Troubles de l’oreille interne et modifications du cerveau

Article lu dans le numéro de novembre 2013 de Science & Vie, signé par K.B. :

L’hyperactivitĂ© trouve son origine dans l’oreille

Si l’on savait dĂ©jĂ  que les enfants sourds ont plus de risques de dĂ©velopper une hyperactivitĂ©, ce lien s’expliquait jusqu’ici par la frustration engendrĂ©e par le handicap. Une interprĂ©tation purement psychologique que bousculent aujourd’hui les rĂ©sultats d’une Ă©quipe de l’Albert Einstein College of Medicine (New York) : en effet, chez les souris, des troubles de l’oreille interne peuvent induire des modifications biologiques Ă  l’intĂ©rieur du cerveau.

Les chercheurs se sont intĂ©ressĂ©s Ă  des souris hyperactives, Ă©galement sujettes Ă  des troubles de l’audition et de l’Ă©quilibre. Chez elles, une mutation gĂ©nĂ©tique entraĂźne une atrophie des cellules ciliĂ©es de l’oreille interne, qui dĂ©clenche dans le cerveau une concentration anormalement Ă©levĂ©e de deux protĂ©ines, connues pour leur rĂŽle dans le contrĂŽle des mouvements. C’est ce qui causerait l’hyperactivitĂ©, chez la souris du moins.

L’injection locale d’un inhibiteur de l’une de ces protĂ©ines a permis de diminuer les symptĂŽmes. Une piste inĂ©dite de traitement se dessine.

La nouvelle a été reprise sur plusieurs sites, comme par exemple :

Traumatisme auditif, lĂ©sion de l’oreille interne et rĂ©percussions sur le cerveau ?

Troubles du cerveau...

Les ORL et chercheurs affirment depuis quelques temps dĂ©jĂ  que lorsque des troubles de l’oreille interne surviennent, par exemple aprĂšs un traumatisme auditif, l’acouphĂšne et l’hyperacousie se “centralisent” dans le cerveau au bout de quelques semaines ou quelques mois, ce qui indiquerait des modifications du cerveau. Plus exactement, il est gĂ©nĂ©ralement considĂ©rĂ© jusqu’alors qu’il s’agit d’une hyperactivitĂ© d’une certaine zone du cerveau, mais pas qu’on se trouve en prĂ©sence de modifications biologiques qui rĂ©sultent directement du problĂšme d’oreille interne.

A lire aussi :  Raideur et des cadences

La piste purement psychologique tient incontestablement toujours la vedette en matiĂšre d’acouphĂšnes et d’hyperacousie. Nous pouvons espĂ©rer que des dĂ©couvertes du mĂȘme ordre viennent bousculer les confortables certitudes des ORL et chercheurs en la matiĂšre. Et qu’ils s’attelleront alors Ă  des recherches d’un genre nouveau. Mais dans combien de temps Ă  votre avis ? Peut-on l’espĂ©rer pour un futur proche ?

Qu’en pensez-vous ?

 

Crédit photo : Andrew Mason

Related Articles

RĂ©ponses

  1. “L’injection locale d’un inhibiteur de l’une de ces protĂ©ines a permis de diminuer les symptĂŽmes. Une piste inĂ©dite de traitement se dessine.”

    Ce serait formidable Ă©videmment, on ne peut que l’espĂ©rer ! Reste Ă  savoir si on peut appliquer sans difficultĂ©s Ă  l’ĂȘtre humain ce qui “marche” pour les souris… mais c’est une piste intĂ©ressante. En tous cas cela remettrait en cause cet ORL qui m’avait affirmĂ© alors que je lui faisais part de la dĂ©gradation de mes symptĂŽmes : “c’est un signe de dĂ©pression.”

    1. C’est une excellente nouvelle. Ca change des Ă©ternelles TCC, TRT et autre thĂ©rapies sonores qui officiellement sont efficaces dans 75% des cas ( nombreux faux tĂ©moignages Ă  l’appui) mais qui en rĂ©alitĂ© donnent des rĂ©sultats trĂšs mĂ©diocres…

      Il est vrai qu’il faut ĂȘtre naif pour croire qu’avec des entretiens avec un psychologue et des exercices de relaxation et de respiration, le problĂšme des acouphĂšnes est rĂ©solu. ET DEFINITIVEMENT s’il vous plaĂźt! Certains ORL ne rĂ©culent devant aucun mensonges pour camoufler leur impuissance face aux acouohĂšnes et Ă  l’hyperacousie.

