Rentrée des classes : les maternelles

Apocalypse now

Dans la partie maternelle s’enchaĂ®nent des scènes d’apocalypse dignes des plus grands films de guerre :
Des enfants qui pleurent, qui hurlent, des parents excĂ©dĂ©s, qui hurlent Ă©galement. J’ai croisĂ© un père costard-cravate, en partance pour Wall Street certainement, dans un Ă©tat plus second que celui de sa gamine et qui l’injuriait, la sommant d’arrĂŞter sa comĂ©die parce qu’il n’allait pas supporter ça chaque matin. Il eut Ă©tĂ© raisonnable pour cette enfant de cesser toute affaire cessante sous peine de finir dans un congĂ©lateur.
Les cris peuvent parfois surgir de nulle part, sans prévenir et vous coller un acouphène pour la journée.

La rentrée : le bilan !

Il est certain que la RentrĂ©e doit ĂŞtre un moment absolument abominable pour les instits et profs qui souffrent d’hyperacousie… mais sans mĂŞme souffrir d’hyperacousie, il semble que le bruit des enfants peut rapidement devenir infernal.

On comprend mieux les Allemands, du coup.

(Illustration : logo Ă©mission tĂ©lĂ© “les Maternelles”. A l’occasion de la 1000ème Ă©mission des “Maternelles” en mars 2006, un sous-titrage a Ă©tĂ© mis en place pour les sourds et malentendants.)

A lire aussi :  Le bruit n’a jamais tuĂ© personne

Articles liés

Enfant = nuisance sonore

Allemagne : au revoir les enfants ! Excédés par les jeux trop bruyants des enfants, des riverains font fermer des crèches. Les Allemands tolèrent de moins en moins les nuisances sonores accompagnant les jeux d’enfants dans une société vieillissante au taux de natalité en berne.

Toute une histoire – France 2 – 17 mai 2010

« Mon corps n’en fait qu’à sa tĂŞte » Nos invitĂ©s vont nous parler aujourd’hui de maladies rares, et Ă©tonnantes contre lesquelles il est difficile de lutter. Ce que cache mon langage, mon corps le dit. “Mon langage est un adulte très civilisĂ© mais mon corps est un enfant entĂŞté…” Roland Barthes. Une Ă©mission très intĂ©ressante…

RĂ©ponses