Lésion oreille interne : lorsque l’enfer paraît

Comprendre et réaliser… Une lésion de l’oreille interne.

08 mai 2003, le  jour où j’ai compris ma lésion de l’oreille interne

Aujourd’hui c’est férié. Et qui dit jour férié dit grasse matinée. C’est donc vers treize heures que je m’extraie péniblement du lit pour aller affronter une journée creuse.

Le geste santé du matin : allumer son PC, vérifier ses mails, se connecter à Messenger, prendre sa petite douche, un repas rapide, et nous voilà parés. Je surfe nonchalamment sur quelques sites, histoire de laisser mon cerveau s’ouvrir au quotidien.

Quelques jours auparavant un message a attiré mon attention sur un forum que je fréquente assidûment. Il y était question du passage à Paris des Canadiens de Godspeed You Black Emperor ! et de la nécessité de visser des bouchons dans ses oreilles internes si l’on souhaitait s’y rendre, leurs prestations scéniques étant connues pour dépasser les limites de l’entendement en matière de décibels. Sans plus de précision. Mais sur un ton qui laisse peu de place à l’hésitation.

fugu poisson

Maintenant que je dispose de quelques heures non planifiées, je me décide à parcourir le net dans l’espoir de résoudre la quadrature du cercle : quel est l’intérêt de porter des bouchons pour aller écouter de la musique ? Dans mon esprit c’est un peu comme aller au cinéma avec des lunettes de soleil : c’est absurde. Mais il est évident que mon expérience douloureuse, trois semaines plus tôt, m’a ouvert de nouvelles perspectives. Si le son est poussé exagérément, peut-être est-ce en effet le meilleur moyen, le seul en fait, pour néanmoins apprécier le spectacle ?

A lire aussi :  Sortir du cauchemar des acouphènes

Je me sens vaguement anxieux. Il me faut plus d’une heure avant de franchir le Rubicon.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

En quelques minutes, je comprends. J’encaisse violemment le choc de ces brutales révélations.

Une lésion de l’oreille interne…

Ces sifflements que j’entends dans mes oreilles, ce sont des acouphènes.

Lésion oreille interne… J’ai subi une lésion de l’oreille interne !

lésion oreille interne
Lésion oreille interne

Il n’y a aucun traitement existant, au-delà de 48 heures après l’accident.

Je les entendrai toute ma vie. Le début de l’enfer.

L’horreur n’a plus de limite lorsque je réalise, au vu de quelques témoignages glaçants, que je suis passé tout près de l’effondrement, de la mort ou bien pire encore.

Un certain Pascal, qui hante le même forum que moi, endure de nombreux problèmes d’oreilles (ce que je savais) suite à une lésion oreille interne à cause d’un concert (ce que j’ignorais). Ayant subi un violent traumatisme deux ans auparavant, Pascal souffre d’acouphènes qui atteignent certains jours, selon lui, les 70 dB. Il est de plus hyperacousique, c’est-à-dire qu’il présente une grave intolérance au bruit. Je l’avais lu à l’occasion glisser quelques mots sur ses douleurs et en étais à chaque fois retourné jusqu’à la nausée, mais il était le seul à l’évoquer et jamais il ne s’était étendu sur la survenue de son enfer. A plusieurs reprises un mail était prêt à partir pour lui exprimer mon empathie, mais une pudeur imbécile faisait systématiquement déraper ma souris.

Je prends immédiatement contact avec quelques responsables d’associations et en proie à une étouffante bouffée d’angoisse, j’ouvre fébrilement deux réponses.

A lire aussi :  On m’aurait menti ?

La première me confirme qu’il n’existe aucun traitement suite à une lésion oreille interne mais me demande de consulter néanmoins un ORL, un léger résultat se faisant parfois ressentir. Et de consulter, ne serait-ce que pour incrémenter cette longue liste de victimes de concerts et soirées. Un mail solennel certes, mais signé d’une personne, pourtant gravement atteinte, dont le goût de vivre demeure a priori intact.

