Des sons qui n’existent pas à l’extérieur

(extrait d’une édition du journal de 13 heures de France 3 Nord Pas-de-Calais Picardie, en 2005)

Quand Claudie Siros de l’association France Acouphènes affirme que “le plus difficile ce n’est pas dans la journée”, je l’avoue, je bave un peu sur mon clavier… C’est déjà assez compliqué comme ça de faire comprendre à autrui que les acouphènes peuvent recouvrir, dominer, se superposer à tout bruit environnant, et que l’on peut subir en permanence un bruit d’Airbus ou de machine à laver dans la tête, alors si tu t’y mets aussi, Claudie, on va pas s’en sortir ! Une fois pour toute : NON LES ACOUPHENES NE SONT PAS NECESSAIREMENT DES SIFFLEMENTS QUE L’ON ENTEND UNIQUEMENT DANS LE SILENCE.
Allez va, Claudie, on t’aime bien quand même ! 😉

Les acouphènes étant le plus souvent subjectifs, leur mesure (comme celle de toute douleur) est par essence délicate et approximative.
Voici pourtant, pour étayer mon propos, une échelle qui a rencontré un certain succès sur les forums du net et a de ce fait été reprise dans de nombreux fils de discussion :

1 – on ne les entend que la nuit dans le calme
2 Рon les entend le jour et la nuit, mais ils ne d̩rangent pas
3 Рon les entend le jour et la nuit, ils ne d̩rangent que la nuit, on les oublie dans la journ̩e
4 – on les entend le jour et on arrive parfois à les oublier, on a du mal à s’endormir la nuit
5 – on les entend quand il y a quatre personnes qui parlent et on n’arrive pas à les oublier le jour même dans une ambiance animée
6 Рon les entend m̻me dans une rue bruyante
7 Рon les entend m̻me dans une salle de f̻te bond̩e
8 – ils font un bruit comme un avion à réacteur, mais ils se calment par moment
9 – ils font un bruit comme un avion à réacteur, et ils sont toujours de la même intensité
10 – je ne les oublie JAMAIS, même quand je dors… et ils ne se calment jamais

Bien entendu, les acouphènes évoluent, donc on ne reste pas à un niveau donné toute sa vie.
En 2003 je me situais pendant les premières semaines au niveau 10, puis dans les mois qui ont suivi au niveau 9, et cela a continué à s’améliorer depuis, fort heureusement. Je m’approche du niveau 4 a priori… Encore un petit effort ! 😉

A lire aussi :  Carine Chenaux : A Nous Paris, Allez l'Afrique !

Quant au journaliste qui parle de tympan en conclusion, que dire… sinon que c’est une formule journalistique : comme chez l’immense majorité des personnes qui souffrent d’acouphènes, mes tympans sont en parfaite santé, merci pour eux !

Articles liés

Réponses

  1. Oui, je rajouterai que personnellement (je la joue égoiste) mes sifflements, et bien il y a des jours je les entends aussi dans la journée. Ils ressemblent à des bruits de viandes que l’on grille sur un piano, bon apétit !

    Ton échelle est sur 10, la mienne sur 12, mais bravo pour tout ton travail personnel pour être au niveau 4.

    Moi c’est même niveau, sauf qu’ils me bercent et m’endorment, une chance ils font office de rivotril.

    Courage à nous deux on arrivera bien au niveau 2.

  2. (dailymotion a l’air d’avoir quelques soucis aujourd’hui, c’est pour ça qu’on ne voit pas les vidéos)

    Je suis entre 4 et 5, certains jours plus près de l’un ou de l’autre, c’est toujours difficile à dire… S’il n’y avait ces fichues douleurs permanentes, le combat serait moins ardu !

    Les miens ne risquent pas de me bercer, ils sont bien trop aigus… Enfin, pourquoi pas après tout, mais pas pour le moment en tout cas 😛

    Tu as concocté une échelle sur 12 ? Envoie, que j’en fasse profiter tout le monde ! 😉

  3. (je me réponds à moi-même)

    Je me suis souvenu que tu avais mis l’échelle dont tu parles sur ton blog :
    http://intrus.unblog.fr/echelle

    __________________________________

    1. On ne les entend que la nuit dans le calme
    2. On les entend le jour et la nuit, mais ils ne dérangent pas
    3. On les entend le jour et la nuit, ils ne dérangent que la nuit, on les oublie dans la journée
    4. On les entends le jour et la nuit, ils ne dérangent que la journée, on les oublie dans le sommeil.
    5. On les entend le jour et on arrive parfois à les oublier, on a du mal à s’endormir la nuit
    6. On les entend le jour et on arrive parfois à les oublier, on s’endort bien.
    7. On les entend quand il y a quatre personnes qui parlent et on n’arrive pas à les oublier le jour même dans une ambiance animée
    8. On les entend même dans une rue bruyante
    9. On les entend même dans une salle de fête bondée
    10. Ils font un bruit comme un avion à réacteur, mais ils se calment par moment
    11. Ils font un bruit comme un avion à réacteur, et ils sont toujours de la même intensité
    12. Je ne les oublie JAMAIS, même quand je dors .. et ils ne se calment jamais

    Ce que je ne comprends pas avec ton échelle, c’est qu’elle semble… désordonnée ! Il y a au moins les points 5 et 6 à inverser, tu ne crois pas?… 😉

  4. Si même une personne de France Acouphènes n’est pas fichu de décrire correctement le problème … cette personne souffe-t-elle d’acouphènes elle même ??

  5. Probablement…
    Mais ne lui jetons pas la pierre (enfin si, moi je le fais, mais c’est mon blog, j’ai tous les droits :P) !

    Plus sérieusement, il est très difficile de parler d’un sujet comme les acouphènes… alors, en quelques mots… D’autant plus que les journalistes peuvent interviewer deux heures pour ne conserver au final que vingt secondes – je parle en connaissance de cause 🙂

  6. Bien vu Randy, effectivement et de manière positive je peux inverser la 6eme position avec la 5eme.

    Et hop je gagne 1 point. C’est une bonne nouvelle en ce dimanche de juin.

  7. je suis d’accord avec mat ce documentaire ne decrit rien du tout a propos des acouphenes. dans ce reportage ils sont vus comme un probleme rare qui n’arrive qu’aux personnes agees!
    en plus je ne supporte pas cette vision de la redaction pour dire qu’en frnce seulement 46% des gens font tester leur audition, comme si ca encourageait a pas le faire. parfois je ne regrette pas d’etre parti en irlande moi