“L’Auvergne est notre bout du Monde !”

Le silence : pouvoir l’entendre et savoir l’Ă©couter

Écouter le silence, et dans ce silence soudain entendre les clarines; Regarder, Ă  perte de vue, les sommets d’Auvergne et, plus bas, suivre des yeux les pentes fleuries d’innombrables essences, parcourues de troupeaux; Les suivre jusqu’au fond des vallĂ©es et reconnaitre les villages dĂ©jĂ  visitĂ©s, ceux que nous verrons sans doute demain ou après demain. VoilĂ  la rĂ©compense Ă  cette lente ascension que nous nous sommes imposĂ©. ÉmerveillĂ©s par ces visions, nous croyant seuls au monde, voilĂ  que nous apercevons qui un pipit farlouse, qui une linotte mĂ©lodieuse, ou encore un de ces milliers d’insectes semblant prendre la pose pour la photo.
Et voilĂ  que l’Auvergne est notre bout du monde !

… Mon bout du Monde Ă  moi, ce sont mes acouphènes. Et ce silence que j’ai perdu depuis plus de huit ans. DĂ©jĂ .

Un petit bout d’Ă©ternitĂ©.

TĂ©moignage lu sur Auvergne Tourisme Info.

(Photo de l’Ecogite de Bessoles les Bois, St Diery)

A lire aussi :  La refondation de la gauche

Articles liés

Roberto Juarroz

Poésie verticale. Un bourdonnement de fond témoigne de la présence des choses. Nous avons besoin de la parole et du vent pour le supporter. Un bourdonnement de fond dénonce l’absence des choses. Nous devons inventer une autre mémoire pour ne pas devenir fous. Un bourdonnement de fond annonce qu’il n’y a rien qui ne puisse exister.

RĂ©ponses