System Of A Down, concert Paris Bercy : SOAD POPB !

Concert trop fort = petite mort

Il a vu System Of A Down en concert à Bercy, il a entendu System Of A Down en concert à Bercy, il a bien failli ne plus jamais rien entendre qu’un son aigu provenant du concert de System Of A Down à Bercy : témoignage d’un miraculé, sauvé par un traitement en urgence.

Cela n’arrive (pas) qu’aux autres

Samuel Tardieu, 2005-06-05

Je lis souvent des choses atroces sur Internet. Des récits d’expériences malheureuses, de vécus tragiques. À chaque fois, je plains les victimes, et me réjouis de ne pas être à leur place.

J’étais notamment tombé par hasard sur plusieurs sites qui racontaient comment, suite à un concert trop bruyant ou à une soirée en boîte de nuit au volume excessif, certaines personnes avaient perdu tout ou partie de leurs capacités auditives. Par chance, je n’avais jamais eu de problèmes de la sorte, malgré mon attirance pour les endroits bruyants. De toute façon, ce genre de choses ne pouvait arriver qu’aux autres, mes oreilles étaient en béton.

J’avais tort. Mercredi dernier, j’ai assisté avec des amis au concert de System Of A Down au POPB. C’était un bon concert, bien que court. Nous étions dans la fosse, juste devant les musiciens et les hauts-parleurs. Le son était fort. Très fort. Beaucoup trop fort en fait. À la sortie, comme après tous les concerts violents, j’entendais le monde à travers une épaisse couche de coton, les sons me parvenaient etouffés, sensation somme toute pas si désagréable et qui passe habituellement en quelques dizaines de minutes.

Malheureusement, cette impression de surdité passagère a persisté durant la soirée qui a suivi le concert. Sont venus s’y ajouter des acouphènes, sifflements permanents produits par le système nerveux pour pallier une déficience auditive. Le lendemain matin, après avoir dormi, aucun changement, je restais sourd et en proie à ces sifflements obsédants.

C’est alors que je me suis souvenu de ces pages lues sur Internet. Elles disaient toutes que dans un tel cas la rapidité de réaction était primordiale, et qu’un déplacement aux urgences était indispensable pour espérer récupérer, sans aucune garantie, une partie des capacités auditives perdues lors du traumatisme. Je me suis donc rendu à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, proche de chez moi, où j’ai été très rapidement admis en consultation ORL pour y subir un audiogramme, après avoir dû toutefois insister pour convaincre l’accueil de la nécessité d’une consultation immédiate.

L’examen a pris dix minutes, à l’issue desquelles mon hospitalisation d’urgence a été décidée. Comme me l’a dit hier matin le chef de service de l’unité où je suis accueilli, « vous avez un profil auditif typique d’un chasseur ou d’un militaire en fin de carrière ». Les deux oreilles sont atteintes et ont subi une très importante perte d’audition dans les aigus. Le premier médecin rencontré était très dubitatif quant à une quelconque possibilité d’amélioration, mais nous avons décidé de tenter le seul traitement dont on pense qu’il peut avoir une certaine efficacité (non prouvée selon lui) s’il est administré à temps.

Ce traitement consiste à recevoir, en perfusion, jour et nuit, des vaso-dilatateurs et des corticoïdes, pendant une durée variant de cinq à dix jours. A priori, je suis bloqué à l’hôpital pour une semaine. Je n’ai pas le droit d’interrompre, même pour un instant, la perfusion de vaso-dilatateurs. Je promène l’appareil partout avec moi, sous la douche, dehors, à la cafétéria. Je suis au régime sans sel à cause des corticoïdes, et je dois limiter le sucre au maximum. Les sushis et la viande des grisons (mes deux pêchés mignons) me sont interdits, ainsi que l’alcool.

Les derniers résultats des tests montrent une amélioration notable de l’oreille droite, qui semble avoir bien récupéré, et une chute de 40dB pour les aigus de l’oreille gauche, qui continue à siffler sans interruption. Je m’estime extrêmement chanceux d’avoir récupéré une audition correcte d’un côté. Je conserve l’espoir d’une récupération partielle pour l’oreille gauche, même si c’est improbable.

