La télémédecine légale en France

La médecine à distance autorisée : le diagnostic médical par internet, une véritable évolution ?

Ce qui peut apparaitre comme une petite rĂ©volution et une excellente nouvelle, par exemple et notamment pour les personnes qui souffrent d’hyperacousie, est-il rĂ©ellement autre chose qu’une simple reconnaissance d’un usage dĂ©jĂ  rĂ©pandu (sans mĂŞme parler de ce qui se fait depuis longtemps dĂ©jĂ  Ă  l’Ă©tranger) ?

ElĂ©ments de rĂ©ponse…

«Ce n’est pas demain la veille qu’on fera des consultations par Internet»

La tĂ©lĂ©mĂ©decine dispose dĂ©sormais d’un cadre juridique : un dĂ©cret qui vient d’ĂŞtre publiĂ© au Journal officiel rĂ©glemente Ă  partir d’avril 2012 des activitĂ©s telles que tĂ©lĂ©consultation, tĂ©lĂ©expertise, tĂ©lĂ©surveillance mĂ©dicale ou tĂ©lĂ©assistance mĂ©dicale.

Révolution ou simple reconnaissance de ce qui se fait déjà ? Le docteur Claude Leicher, président du syndicat des médecins généralistes MG France, opte pour le second choix.

Lire :

«Ce n’est pas demain la veille qu’on fera des consultations par Internet»

(Photo : cite-sciences.fr)

A lire aussi :  SurditĂ© brusque : que faire ?

Articles liés

Sylviane Chery Croze, ex-directeur de recherche au CNRS

Chat du 6 septembre 2010. Avec Sylviane Chery Croze, ex-directeur de recherche au CNRS, Roselyne Nicolas, prĂ©sidente et Jacques GĂ©rard, vice-prĂ©sident de France Acouphènes. Quelques rĂ©ponses intĂ©ressantes, parmi lesquelles j’ai relevĂ© notamment : “A priori c’est le cerveau qui recrĂ©e les acouphènes, mĂŞme lorsque les oreilles ne les entendent plus.”

Nicolas Sarkozy : malaise lipothymique, vagal… ou verbal ?

Nicolas Sarkozy a subi hier un malaise. Vagal, lypothimique, d’effort, de surcharge de travail… On en sait suffisamment aujourd’hui : le PrĂ©sident est surmenĂ© en plein mois de juillet. Pourtant, aujourd’hui, le malaise persiste. Mais il est d’une autre nature.

Comment l’expliquer ? Et serait-ce une opportunitĂ© dans notre lutte contre les acouphènes ? Oreille malade vous dit tout !

RĂ©ponses