Médicaments sous surveillance renforcée : liste Afssaps

Liste des 77 médicaments “sous surveillance renforcée” : autorisation de mise sur le marché (AMM) retirée au 1er mars !

Le Rivotril, le célèbre Rivotril figure dans la liste de l’Afssaps ! Rivotril, alias l’abrutissant bien connu des personnes qui souffrent d’acouphène ! Le Rivotril retiré du marché, voilà qui va faire grand bruit dans le petit monde médicamenteux des acouphéniques !

A noter également pour ceux qui souffrent de bourdonnements et sifflements d’oreille l’interdiction prochaine, suite à la publication de la liste par l’Afssaps, de plusieurs vasodilatateurs, notamment le Vastarel et le Trivastal qui m’a fait tant de mal.

Le Di-Antalvic fait lui aussi comme prévu partie de la liste des mauvais élèves du médicament, ainsi que d’autres cachets anti-douleur contenant du DXP (dextropropoxyphène) comme le Propofan. Il y a également le Fonzylane / Buflomedil, ainsi que le Nexen.

Y figure même le Cymbalta, le tout dernier antidépresseur que j’ai utilisé, sans succès, avant de revenir à l’Anafranil ! Il a été mis sur le marché récemment et l’on peut penser qu’il n’a pas su (par manque de temps ?) faire la preuve de son efficacité thérapeutique.

C’est une drôle de journées pour nous autres qui avons les oreilles qui sifflent, tant Rivotril et Vastarel sont les deux mamelles de l’ORL… On se demande bien ce que l’ORL lambda prescrira désormais à un patient qui souffre d’acouphènes ! Le Rivotril et le Vastarel, et vice-versa, semblaient figurer depuis des années sur à peu près toutes les ordonnances des malades français de l’audition ! Peut-être est-ce un mal pour un bien : le docteur sera-t-il alors obligé de se creuser un peu la cervelle à la recherche de solutions, sous forme de pilules, de cachets ou de granules ? Du côté de l’homéopathie, peut-être ? Rivotril contre homeo, pire que Goliath contre David : tout sauf un combat homéopathique !

En revanche, je reste perplexe lorsque je vois un somnifère tel que le Stilnox dans la liste Afssaps des médicaments interdits. Stilnox, plus que Noctran (somnifère également présent dans la liste), met une bonne claque, certes, mais il a au moins le mérite de permettre d’éviter, parfois, la nuit blanche. Des effets indésirables trop importants seraient-ils la cause du retrait de ce médicament “Morphélogique” ?

Stilnox, Rivotril, Vastarel, Trivastal… Cette liste Afssaps de 77 médicaments “sous surveillance renforcée” , autrement dit de 77 médicaments interdits, est un véritable tremblement de terre dans le monde des acouphènes.

En attendant des informations complémentaires, voici la liste complète :