      Espérons que cette voie prometeuse donne de VRAIS résultats suivi de VRAIS témoignages positifs.

      1. Disons qu’en l’absence de rĂ©el traitement, le cĂŽtĂ© psy permet d’essayer de moins souffrir. Faute de mieux, c’est tout Ă  fait respectable. Ca ne l’est plus lorsque les solutions psy sont prĂ©sentĂ©es sur le mode “c’est le traitement, problĂšme rĂ©glĂ©”. Car Ă  mesure que la science avance, le “purement psy” recule sans cesse… Ce qui n’est franchement pas Ă©tonnant si l’on y rĂ©flĂ©chit deux minutes… 🙂

        1. la piste neurologique est a explorer, c’est Ă©vident!je fais pas mal de recherches sur les neurotransmetteurs,serotonine,dopamine;la neuroplasticitĂ© du cerveau m’interpelle aussi.le lobe pariĂ©tale,le tronc cĂ©rĂ©bral ,le centrE de l’audition au niveau du cerveau,…CE SONT DES NOTION COMPLIQUEES.MAIS IL Y A PAS MAL DE DOC, DE THESES, SUR LE WEB.moi aussi ,on m’a proposĂ© le psy:et j’ai refusĂ©!!par contre ,Ă©crire sur mon hyperac’ ,verbaliser ce que je ressentais,m’a permis petit Ă  petit de comprendre une chose essentielle:ou,quand,comment et pourquoi,j’ai mal…ET DE TENTER DE TROUVER DES SOLUTIONS:PARFOIS ,originale,comme de cumuler cafĂ© °cola +CHOCOLAT NOIR POUR ME SOULAGER;(oui,ca marche!le cafĂ© a des proprietĂ© anti inflamatoires,que les migraineux connaissent bien!moi,j’ai dĂ©couvert ce “soulagement par la cafĂ©ine” par hazard;le chocolat contient un dĂ©rivĂ©e de cafeine,la thĂ©obromine,je crois!!)et a chaque fois que je trouve un truc pour -souffrir ,je le note!!et je fais des recherches,sur le web ou ailleurs,por comprendre…

  2. Je mettais en cause plus haut cet ORL qui m’a affirmĂ© de façon lapidaire (vos problĂšmes auditifs) “c’est un signe de dĂ©pression”. C’est trĂšs simpliste. Je vois une psy trĂšs compĂ©tente et je prends des antidĂ©presseurs depuis des mois. RĂ©sultat: j’ai meilleur moral, j’arrive Ă  trouver l’Ă©nergie pour faire face au quotidien (c’est dĂ©jĂ  ça) mais je souffre quand-mĂȘme psychologiquement et physiquement (fatigue) de mes acs et de l’hyper car j’ai une vie plus difficile qu’avant.
    Il y a en effet une diffĂ©rence entre le cĂŽtĂ© psy et l’aspect mĂ©dical. Les acouphĂšnes, l’hyperacousie sont avant tout des problĂšmes de SANTÉ qui pourrissent la vie et crĂ©ent beaucoup d’anxiĂ©tĂ© voire d’angoisse. En rĂ©alitĂ© si on savait soigner ces pathologies, je me sentirais beaucoup mieux, tout simplement. Conclusion: c’est totalement faux de dire : “dĂ©barrassez-vous de votre dĂ©prime ou dĂ©pression, et vous verrez que tout s’arrangera, vous ne souffriez plus de ces troubles auditifs.” A bon entendeur…

    1. 100% d’accord avec toi. Et je pense qu’il ne faut pas confondre “cerveau” et “psycho”. C’est pas parce que le problĂšme vient du cerveau (c’est a dire problĂšme organique, somatique, presque mĂ©canique), qu’il faut rĂ©soudre le problĂšme par des traitements psychologiques du genre “autosuggestion” “remplacement de fausses croyances”…

      par curiositĂ©, ton orl, c’est un ORL quelconque ou un oRL spĂ©cialiste des acouphĂšnes?

