Caroline Franc a des acouphènes

Caroline Franc souffre d'acouphène

Caroline Franc souffre d'acouphèneLa cĂ©lèbre journaliste et blogueuse Caroline Franc, Ă©galement connue sous la signature Caroline Desages, souffre d’acouphènes depuis quelques mois.

C’est ce que l’on apprend sur son blog “PensĂ©es by Caro”, dans un billet datĂ© du 15 dĂ©cembre 2015. Elle y raconte très clairement Ă  quel point elle Ă©prouve parfois des difficultĂ©s Ă  penser Ă  cause de ses acouphènes.

Extrait :

comme depuis mon zona je me traine un acouphène (rĂ©current depuis quelques mois mais Ă  son paroxysme ces jours-ci) très envahissant, je n’arrive plus trop Ă  penser. Bref, je vous laisse avec un j’aime en pointillĂ©, parce que lĂ  tout de suite je voudrais simplement ne plus avoir l’impression que Jiji ronronne dans mon tympan. (pour mon quelqu’un c’est Ă©videmment psychosomatique, en ce qui me concerne je penche pour une fistule artĂ©rielle) (forcĂ©ment). […] (en plus la musique couvre mon acouphène, je crois que je pourrais vivre dans une fosse de salle de concert pour le restant de mes jours)

Elle en dĂ©voile un peu plus dans les commentaires de l’article :

ça n’est pas un acouphène strident, plus un bourdonnement, au rythme de mon coeur

Un acouphène pulsatile donc, a priori. Peut-ĂŞtre aura-t-elle le plaisir d’en voir la fin en 2016, c’est tout ce que l’on peut lui souhaiter !

Toujours est-il que Caroline Franc dit très clairement ce dont nous sommes extrĂŞmement nombreux Ă  tĂ©moigner dès l’apparition des acouphènes dans nos vies : dans de nombreux cas, il ne s’agit pas d’un petit son lĂ©ger et anodin que l’on perçoit dans le silence total, au moment de se coucher, comme le prĂ©tendent encore de nombreux ORL, dans le mĂ©pris des faits le plus total. Il est parfois (souvent) question, bien au contraire, d’un son qui peut se montrer extrĂŞmement agressif et “envahissant”, pour reprendre le terme qu’elle utilise, au point de pouvoir perturber la pensĂ©e de manière importante.

A lire aussi :  Les douleurs m’empĂŞchent de dormir

Dans son malheur, elle a nĂ©anmoins de la chance, puisqu’elle a Ă©chappĂ© au “pire” :

  • En effet, elle ne souffre visiblement pas d’hyperacousie.
  • Par ailleurs, la musique couvre son acouphène – il faut dire qu’elle parle d’un son plutĂ´t grave, en gĂ©nĂ©ral plus “neutre” et moins difficile Ă  couvrir.

Elle peut donc se rĂ©fugier dans un certain “silence”, dans le sens oĂą elle peut Ă©chapper par moments Ă  ses acouphènes. Ce qui est loin d’ĂŞtre le cas de tout le monde.

Crédit photo : Caroline Franc, photo issue de son blog

Related Articles

Comprends qui peut

“Je comprends ce que tu vis.”

Combien de fois n’ai-je entendu ces mots ? « Je comprends ». Et ses multiples déclinaisons. « Je te comprends ». « Je vous comprends, Monsieur ». « Je me rends parfaitement compte de ce que cela doit être. » « Moi aussi j’ai ce que tu as ! » « Mon mari a la même chose que vous. » etc.

RĂ©ponses

  1. cette maladie me ronge Ă©galement. cela fiat presque 4 mois que j’ai les accouphenes mais sans problèmes d’auditions. Les 1er mois sont les plus difficiles, manque de sommeil, dĂ©pression, manque de concentration, dĂ©goĂ»tĂ© de tout. En dĂ©cembre, j’ai eu de l’otite interne aussi très douloureuse. Mais grace Ă  cette otite interne de l’oreille droite que mes acouphènes ont disparu de l’oreille gauche. Dieu merci, je ne prends aucun medicament et j’arrive Ă  dormir très bien. Le seule medicament , c’est de l’ignorer et de ne pas t’isoler. Je suis sur qu’un jour viendra, on trouvera un mĂ©dicament. Du courage

  2. les problèmes d’audition de toute façon…

    nos “chers” savants savent bien que 10% des acouphĂ©niques n’ont aucune perte d’audition.
    seulement 10% dira-t-on, en mĂŞme temps ça fait du monde : une personne qui a des acs sans perte n’est pas un cas isolĂ©. en plus est-on certain d’avoir des oreilles nickel vu la prĂ©cision des mĂ©thodes engagĂ©es.

    ce qui veut dire tout court qu’au moins 10% des acs n’ont rien Ă  voir avec l’ouĂŻe et que l’orl consciencieux aiguillera intelligemment le patient vers d’autres spĂ©cialitĂ©s (entre autres par exemple stomatologue, allergologue).

    ce qui signifie Ă©galement que l’orl qui – au moins – n’aiguille pas le patient vers au moins une autre spĂ©cialitĂ© que la sienne…

    faisons le tour de ces attitudes : mais de toute façon si on te décèle une perte, sans aucun approfondissement sur les causes à quoi ça sert ?