J’entends mes oreilles jusqu’à l’infini

J’entends mes oreilles jusqu’Ă  l’infini.

Les oreilles sont des organes Ă©lastiques.
Elles ont le pouvoir de s’Ă©tirer comme des antennes.
Il existe des moyens de prĂŞter attention Ă  de lointaines et subtiles nuances.
Nous n’avons bien souvent pas idĂ©e de l’Ă©tendue du champ perceptif qui est le nĂ´tre.

Nous sous-estimons nos potentialités. Nous sommes capables de faire des miracles.
Pour peu que nous nous Ă©coutions.

Eric D’Antimo, Koan, la voie du paradoxe

A lire aussi :  Surrender or die

Articles liés

Roberto Juarroz

Poésie verticale. Un bourdonnement de fond témoigne de la présence des choses. Nous avons besoin de la parole et du vent pour le supporter. Un bourdonnement de fond dénonce l’absence des choses. Nous devons inventer une autre mémoire pour ne pas devenir fous. Un bourdonnement de fond annonce qu’il n’y a rien qui ne puisse exister.

RĂ©ponses