  3. Quand les mĂ©decins ont impuissants, la piste purement psychologique tient toujours la vedette. Ca leur permet de cacher leur impuissance. Si le malade ne guĂ©rit pas ce n’est pas Ă  cause de l’impuissance de l’ORL mais parce qu’il ne fait pas le travail psychologique nĂ©cessaire.

    C’est l’Ă©ternel “c’est psy”, ” c’est dans la tĂȘte”.

      1. peut-ĂȘtre mais ça les obligerait Ă  trouver des traitements et plus vite que ça…

        tandis que lĂ , le fait d’essayer de nous faire croire que la “psychologie guĂ©rit tout” est bien pratique parce que comme ça on n’est pas obligĂ© de faire de vĂ©ritables recherches scientifiques pour Ă©laborer de nouveaux traitements.
        puis bon, les gens qui vont voir un mĂ©decin n’ont qu’une seule envie : se faire soigner. arrivĂ©s sur les lieux on leur administre des traitements qui sont inefficaces. certaines personnes passent des annĂ©es, des dĂ©cennies entiĂšre chez un psychanalyste, un guĂ©risseur ou un rebouteux et leur maladie ne s’amĂ©liore pas d’un iota.
        ou alors parfois elle s’amĂ©liore mais trĂšs lentement et il s’agit en fait d’une amĂ©lioration naturelle qui aurait eu lieu mĂȘme si la personne n’Ă©tait pas allĂ© voir son psychanalyste ou son rebouteux. si c’est pour obtenir de tels rĂ©sultats autant rester chez soi, ça permet d’Ă©conomiser beaucoup d’argent et aussi de temps.

        si on mettait au point des traitements efficaces pour rĂ©parer l’oreille interne ce serait encore mieux car ça amĂ©liorerait la qualitĂ© de vie de milliers de gens. et qu’on ne nous sorte pas l’argument selon laquelle les acouphĂšnes et l’hyperacousie sont des maladies rares : tous les handicaps sont des maladies rares, et ça n’empĂȘche pas les chercheurs de travailler dessus.

        1. On en revient Ă  l’idĂ©e que c’est aux acouphĂ©niques et hyperacousiques de se mobiliser… Pourquoi en France ne le font-ils pas, ou si peu ? Pourquoi attendent-ils dans leur immense majoritĂ© qu’ “on” s’occupe d’eux ? Rien ne tombe tout cuit du ciel…

          Heureusement que dans certains pays, notamment les pays anglo-saxons sur lesquels nous Français tapons si souvent et si facilement, les malades se prennent un peu plus en main que nous, parce que c’est ce qui fait changer les choses…

          1. Chaque pays a ses points faibles et ses points forts, par consĂ©quent la recherche scientifique ne peut ĂȘtre qu’internationale et elle l’est dĂ©jĂ  d’ailleurs.

            Ce qui serait intĂ©ressant c’est que quand il s’agit d’un soin palliatif qui ne soigne pas la maladie mais permet juste de l’accepter, ceux qui les proposent prennent la peine de le prĂ©ciser, au lieu de faire croire qu’ils ont inventĂ© un nouveau traitement miracle.

            ça permettrait d’Ă©viter la dĂ©sinformation ainsi que de donner des faux espoirs aux malades.

          2. En France les mentalitĂ©s n’ont pas l’habitude de bouger.
            mais c’est surtout parce qu’une association dont je tairai volontairement le nom, mais qui a pignon sur rue dans notre pays, ne fait rien pour que ça change. Et sa quantitĂ© d’adhĂ©rents fond a vue d’oeil, dĂ©jĂ  parce qu’elle n’a pas le mĂ©rite d’attirer les jeunes, mais Ă©galement en faisant partir ceux qui osent ouvrir un peu les yeux.