ACTOS® (pioglitazone)
ALLI® (orlistat)
ARCOXIA® (étoricoxib)
ARIXTRA® (fondaparinux sodique)
BLEU PATENTE V
BYETTA® (éxénatide)
CELANCE® (pergolide)
CERVARIX® (vaccin anti-HPV)
CHAMPIX® (varénicline)
CIMZIA® (certolizumab pegol)
COLOKIT (phosphate de sodium, comprimés)
CYMBALTA® (duloxétine)
Dextropropoxyphène (DI-ANTALVIC®, PROPOFAN® et génériques)
EFIENT® (prasugrel)
ELLAONE® (ulipristal)
EQUANIL®, méprobamate RICHARD
EXJADE (déférasirox)
Fentanyl cp ou spray nasal (EFFENTORA®, INSTANYL®, ABSTRAL®)
FERRISAT® (fer dextran)
FONZYLANE® & Génériques (buflomédil)
GALVUS® (vildagliptine)
EUCREAS® (vildagliptine + metformine)
GARDASIL® (vaccin anti-HPV)
GLIVEC® (Imatinib)
HEXAQUINE® et médicaments contenant de la quinine
INTRINSA® (testostérone)
ISENTRESS® (raltégravir)
Isotrétinoïne et génériques
JANUMET® (sitagliptine, metformine)
JANUVIA® (sitagliptine)
KETUM® et génériques (kétoprofène topique)
LANTUS® (insuline glargine)
LEVOTHYROX® et génériques (levothyroxine)
LIPIOCIS® (esters éthyliques d’acides gras iodés (iode 131) de l’huile d’oeillette)
LYRICA® (prégabaline)
MEPRONIZINE® (méprobamateacéprométazine)
MEOPA (oxygène, protoxyde d’azote) (ANTASOL®, ENTONOX® , KALINOX®, OXYNOX®)
METHADONE AP-HP sirop et gélules
Méthylphénidate (RITALINE®, CONCERTA®, QUASYM®)
Minocycline (MYNOCINE® et génériques)
MULTAQ® (dronédarone)
NEXEN® (nimésulide)
Nitrofurantoine (FURANDATINE® FURADOÏNE® MICRODOÏNE®)
NOCTRAN® (acépromazine, acéprométazine, clorazépate)
ONGLYZA® (saxagliptine)
ORENCIA® (abatacept)
PARLODEL® et génériques (bromocriptine)
PEDEA® (ibuprofène injectable)
Pholcodine et spécialités
PRADAXA® (dabigatran)
PRAXINOR® (théonédraline / caféine)
PREVENAR 13® (7 sérotypes)
PRIMALAN® (méquitazine)
PROCORALAN® (ivabradine)
PROTELOS® (ranélate de strontium)
PROTOPIC® (tacrolimus)
REVLIMID® (Lénalidomide)
RIVOTRIL® (clonazépam)
ROACTERMA® (tocilizumab)
ROHYPNOL® (flunitrazépam)
SORIATANE® (acitrétine)
STABLON® (tianeptine)
STELARA® (ustekinumab)
STILNOX® et génériques (zolpidem)
SUBUTEX® et génériques (buprenorphine)
THALIDOMIDE CELGENE®
TOCTINO® (alitrétinoïne)
Tramadol (spécialités en contenant)
TRIVASTAL® (piribédil)
TYSABRI® (natalizumab)
VALDOXAN® (agomélatine)
VASTAREL® (trimétazidine)
VFEND® (voriconazole)
VICTOZA (liraglutide)
XARELTO® (rivaroxaban)
XYREM® (oxybate de sodium)
ZYPADHERA® (olanzapine)
ZYBAN® (chlorhydrate de bupropion)
ZYVOXID® (linézolide)

A lire aussi :  Acouphènes : ces sifflements qui rendent fou (France 2, Sentez-vous bien)

Tous ces médicaments seront donc prochainement interdits et retirés de la vente.

Principales indications et principaux risques (raisons de retrait) des médicaments de la liste :

