Sartre, l’enfer c’est les autres : explication

Jean-Paul Sartre, droit dans le mur

11 mai 2003

Dimanche. Réveillé tard. Anniversaire. Vingt-six ans ce jour. Arraché de mon sommeil. Violent sifflement. Douleur insensée. Yeux au plafond. Secoué de spasmes. Terreur.

Je mets quelques instants à réaliser que tout ceci ne vient pas de chez les voisins et leur excentrique propension à perturber le calme du quartier, ni des travaux qui ont repris dans une rue proche.

Non.

Tout ceci est bien en moi. Dans mon crâne. Rivé. Mes oreilles sont pleinement bouchées, comme elles peuvent l’être parfois lors d’une plongée en apnée ou d’un voyage en avion.

db34708e82db6d6a8bb3ec6923118800

Erreur.

Aucun rapport en fait.

Mes oreilles ont foré. Loin à l’intérieur de mon crâne. Et elles ont encore faim. Elles crient, elles hurlent, elles vocifèrent. Déchaînées. « Pourquoi nous avoir infligé ceci ? C’est ainsi que tu nous remercies ? Après tant d’années de vie commune et de bonheur partagé ? » Ma tête est en flammes. Un feu de forêt à domicile. Aux premières loges. Tout brûle.

L’enfer, ce n’est pas les autres, non. L’enfer, c’est chacun de nous.

La lutte se poursuit tout le jour. Une seule idée me permet de tenir : tout ceci ne peut qu’être dû au Trivastal. L’effet est certes dévastateur mais il sera transitoire. Au pire cela durera le temps du traitement. Un mois. Cela ne peut pas être autrement. Un mois. Autant dire une éternité dans cet état. Mais si d’autres pages sont à écrire après l’éternité, je veux y être. Je veux en être.

Tenir.

RĂ©sister.

A lire aussi :  Mieux vivre son angoisse

De toute façon, ai-je le choix ?

(image dérapée sans contrôle depuis le site pasionf1.com)

Articles liés

Quand on veut on peut : le triomphe de la volonté

On entend souvent des formules du type “les personnes qui n’ont pas vĂ©cu ça ne peuvent pas comprendre.” Presque aussi souvent que le fameux “quand on veut on peut” d’ailleurs. Mais avez-vous remarquĂ© qu’en matière de santĂ© les personnes qui ont vĂ©cu “quelque chose du mĂŞme genre” sont parfois les plus dures ? Comment expliquer ça ?

Traitement de la céphalée acouphènes

Le désordre des maux de tête acouphène peut être très gênant.
Bourdonnements dans les oreilles ou acouphène touche environ cinquante millions de personnes aux États-Unis chaque année.
Le problème de maux de tête est estimé à subir autant de 1 à 6 personnes.
Il y a des gens malheureux qui se produisent Ă  l’expĂ©rience Ă  la fois les conditions et c’est ce qu’on appelle des maux de tĂŞte acouphènes.

RĂ©ponses