            En tout cas espĂ©rons que les mentalitĂ©s Ă©volueront justement, parce que l’habituation est la seule solution prĂŽnĂ©e depuis longtemps, [Note du modĂ©rateur : nom du produit supprimĂ© car il est interdit de le mentionner sur ce site. DĂ©solĂ© pour la gĂȘne occasionnĂ©e.] entre autres. Or si on ouvre d’autres voies, peut-etre qu’ont essaiera plus intelligemment de trouver les causes au lieu de chercher Ă  rĂ©duire les symptĂŽmes.

      2. Alors @admin si je comprends bien c’est un mĂ©canisme d’auto-defense qui a gangrainĂ© un tas de monde Ă  ce que je vois.
        Dommage si ça se fait au dĂ©triment d’une lĂ©gion de malades., vraiment dommage qu’ils ne cherchent pas Ă  ravaler leur fiertĂ© et Ă  se remettre en question dans l’intĂ©rĂȘt collectif, et non leur propre intĂ©rĂȘt ; n’est-ce pas le but ultime du serment d’hypocrate de s’occuper des malades ? en tout cas ça ferait avancer les mentalitĂ©s de dĂ©poussiĂ©rer ces hordes de dinosaures bien dans leurs pantoufles : faire reconnaĂźtre le problĂšme au lieu de fuir les malades (qui par ailleurs souffrent de nombreux dommages collatĂ©raux).

        DĂ©solĂ© pour ceux qui s’investissent cat il doit y en avoir.

    1. Bien dit le tout psy : mis Ă  part peut-ĂȘtre quelques cas trĂšs particuliers c’est une excuse pour tourner autour du pot en masquant son ignorance et surtout l’absence de volontĂ© de faire des investigations un “peu” plus sĂ©rieuses..
      C’est plus grave selon qui dit ça, parce qu’augmenter le stress chez un acouphenique est relativement “contraire” Ă  la mission d’un soignant. Si en + il n’apporte aucune solution – ni curative ni symptomatique. Et si en + il pratique les honoraires libres c’est le pompon !

  4. Celui qui dit “c’est psy” dĂ©jĂ  celui-ci commence trĂšs mal son raisonnement, puisque celui qui vit ça sait dĂ©jĂ  que l’acouphĂšne est trĂšs Ă©nervant. Ça c’est une consĂ©quence et pas une cause.

    Et puis si on raisonne un peu il y a ceux qui Ă©taient en dĂ©pression avant l’arrivĂ©e de l’ac. Chez eux, une large proportion Ă  dĂ©couvert l’ac justement parce que la dĂ©pression Ă©tait un contexte propice Ă  percevoir l’ac (justement, ruminer, la solitude etc… : on perçoit forcĂ©ment l’ac + fort) ; pourtant rien n’interdit d’affirmer que l’ac n’Ă©tait pas dĂ©jĂ  lĂ  + tĂŽt, mais trop “faible” pour ĂȘtre perçu avant la dĂ©pression.

    Donc si on rĂ©flĂ©chit l’ac s’accompagne trĂšs souvent d’une dĂ©pression psychologique. Qu’elle soit trĂšs faible ou intense, ça va juste dĂ©pendre de la personne.
    De la a renoncer a s’occuper de chercher les causes en prĂ©textant les consĂ©quences. C’est presque inhumain, voire de l’incompĂ©tence. alors le professionnel qui croit que “c’est psy” il a suivi x annĂ©es d’Ă©tudes pour rien.
    Et s’il savait les consĂ©quences de ses paroles, stresser encore + un acouphĂ©nique. C’est encore une preuve d’incompĂ©tence. une HONTE !

  5. J’ai une amie qui Ă©tait acouphĂ©nique pendant 1 an (c’est survenu au travail, la musique Ă©tait trĂšs forte et l’ambiance avec les collĂšgues, pourri), puis ça a disparu comme ça, sans rien faire.
    Du coup, si l’acouphĂšne est le symptĂŽme de quelque chose, il faut que cette chose soit rĂ©glĂ© pour qu’il disparaisse (elle ne l’entend plus, mĂȘme quand elle y pense ou dans le calme).
    Ou alors tout le monde est acouphĂ©niques, seulement le bruit reste dans l’inconscient (des scientifiques ont mis des gens non-acouphĂ©nique dans une piĂšce sans aucun sons, et ces gens ont entendu des acouphĂšnes).
    Je ne sais pas laquelle des deux théories est la bonne.