ACTOS® (laboratoire Takeda) : traitement du diabète de type 2, risques cardio-vasculaires et de cancer de la vessie
ALLI® 60 mg (GSK) : traitement du surpoids, risques de troubles du pancréas et du foie
ARCOXIA® 30 mg & 60mg (MSD Chibret) : traitement de l’arthrose, risques cardio-vasculaires
ARIXTRA® (GSK) : prévention événements thromboemboliques veineux, risques de complications hémorragiques
BLEU PATENTE V (Guerbet) : repérage des vaisseaux lymphatiques et des territoires artériels. Repérage du ganglion sentinelle avant la biopsie chez les patientes ayant un cancer du sein opérable. Risques d’allergie.
BYETTA® (Lilly France) : traitement du diabète de type 2, risques de pancréatites et troubles gastro-intestinaux.
CELANCE® (Lilly France) : traitement de la maladie de parkinson, risques de valvulopathies.
CERVARIX® (GSK) : vaccin contre le col de l’utérus pour la prévention des cancers du col. Surveillance des effets secondaires.
CHAMPIX® (Pfizer) : sevrage tabagique. Révision de l’autorisation de mise sur le marché. Risques de troubles psychiatriques et conduites suicidaires.
CIMZIA® (UCB Pharma) : traitement de la polyarthrite rhumatoïde, risques d’infections.
COLOKIT (laboratoire Mayoly Spindler): préparation colique, risques de troubles rénaux.
CYMBALTA® 30 mg & 60 mg (Lilly) : antidépresseur, risques de troubles hépatiques et de conduites suicidaires.
DI-ANTALVIC® (Sanofi-Aventis France), PROPOFAN® (Sanofi-Aventis France) et génériques : traitement de la douleur d’intensité modérée à sévère ne répondant pas aux antalgiques périphériques seuls. Risques d’addiction au produit. Retrait dès le 1er mars 2011.
EFIENT® (Lilly) : prévention des événements thromboemboliques chez les patients à syndrome coronaire aigu, traités par intervention coronaire percutanée. Risques hémorragiques.
ELLAONE® (HRA Pharma) : contraceptif d’urgence. Risques d’atteinte du foie.
EQUANIL® (Sanofi-Aventis): aide au sevrage chez le sujet alcoolo-dépendant lorsque le rapport bénéfice/risque des benzodiazépines ne paraît pas favorable. Risques de décès par surdosage.
EUCREAS® (Novartis Europharm Ltd) : traitement du diabète de type 2. Risques d’atteinte du foie.
EXJADE (déférasirox) (Novartis Europharm Ltd) : traitement de la surcharge en fer secondaire transfusions fréquentes (béta-thalassémie). Risques de complications rénales.
FENTANYL comprimé ou spray nasal (EFFENTORA®, INSTANYL®, ABSTRAL®) : anti-douleurs, risques d’addiction.
FERRISAT® (Pharmacosmos A/S) : traitement de la carence martiale. Risques de réactions d’hypersensibilité.
FONZYLANE® (Céphalon) & Génériques (buflomédil) : utilisé pour des manifestations douloureuses (“claudication intermittente”) de l’artérite au cours de la marche. Risques de toxicité cardiaque et neurologique. Retrait programmé pour février 2011.
GALVUS® (Novartis) : médicament anti-diabétique. Risques d’atteinte du foie.
GARDASIL® (Sanofi-Pasteur MSD) : vaccin contre le papillomavirus pour éviter les cancers du col de l’utérus. Surveillance des effets secondaires.
GLIVEC® (Novartis Europharm Ltd) : traitement dans la leucémie myéloïde chronique (LMC). Risques de cancers secondaires.
HEXAQUINE® (Gomenol) et médicaments contenant de la quinine : crampes. Risques de réactions allergiques et hépatiques graves.
INTRINSA® (Procter&Gamble Pharmaceuticals) : traitement de la baisse du désir sexuel chez les femmes ayant subi une ablation des ovaires et de l’utérus. Risques cardiovasculaires.
ISOTRETINOÏNE (Roaccutane®) (Serp) et génériques : traitement contre l’acné sévère. Révision de l’autorisation de mise sur le marché. Risques de malformation et troubles psychiatriques.
ISENTRESS® (Merck, Sharp & Dohme LTD) : traitement de l’infection par VIH. Risques hépatiques.
JANUMET® (Merck, Sharp & Dohme LTD) : traitement du diabète de type 2. Risques d’atteintes musculaires.
JANUVIA® 100 mg, comprimé pelliculé (Merck, Sharp & Dohme LTD) : traitement pour le diabète de type 2 pour contrôler la glycémie. Risques d’atteintes musculaires.
KETUM® (Menarini) et génériques (kétoprofène topique) : traitement symptomatique des tendinites superficielles, de la traumatologie bénigne, des arthroses des petites articulations, de la lombalgie aiguë, des veinites post-sclérothérapie, en cas de réaction inflammatoire intense. Risques d’allergies.
LANTUS® (Sanofi-Aventis Deut GMBH) : diabète type 1 et diabète de type 2 lorsqu’une insulinothérapie est indiquée. Risques de cancer.
LEVOTHYROX® (Merck Santé) et génériques : hypothyroïdies. Enquête de pharmacovigilance en cours. Signal d’inefficacité des génériques identifié en juin 2010.
LIPIOCIS® (Cis Bio international) : lymphographie, diagnostic des lésions hépatiques, diagnostic par voie artérielle hépatique sélective de l’extension hépatique des lésions malignes hépatiques ou non, embolisation avec colles chirurgicales, prévention des troubles liés aux carences en iode. Risques d’atteintes pulmonaires.
LYRICA® (Pfizer) : traitement des crises épileptiques partielles avec ou sans généralisation secondaire, des douleurs neuropathiques et du trouble anxieux généralisé. Risques cutanés et problèmes oculaires.
MEOPA (oxygène, protoxyde d’azote) (ANTASOL®, ENTONOX®, KALINOX®, OXYNOX®) : analgésie et sédation lors de soins médicaux. Risques d’addiction.
MEPRONIZINE® (Sanofi-Aventis France) : insomnie occasionnelle. Risques de surdosage volontaire.
MÉTHADONE® AP-HP gélule (Bouchara-Recordati) : traitement de substitution des drogues. Risques d’addiction.
