De l’interprétation des rêves, de la signification du sommeil agité

Un rêve étrange et pénétrant

Une grande course autour du Monde se prépare. Plutôt qu’une course, il s’agit de savoir qui sera capable de boucler un tour du monde en kayak. Oui, en canoë kayak. Seul, évidemment. Avec ces espèces de rames qu’il faut insérer dans l’eau, un coup à droite, un coup à gauche. Alternativement. Le coton-tige des mers.

Six participants. Seulement six. On ne sait pas ce qu’il y a à gagner. On ne sait même pas s’il y a quelque chose à gagner.

J’ai chopé la toute dernière place, à la dernière seconde. La veille du départ, au soir. Je n’ai pas pu résister. Je n’ai jamais su refuser la bonne affaire.

Je vais passer la nuit chez un ami. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Il doit retourner chez lui à Paris le lendemain. En TGV, apparemment.

Je n’ai rien pris à manger, je n’ai pas pris ma brosse à dents. Ça m’inquiète, d’autant que j’ai aperçu une image des cinq autres concurrents : ceux-ci sont lourdement armés, Kalash pour l’un, Panzerfaust pour l’autre, l’attirail du parfait chasseur.

Tous les coups sont permis.

Je comprends seulement maintenant le sens de cette phrase et réalise alors que je suis déjà mort : sans aucun préparatif, sans arme, sans eau, sans nourriture, comment espérais-je traverser les océans ? Quand bien même il n’y aurait pas eu de tueur né à mes trousses !

Il faut que je revende ma place. Elle m’a coûté assez cher, je crois, même si je ne sais plus trop ce que cela signifie. En tout cas, si je ne parviens pas à m’en débarrasser contre un peu d’argent, je partirai. Il est hors de question que je la jette. J’ai bien trop besoin d’argent. Et puis… Et puis je ne sais pas. Peut-être y a-t-il une autre raison ?

A lire aussi :  « Make a realistic wish » : soyons réalistes, demandons l’impossible

Voilà ce que j’ai rêvé la nuit dernière. Je me demande bien ce que cela peut signifier mais, pour une fois que je me souviens de bribes d’un de mes rêves, ça vaut le coup de chercher à l’interpréter. Reste plus qu’à trouver un peu de temps.

Articles liés

La nausée : le mal du concert

“Je voulais réagir à votre article sur les concerts qui ne font plus recette (Télérama n° 3140) […] Et quand on voit que les organisateurs distribuent des boules de protection auditive à l’entrée de leurs concerts, où on a la nausée à cause du volume et des basses… Non, vraiment, la crise ne doit pas tout expliquer.”

Réponses