    Chaque site y va avec son hypothĂšse, c’est fatiguant et stressant pour l’acouphĂ©nique qui navigue entre l’optimiste (il y a toujours une solution !) , le fataliste(c’est fini pour toi, vieux !) et le “mais noooon c’est rien t’inquiĂšte !”.
    Mais l’acouphĂšne est personnel Ă  chacun, alors on peut le comparer avec la dĂ©pression, aprĂšs tout chaque depressif est diffĂ©rent, tout les traitements ne marche pas forcement, et il peut y avoir des rechutes !
    Je compare un peu l’incomparable, mais je pense que mĂȘme si nous trouvons la pilule miracle , il y aura toujours un pourcentage de gens sur qui ça n’aura aucun effet.
    Le cerveau est tellement complexe et on n’en est pas venu Ă  bout ! En attendant il faudrait prendre toute les solutions qui soulage et/ou qui a guĂ©rie certaines personne, et faire un suivi perso de l’acouphĂ©nique (un vrai suivi perso, hein) comme on le fait (quelquefois bien, quelquefois mal) avec le depressif.
    Mais soyons optimiste (^^) on commence enfin à se bouger sur ce sujet, ça me rappelle que les médecins avait mis beaucoup de temps également pour prendre la depression au sérieux.
    J’estime personnellement que le corps est bien fait, donc chaque chose Ă  sa/ses remĂšdes, c’est juste les mĂ©decins qui sont Ă  la ramasse ! XD

  6. “Tout le monde acouphenique”
    qu’est devenue d’ailleurs la thĂ©orie du mute Button ?

    Il doit y avoir un tas de gens qui ont des acs lĂ©gers en “sommeil”. Jusqu’au jour oĂč leur perception devient suffisante pour s’en rendre compte.
    mais ce qui est primordial c’est de s’inquiĂ©ter des causes rĂ©elles de ces acs.
    physiques dĂ©jĂ , c’est nettement plus sĂ©rieux que ces thĂ©ories sur le psychisme. Mis Ă  part les arguments bidon de certains…
    fissures, micro fissures, lĂ©sions… Il doit y en avoir des tas. Et prises en compte par le cerveau qui rĂ©agit par un signal d’alarme : l’acouphĂšne.
    signal perçu ou non : la perception.
    conséquences psychiques : lorsque la perception dépasse le seuil de tolérance.

    Imaginons maintenant que ces 3 facteurs varient :
    Les fissures s’elargissent en fonction de la nature du terrain. Arthrose, vieillissement, sollicitation, vibrations, sensibilitĂ© propre Ă  chacun, degrĂ© d’arthrose, vieillissement etc…
    plus la fissure est large plus le signal Ă©mis en Ă©cho par le cerveau est fort. Plus la fissure est profonde plus elle sera difficile a reboucher, l’Ă©tat d’esprit etc
    La perception : elle varie selon l’ampleur du signal, la concentration sur le signal etc. Celle-ci varie selon l’environnement et les particularitĂ©s de chacun.

    Psychologie : va varier selon les prédispositions de la personne.

    1. J’ai proposĂ© Ă  France AcouphĂšnes il y a pas mal de temps dĂ©jĂ  de venir prendre la parole sur Oreille malade pour faire la “pub” de l’association (qui est la seule association française sur les acouphĂšnes, rappelons-le) et ainsi obtenir des adhĂ©sions supplĂ©mentaires. Et je le leur ai proposĂ© Ă  nouveau rĂ©cemment. Mais pour l’instant c’est restĂ© sans rĂ©ponse, Ă  voir, peut-ĂȘtre l’annĂ©e prochaine 🙂

      Ceci dit, un groupe de parole c’est bien mais cela relĂšve d’une toute autre logique !

        1. @jcguillot Effectivement les groupes de paroles c’est bien pour rassembler les mĂȘmes personnes qui ont les mĂȘme problĂšmes et du coup ça permet de ne plus se sentir tous seul, mais pour les quelques fois oĂč je suis allĂ© consulter leurs site, ils ne mettaient que ça en avant, donc au bout d’un moment difficile de penser qu’ils font autre chose Ă  part ça…
          Quand tu parles de voir tes copains se faire virer, tu pense avoir une idĂ©e sur la raison de leurs Ă©jections ? Tu Ă©tais membre de l’association ?