MÉTHYLPHENIDATE (RITALINE® (Novartis Pharma SA), CONCERTA® (Janssen Cilag), QUASYM® (Shire France) : trouble de l’attention avec hyperactivité chez l’enfant de + de 6 ans, sans limite d’âge. Risques d’addiction.
MYNOCINE® (Tonipharm) et génériques : traitements anti-infectieux et acné. Risques d’hypersensibilité.
MULTAQ® (Sanofi-Aventis) : traitement pour certains troubles cardiaques. Les patients sont mis sous surveillance. Risques d’atteintes du foie.
NEXEN® (Therabel Lucien) : douleurs aiguës, arthrose douloureuse, dysménorrhées. Risques d’atteintes du foie. Révision de l’autorisation de mise sur le marché.
NITROFURANTOINE (FURANDATINE® (Merck Lipha Santé), FURADOÏNE® (Merck Lipha Santé), MICRODOÏNE® (Gomenol)) : traitement de la cystite aiguë non compliquée de la femme, due à des germes sensibles. Risques pulmonaires et hépatiques.
NOCTRAN® (Menarini) : troubles sévères du sommeil. Risques d’utilisation chronique sans intérêt. Révision de l’autorisation de mise sur le marché.
ONGLYZA® (Bristol-Myers Squibb/AstraZeneca) : traitement pour le diabète de type 2. Surveillance des effets secondaires.
ORENCIA® (Bristol-Myers Squibb) : traitement de la polyarthrite rhumatoïde. risques d’hypersensibilité.
PARLODEL® (Meda Pharma) et génériques : inhibition de la lactation. Risques de complications neuro-vasculaires.
PEDEA® (Orphan Europe) (ibuprofène injectable) : traitement du canal artériel persistant hémodynamiquement significatif chez le nouveau-né prématuré d’âge gestationnel inférieur à 34 semaines. Risque de toxicité pour les reins.
PHOLCODINE et spécialités : traitement symptomatique des toux non productives gênantes. Risques d’allergies.
PRADAXA® (Boehringer-Ingelheim) : traitement pour les patients ayant une prothèse totale de hanche ou de genou. Risques d’allergies et d’atteinte hépatique.
PRAXINOR® (Merck Santé) : hypotension orthostatique. risques d’addictions.
PREVENAR 13® (Pfizer) : vaccin contre les infections à pneumocoque (méningites, pneumonies…) pour les enfants. Suivi renforcé des effets secondaires après mise sur le marché.
PRIMALAN® (Pierre Fabre Medicament) : traitement symptomatique des manifestations allergiques. Troubles du rythme cardiaque. Révision de l’autorisation de mise sur le marché.
PROCORALAN® (Servier) : traitement pour certains troubles du rythme cardiaque. Surveillance renforcée des effets secondaires possibles.
PROTELOS® (Servier) : traitement contre l’ostéoporose post-ménopausique. Risques d’hypersensibilité.
PROTOPIC® (Astellas Pharma Europe BV) : traitement contre la dermatite atopique modérée à sévère. Cas de lymphomes cutanés rapportés.
REVLIMID® (Celgen Europe Limited) : traitement contre le myélome multiple, cancer de la moelle osseuse. Risques d’hypersensibilité. En cours d’évaluation.
RIVOTRIL® (Roche) : traitement de l’épilepsie chez l’adulte et chez l’enfant. Risques d’addiction.
ROACTEMRA® (Roche) : traitement contre la polyarthrite rhumatoïde. Risques d’infections et d’hypersensibilité.
ROHYPNOL® (Roche) : traitement contre les troubles sévères du sommeil. Risques d’addiction.
SORIATANE® (Actavis Group Ptc Ehf) : traitement du psoriasis sévère, dermatoses, lichen plan. Cas de malformations avec traitement pendant la grossesse.
STABLON® (Servier) : anti-dépressif. Risques d’addiction.
STELARA® (Janssen-Cilag) : traitement contre le psoriasis. Surveillance des effets secondaires.
STILNOX® (Sanofi-Aventis France) et génériques : traitement des troubles du sommeil. Risques d’addiction.
SUBUTEX® (Schering-Plough) et génériques : traitement substitutif des pharmacodépendances majeures aux opiacés. Risques d’addiction.
THALIDOMIDE (Celgene) : traitement antitumorales. Suivi renforcé des effets secondaires après mise sur le marché.
TOCTINO® (Basilea Pharma) : traitement de l’eczéma chronique sévère des mains. Suivi renforcé des effets secondaires.
TRAMADOL (spécialités en contenant) : traitement des douleurs modérées à sévères. Risques d’addiction.
TRIVASTAL® (Servier) : déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l’exclusion de la maladie d’Alzheimer et des autres démences), claudication intermittente des artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs, maladie de Parkinson. Risques de somnolence.
TYSABRI® (Biogen Idec France) : utilisé en centre hospitalier, traitement indiqué dans la sclérose en plaques. Risques d’encéphalopathie.
VALDOXAN® (Servier) : anti-dépresseur. Risques d’atteinte du foie.
VASTAREL® (Servier) : traitement prophylactique de la crise d’angine de poitrine, traitement symptomatique d’appoint des vertiges et des acouphènes, traitement d’appoint des baisses d’acuité et des troubles du champ visuel présumés d’origine vasculaire. Révision de l’autorisation de mise sur le marché. Risques de syndromes parkinsoniens.
VFEND® (Pfizer) : traitement des infections fongiques. Risque potentiel de carcinome épidermoïde.
VICTOZA (Novo Nordisk Pharmaceutique) : traitement du diabète de type 2. Risques de pancréatites et risque de cancer notamment cancer médullaire thyroïdien.
XARELTO 10mg® (Bayer) : traitement des troubles cardio-vasculaires. Risques hémorragiques.
XYREM® (UCB Pharma) : traitement de la maladie du sommeil, dite narcolepsie. Risques d’addiction.
ZYPADHERA® (Lilly) : indiqué dans le traitement des troubles bi-polaires. Risques d’agressivité et de vertiges.
ZYBAN® (Glaxosmithkline) : sevrage tabagique. Risques de troubles psychiatriques.
ZYVOXID® (Pfizer) : traitement contre les infections à bactéries gram + sensibles. Risques d’anémie.

