi les personnes acouphéniques, 42 pour cent estiment que leurs acouphènes affectent négativement leur travail, selon une étude britannique effectuée pat la RNID, Royal National Institute for the Deaf, sur un panel de 900 personnes souffrants d’acouphènes.

Source : Hear it

42 % ! On est loin 5 ou 10 % d’acouphéniques qui, seuls, se plaindraient un tant soit peu de leurs sifflements d’oreille !

Si les acouphènes étaient la pathologie bénigne que l’on veut bien nous vendre dans les cabinets ORL, observeraient-on de tels chiffres ? Il n’est pas nécessaire d’avoir fait une Grande Ecole pour connaître la réponse. Que se passerait-il si le FN totalisait 42% des voix en France ? Tout le monde hurlerait, à juste titre d’ailleurs, sur le danger que laisserait supposer un tel déferlement de chemises brunes au sein de notre pauvre démocratie ! Sur ces hordes de gros cons qui se pressent dans les urnes ! On nous rebat déjà les oreilles lorsque le parti de Jean-Marine Le Pen atteint les 11% – même si, à dire vrai, il n’est peut-être pas si loin des 42%… J’ose espérer que des hommes politiques, plus lucides peut-être, plus courageux certainement, prendraient alors la pleine mesure du danger et se retrousseraient les manches pour “guérir le malade” (on ne sait que trop le penchant de certains pour un traitement de choc et une solution radicale).

Mais quid de nos ORL, de nos médecins, de nos chercheurs… mais aussi, en effet, de nos hommes politiques, incapables de reconnaître ce qui siffle et sonne comme une évidence dans certains pays étrangers : les acouphènes peuvent être un handicap lourd et insurmontable ! La France, toujours prête à se gargariser de son système de santé prétendument inégalé (et inégalable), acceptera-t-elle longtemps d’envoyer ainsi sa jeunesse, plus peroxydée que dorée, au casse-pipe ?

A lire aussi :  Nez bouché oreille bouchée - Mal de dos, sciatique et lumbago ...

La nouvelle chair à canon, on la trouve dans les discothèques et les salles de concert !

Quand donc sera-t-il possible d’envisager une reconnaissance de ce lourd handicap que sons les acouphènes, que l’on nomme d’ailleurs parfois invalidants, afin de les différencier des acouphènes légers qui se font très légèrement entendre, chez certaines personnes, dans le silence complet ou au moment de s’endormir ?
“Avoir des acouphènes peut être catastrophique, mais cela ne doit pas devenir nécessairement un obstacle sur le marché du travail ou d’empêcher les personnes qui en souffrent de vivre une vie bonne et normale”, conclut le billet de Hear it. En effet, il ne faut pas discriminer nanana les acouphéniques nanana il ne faut pas les stygmatiser nananananèreuh. Nous autres qui souffrons d’acouphènes invalidants avons en effet le droit à une vie “normale”, ie une vie durant laquelle on peut subvenir à nos besoins, malgré notre handicap.

Il ne reste plus qu’à nous en donner la possibilité.

Chiche ?

(Illustration : Thibault Roy, Dijonscope)

Articles liés

Acouphene : espoir de traitement ?

La fin des acouphènes ? Les acouphènes, ces sons qui sifflent ou bourdonnent dans la tête de manière plus ou moins permanente sans que la moindre source sonore extérieure ne puisse les expliquer, gâchent la vie de 5 millions de Français. Longtemps considéré comme un trouble psychologique, ces sons fantômes ne bénéficiaient jusqu’ici d’aucun traitement efficace.

Quand on veut on peut : le triomphe de la volonté

On entend souvent des formules du type “les personnes qui n’ont pas vécu ça ne peuvent pas comprendre.” Presque aussi souvent que le fameux “quand on veut on peut” d’ailleurs. Mais avez-vous remarqué qu’en matière de santé les personnes qui ont vécu “quelque chose du même genre” sont parfois les plus dures ? Comment expliquer ça ?

Réponses

  1. JE VOUS SOUTIENS A FOND CAR JAI DES ACOUPHENES TERRIBLES DU A UN OU DES TRAUMATISMES SONORES. CEST NO FUTURE ET PEUT ETRE SUICIDE CAR AUCUNE AMELIORATION EN 3ANS JE SOMBRE DE JOUR EN JOUR . TOUT LE MONDE EST INCPABLE DE ME COMPRENDRE. ILS COMPRENDRONT QUAND JE NE SERAI PLUS LA

    1. Le suicide n’est pas un solution, pas même pour faire comprendre quoique ce soit à votre entourage… Et même au contraire… Car si demain vous n’êtes plus là, ils diront que vous étiez dépressif et qu’à cause de cela vous aviez de petits sifflements dans les oreilles, vous ne pensez pas ? Après tout, c’est ce que bon nombre d’ORL leurs disent, alors comment imaginer qu’ils y entendent quelque chose – c’est le cas de le dire… 😉
      C’est triste mais l’être humain, au fond, est très limité… Il lui est extrêmement difficile de sortir de son propre vécu.

      Pouvez-vous nous en dire plus sur votre situation ? Je vous invite à nous rejoindre et à vous présenter sur le forum acouphènes.