  7. Je ne comprends pas trop lĂ , profiteurs! C’est quand mĂȘme la seule revue qui informe, qui explique etc…sur tous nos problĂšmes et autant donner Ă  une association qui nous concerne particuliĂšrement non?…Sur le Forum je n’y suis allĂ© qu’une fois car je crois pas qu’il soit bon de trop penser Ă  ça, surtout quand ce ne sont pas des messages positifs..Moi aussi “le groupe de parole” j’hĂ©sitais car encore parler de ça (comme dit mon Ă©pouse), surtout que je sortais de la TCC du Doc Peignard…mais ça peut mĂȘme aider parfois certains qui sont semble t il plus mal que vous et on Ă  apprendre de chacun et ça Ă©tĂ© positif sur le coup pour moi en tous cas…

    1. @aidone69 Avec la puissance d’internet et sa quasi accessibilitĂ© pour notre population, les diffĂ©rents sites de santĂ©s (dont certains ayant leurs propres revues papier en plus du numĂ©rique), les diffĂ©rentes communautĂ©s qui se sont crĂ©er comme Oreille Malade, Infos-AcouphĂšnes et trĂšs rĂ©cemment l’association “Sonorescence “, je ne pense pas que France AcouphĂšne soit la seule revue qui informe et qui explique.

      “[…] je crois pas qu’il soit bon de trop penser Ă  ça, surtout quand ce ne sont pas des messages positifs. ” Effectivement il n’est pas trĂšs bon de trop y penser, cependant il ne faut pas non plus se dire que l’ultra positivisme va y changer quelque chose, parce que sinon cela voudrait dire que tous le monde va bien, que tout va trĂšs bien, cela rĂ©duit alors la portĂ©e du champ d’action de l’association qui est quand mĂȘme de se battre pour nos intĂ©rĂȘts, nous faire reconnaitre, mais si tout va bien, si l’ont dit qu’il ne faut pas lire les messages nĂ©gatifs (donc de personnes qui souffre) mais positif (de celles qui n’en ont pas trop souffert) comment voulez-vous dans ce cas que les choses avances si ont tue dĂšs le dĂ©part dans l’Ɠuf la source du problĂšme en le faisant passer pour une simple gĂȘne. D’autant plus que des messages positifs mĂȘme s’ils sont moins nombreux que les messages nĂ©gatifs ça n’en manque pas tout de mĂȘme, il y en a eu quelques un sur ce site, quelques un sur Infos-AcouphĂšnes, etc.

      “[…] mais ça peut mĂȘme aider parfois certains qui sont semble t il plus mal que vous […] ” Au contraire, si la TCC avait rĂ©ellement des rĂ©sultats et en particulier pour les acouphĂ©niques sĂ©vĂšres ne croyez-vous que nous l’aurions su ? A quoi bon continuer dans la recherche ?, puisque nous avons dĂ©jĂ  la solution qui existe depuis pas mal d’annĂ©es dans ce cas ! Il ne suffit pas d’un simple positivisme pour tout rĂ©gler, pourtant certains mĂ©decins impuissant feront passer cette situation pour quelque chose d’extrĂȘmement banale juste parce qu’ils n’ont pas le courage de ne pas savoir traiter le problĂšme. Quant Ă  moi, je souffre d’acouphĂšnes disons modĂ©rĂ©s et donc moins graves que la plupart d’autres personnes atteintes, ce n’est pas pour autant que je n’en souffre pas moins qu’eux ! Je souffre de ce cancer Ă  plusieurs niveaux : incomprĂ©hension de mon entourage, la douleur Ă  certaines frĂ©quences, la difficultĂ© de concentration dans le silence, la difficultĂ© Ă  trouver un sommeil, la dĂ©prime passagĂšre qui vient et s’en va cycliquement, le stresse chronique, le regret permanent de ne pas avoir Ă©tĂ© correctement informĂ© et d’avoir abusĂ© de la musique jusqu’Ă  saturation, etc.