A lire aussi :  Botox : record battu

Articles liés

Réponses

  1. C’est quand même fou le nombre de médicament qui ont été prescrit pendant des années et qu’on retire maintenant. Est ce juste une psychose “Mediator” ou y a t’il une réel risque (en tout cas plus grand que le mal qu’il sont sensé soigné) ?

  2. Le soir j’ai un rivotril et un Cymbalta 60 mg mon acouphène est a 35 dB je me demande bien ce qui va m’arriver quand je vais arrêter ça je poserais la question au medecin mais j’ai bien l’impression que la raison est economique. On va laisser les gens se suicider c’est mon opinion.

  3. Bonjour

    Je tombe sur votre blog par hasard.

    Etant malentendant de naissance et sujet à acouphènes (ca dépend des jours), je ne savais meme pas qu’il existait des médicaments contre ca !
    Mes ORL et audioprothésistes m’ont toujours dit qu’il n’y avait rien à faire, à part éviter les bruits forts. Et j’ai appris à faire avec, et on apprend à ne plus y penser.
    Je dis pas que ca convient à tout le monde, mais c’est une méthode à ne pas oublier.

    Courage à tous 😉
    Arnaud

    1. Bonjour et bienvenue 😉

      Malheureusement non il n’existe pas de médicament contre les acouphènes, simplement des cachets qui peuvent dans certains cas aider à légèrement diminuer les symptômes. Quelque chose comme ça quoi. Et seulement chez certaines personnes. Je n’en ai quasiment rencontré aucune (à vrai dire, je dirais bien “aucune”) pour laquelle ça a marché, et ce en plusieurs années.

      C’est certain que si on peut ne pas y penser, ça va… Si on coupe un bras à quelqu’un et qu’il n’y pense pas, il ira bien. Si en revanche la douleur fantôme s’installe… Si elle n’est pas trop forte, ça ira aussi sans doute. Mais si elle est plus vive, c’est un tantinet plus compliqué. C’est malheureusement le cas de bien du monde. Mais merci de rappeler qu’il est possible de ne pas avoir d’acouphènes en continu : je suis sûr que ça fera du bien au moral de pas mal de monde 😉

  4. merci pour ces précisions.

    Les miens sont en continu, malheureusement.Mais je les oublie. Il suffit que j’y pense (comme en ce moment puisque je vous écris sur le sujet) pour qu’ils se rappellent à mon bon souvenir, et de manière forte ! C’est bizarre. Et je serais bien incapable d’expliquer comment je fais pour les oublier, désolé. Mais chacun peut essayer, si ca marche, tant mieux.
    Mon cas n’est surement pas le plus sévère, il est vrai.

    Cordialement