Le deuxième mail est bien plus sombre. Et plus direct. Les sifflements ne cesseront jamais. Plus de concert, même avec des bouchons. Plus de cinéma, à moins d’être bien protégé. Plus de soirée. Plus de discothèque non plus – mais c’est bien là le dernier de mes soucis. La conclusion du message est claire : les semaines, les mois à venir, seront difficiles à vivre, mais dans la mesure où mes sifflements ne sont perceptibles que dans un calme quasi-absolu et que je ne souffre pas d’hyperacousie, je dois m’estimer heureux. Et tôt ou tard, j’oublierai ma lésion oreille interne et j’apprendrai à faire le deuil de mon silence.

Sous le choc, j’éteins mon ordinateur et tente de rassembler mes esprits. Il est certain que je m’en tire bien. Mais ce constat ne suffit pas à réfréner la colère qui monte alors en moi, car enfin, parmi tous ces gens qui sont aujourd’hui lourdement handicapés, combien étaient conscients du risque encouru lorsqu’ils se sont rendus, instant anodin de leur existence, à un concert ou une soirée ?

Une soirée qui a été dans bien des cas leur crépuscule. Et sans me mentir, je sais bien que cette fureur qui me secoue se nourrit d’une simple question : comment est-il possible, compte-tenu de mon mode de vie et de mes centres d’intérêt, que je n’ai, pas une fois auparavant, entendu parler de ce type de problèmes et d’une possible lésion oreille interne ?

Sur l’instant, je me refuse à employer le terme « accident » que, je le sais, je vais entendre à des milliers de reprises dans les mois à venir. La raison en est simple : à bien y réfléchir, il s’agit plutôt d’un assassinat.

A lire aussi :  Avec ou sans glaçon ?

Donnez à manger un fugu – ce poisson terriblement toxique s’il est mal préparé – par jour à un Français moyen : il finira, de manière certaine, par mourir empoisonné. S’il le sait et que le poisson n’a pas été, ce jour-là, intentionnellement mal préparé, on peut dire qu’il s’agit d’un accident. S’il n’a jamais eu la moindre idée de la bombe qui luisait dans son assiette et que la préparation a été, un jour, approximative, on peut parler d’homicide involontaire. Mais s’il n’en a jamais rien su et qu’on lui a volontairement injecté du poison jour après jour, de quoi s’agit-il sinon d’un assassinat ?

C’est dans cet état d’esprit, ce soir là, que je partis à la recherche d’un sommeil qui me fuyait.

(ce mignon petit fugu est à dévorer sur http://www.grasshopper.com/curios/fugu-survivors)

 

Si vous souhaitez vous infliger une lésion oreille interne, c’est par ici. Sinon, vous pouvez vous documenter sur la lésion oreille interne sur Wikipedia.

Articles liés

Sepultura : un ingénieur du son se suicide

Un Belge de 29 ans, adepte de métal, se donne la mort. « Triste nouvelle dans les journaux belges aujourd’hui. Dietrich Hectors, un adepte de la musique métal âgé de 29 ans (et ingénieur du son) s’est suicidé vendredi dernier car il souffrait d’acouphènes violents et d’hyperacousie sévère. »

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Réponses

  1. Te “connaissant” via le forum FA, il me semble que ta situation initiale s’est ensuite détérioriée, avec apparition d’hyperacousie et acouphènes plus violents (tu parles ici d’acouphènes audibles que dans le silence complet). Comment cela s’est-il installé ? Prochain chapitre ? Bravo pour le blog.

  2. En tout cas je me reconnais un peu avec ce récit :).

    La lecture de témoignage à pour moi été un vrai coup de poignard. Ca serait a refaire, je le ne le referai surement pas.

    Continue comme ça 🙂

  3. Pour les bouchons pendant les concerts : il faut prendre des PIANISSIMO, ça fait baisser les décibels mais ça ne modifie pas les sons, la musique “sonne juste”. Je te jure. J’y croyais pas. Et puis il ne faut pas croire ceux qui disent “Ca n’arrêtera jamais”. Moi j’en connais qui ont vu leurs acouphènes disparaître du jour au lendemain, alors gardons l’espoir.

  4. Mais chonchon, je suis bien d’accord avec toi ! 😉

    Quand je relate des faits passés il y a un certain temps, j’adopte évidemment – autant que possible – mon état d’esprit du moment.

    Les Pianissimo, j’ai testé, c’est très bien en effet !
    Et je sais que les acouphènes sont “voués” à disparaître…

    Et à part ça ?
    Ben j’ai 30 ans aujourd’hui 🙂