      Et lorsque je parle de “profiteurs ” c’est bien parce qu’il y a certaines personnes de cette association qui reste fermement accrochĂ© Ă  leurs idĂ©aux sur l’implication, la connaissance et le traitement de cette pathologie en tant que primautĂ© psychologique et rien d’autre, que nous avons du mal Ă  avancer car on Ă©touffe ce manque flagrant de communication et par dĂ©coulement sur des actions dans notre pays… C’est pourquoi je martĂšle et que je reste campĂ© sur mon scepticisme Ă  l’Ă©gard de cette association, et je prĂ©fĂšre me tourner envers d’autres personnes qui partagent les mĂȘmes douleurs que les miennes dans un milieu oĂč je suis dĂ©jĂ  mieux compris qu’ailleurs…

      1. Eh bien Je suis d’accord avec toi avec pas mal de points randal en particulier la souffrance, qu’on doit partager avec d’autres ici je pense. De mon cotĂ© j’ai la chance d’avoir un entourage qui me comprends plutĂŽt…Quand Ă  la cause au contraire (Ă  priori) de toi je n’en sais trop rien! Pour la TCC effectivement pour l’avoir fait ça ne m’a rien apportĂ©, il faut ĂȘtre patient et faire les exercices parait-il ! (Docteur Peignard dixit)…

        1. Suite… pour parler des diffĂ©rentes communautĂ©s je crois que ça doit ĂȘtre de partout pareil, il me semble que c’est ici il y a plus d’un an au dĂ©but ou j’essayais de savoir si d’autres avaient les mĂȘmes symptĂŽmes que moi Ă  savoir modulation des acoup en tournant la tĂȘte de cotĂ© ou en arriĂšre ou en baillant, mais je n’ai jamais eu aucune rĂ©ponse!!

          1. “[…] j’essayais de savoir si d’autres avaient les mĂȘmes symptĂŽmes que moi Ă  savoir modulation des acoup en tournant la tĂȘte de cotĂ© ou en arriĂšre ou en baillant, mais je n’ai jamais eu aucune rĂ©ponse!! ” @aidone69 AprĂšs il faut ĂȘtre conscient aussi que la grande majoritĂ© des personnes qui se sont inscrit et qui n’ont jamais participĂ© sont comme pour beaucoup de nos co-citoyens, des assistĂ©s (sans arriĂšre pensĂ©e politique), des personnes qui sont amorphes et qui ont pris de mauvaises habitudes Ă  tout attendre de l’État providence, alors que si chacune d’entre elle se mettait ne serait-ce qu’Ă  se bouger un petit peu, les choses pourrait avancer plus vite (pas facile aprĂšs non plus si on nous vend que la TCC est la seule chose qui soulage rĂ©ellement les acouphĂšnes et qu’il s’agit plus d’une pathologie bĂ©nigne plutĂŽt que maligne.
            Mais comme personne ne t’a apportĂ© de rĂ©ponse je vais essayer de t’apporter un semblant de piste, aprĂšs je ne suis pas mĂ©decin donc je suis limitĂ© en connaissance sur le sujet (ironique hein 😉 )… Comment tes acouphĂšnes sont apparus ? As-tu dĂ©jĂ  tenter de voir si tu ne souffrais pas de malocclusion dentaire en consultant un stomatologue ? As-tu dĂ©jĂ  vĂ©rifiĂ© si tu n’avais pas des problĂšmes de dysfonctionnement des os crĂąniens et des subluxations vertĂ©brales cervicales en tentant des sĂ©ances de chiropractie ?

        2. la TTC est peu ĂȘtre une solution pour une acouphĂ©nie et hyper dĂ©butante et de faible intensitĂ© et encore le nombre de personnes attestant ,ensuite une augmentation des symptomes sont lĂ©gions
          Dans les forme d’hyperacousie profonde elle ne peu qu’amplifier le phĂ©nomĂšne Ă  coup sur , personnellement un simple audiogramme me fait augmenter quelques aprĂšs l’intensitĂ© des acs

          soigner le mal par le mal cela peut marcher pour certaine pathologie , l’inquisition l’a utilisĂ©e avec de bons rĂ©sultats pour soigner le manque de foi.
          mais en ce qui concerne le traumatisme auditif et la destruction des cellules qui en dĂ©coule, infliger Ă  l’oreille malade un bruit supplĂ©mentaire Ă  supportĂ© , ce dernier (le bruit ) Ă©tant la source du mal c’est presque une hĂ©rĂ©sie c’est un peu infliger une blessure Ă  un menbre droit pour tenter de soigner le membre opposer qui est rĂ©ellement atteind

  8. Randal, aidone j’Ă©tais dans votre Ă©tat d’esprit mais mon avis perso a changĂ© en creusant cĂŽtĂ© technique et il semble que les acouphenes “intenses” les derangent. Ça a peut-ĂȘtre changĂ© entre temps mais interdiction de l’anglais etc…
    D’autres sont “partis” du forum j’ai dĂ©sirĂ© de moi-mĂȘme d’en faire autant
    faites vous mĂȘmes votre choix, je ne vous le reprochera jamais. l’intĂ©rĂȘt est effectivement que les acouphĂ©niques se rassemblent autour de la mĂȘme cause et… que le problĂšme soit combattu dans le bon sens.

  9. Comment tes acouphĂšnes sont apparus ? As-tu dĂ©jĂ  tenter de voir si tu ne souffrais pas de malocclusion dentaire en consultant un stomatologue ? As-tu dĂ©jĂ  vĂ©rifiĂ© si tu n’avais pas des problĂšmes de dysfonctionnement des os crĂąniens et des subluxations vertĂ©brales cervicales en tentant des sĂ©ances de chiropractie ? Merci de ta rĂ©ponse RANDAL, Alors comment mes acou sont apparus je voudrais bien le savoir! il y a 2 ans,15 jours environ aprĂšs le retour d’un beau voyage aux USA et toujours en plein dĂ©callage horaire…Oui bien sur j’ai vu un dentiste, (vu que j’avais fait un bridge deux mois avant) Stomatologue, ATM… . je porte quand j’y pense une gouttiere la nuit que je m’Ă©tais fait faire…mais maintenant mon audio-prothesiste me dit de la “couper” pour la partie arriĂšre pour ne pas que les molaires se touchent en dormant!! vu que je me suis appareillĂ© depuis deux mois (tres lĂ©gĂšre perte d’audition qui ne me gĂ©nait pas du tout ) avec un gĂ©nĂ©rateur de bruit blanc…mais il faut beaucoup de temps pour en avoir le bĂ©nĂ©fice parait-il comme vous le savez je pense…Par contre je n’ai pas consultĂ© de chiropracteur

  10. Il y a plus 10 ans que je subi des sifflements continus dans les 2 oreilles. Diagnostic de l’ORL: c’est du bon acouphĂšne et il n’y a pas de traitement.
    Depuis, 3 mois, les sifflements aux augmentĂ©s dans l’oreille gauche, Ă  la limite du supportable. J’ai donc dĂ©cidĂ© d’essayer la mĂ©decine chinoise.
    Depuis un mois, Ă  raison de 2 sĂ©ances par semaine, j’essaie l’acuponcture ainsi que depuis 4 sĂ©ances, en plus, l’auriculothĂ©rapie (3 petites billes aimantĂ©es collĂ©es sur les oreilles).
    Le mĂ©decin chinois m’a dit qu’il avait eu des rĂ©sultats sur des patients. Mais pour l’instant aucun rĂ©sultats.

    1. bonsoir dianet
      sais tu pourquoi ton acouphÚne a augmenté à gauche depuis trois mois ???
      je te demande celĂ  car j’ai le mĂȘme phĂ©nomĂšne depuis trois mois Ă  droite .et mon acouphĂšne historique est Ă  gauche !
      Quel merdier si je puis dire
      Qu’est ce qu’on a fait bon sang , moi je ne connais pas la cause de cette aggravation non plus et hĂ©las , pour le moment en tout cas , ça ne revient pas en arriĂšre il faut Ă  nouveau vivre avec et Ă©ssayer de s’habituer.
      Continue l’acuponcture si tu peux car ça dĂ©tend de toute façon ?
      Bon courage