Je suis heureux que Marie, Anne et Xavier, présents avec moi dans la fosse lors du concert, n’aient visiblement pas été atteints. Sébastien et Audrey, qui ont assisté au concert depuis les gradins, étaient moins exposés. De nous tous, Marie a été la seule prudente et a utilisé des filtres de cigarette (sans le papier) pour pallier l’absence de bouchons d’oreille. C’est elle qui semble avoir le plus profité de la musique.

Au fait, pourquoi écrire ce billet ? J’ai deux raisons distinctes :

1. Prévenir les personnes qui attendent des nouvelles de moi, pour des raisons professionnelles ou personnelles, qu’elles devront patienter encore une semaine avant que je ne retrouve une connexion à Internet.
2. Mettre en garde tous ceux qui assistent à des événements bruyants ; utilisez systématiquement des bouchons d’oreille, vous profiterez tout autant de la musique, et éviterez de détruire vos oreilles définitivement ! Notez que ce concert avait lieu à Bercy, dans une salle très fréquemment utilisée pour ce genre d’événements. Que des professionnels aient pû organiser un concert d’une telle intensité sonore, ne ressemblant en rien à ce que j’avais déjà entendu, me dépasse. C’est d’autant plus surprenant que le concert était extrêmement court, et qu’il n’y a eu aucun rappel. Après coup, je m’en réjouis, je n’ose imaginer les conséquences d’une exposition encore plus longue à un tel niveau sonore.

Quand j’en aurai l’occasion, je rejoindrai la cohorte des gens qui tentent d’informer les autres, jeunes ou moins jeunes, des risques liés à l’exposition à un bruit trop fort. Cela n’empêchera peut-être pas la prise de risques (comme dans mon cas), mais peut-être cela permettra-t-il à d’autres de savoir comment réagir une fois les symptômes présents.

Un concert, System Of A Down à Bercy ou pas System Of A Down à Bercy, mérite-t-il cela ?

Je vous laisse lire la suite, plus heureuse… heureusement 😉

A lire aussi :  L'acouphène en chantant

Enfin la quille

Samuel Tardieu, 2005-06-08

Énormément de monde me téléphone, m’envoie des SMS ou des courriers électroniques pour me demander de mes nouvelles suite à mon billet précédent. Voici donc les dernières péripéties d’un futur ex-malade.

La vie à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière depuis maintenant une petite semaine se passe bien, les amis et la famille défilent sans cesse, c’est devenu un sujet de plaisanterie pour le personnel soignant visiblement peu habitué à voir autant de monde rendre visite à une seule personne ; ils ont du mal à me trouver dans ma chambre, et lorsqu’ils y parviennent, j’y suis rarement seul, en train de recharger la batterie de ma perfusion pour pouvoir repartir. J’ai surtout eu la chance d’avoir deux anges gardiens dans mon entourage qui ont veillé sur moi en permanence (et qui se reconnaîtront). Grâce à tout ce petit monde, mon moral a pû rester au beau fixe et mon humeur excellente.

J’ai eu une chance extraordinaire : le traitement à base de vaso-dilatateurs et de corticoïdes semble avoir parfaitement fonctionné, puisque d’après les derniers examens j’ai récupéré la totalité de mes capacités auditives, alors que le pronostic du médecin qui m’a fait hospitaliser était défavorable. La rapidité de réaction a été, d’après tous les spécialistes rencontrés, primordiale. Si après une nuit de sommeil vous avez toujours une surdité ou des acouphènes, foncez immédiatement à un service d’urgence ORL, il n’y a pas de seconde chance. Les acouphènes n’ont, pour leur part, pas disparu. Nous avons commencé hier un traitement à base d’anti-épileptiques pour tenter de désexciter les cellules nerveuses à l’origine de ces sifflements permanents. La première prise m’a provoqué des nausées pendant environ cinq minutes, et m’a mis hors-service juste après. Ce traitement durera, en fonction des éventuels résultats, entre un mois et un an. Les vaso-dilatateurs par voie orale, en remplacement de la perfusion actuelle, seront à prendre pendant un mois.

L’ensemble du personnel hospitalier est agréable et souriant, des réceptionnistes au chef de service en passant par les infirmières, les aides-soignantes, le personnel technique, les internes et les praticiens. Ils sont tous pleins de petites attentions, toujours prêts à faire plaisir et à faciliter la vie des « malades ».

La nourriturre est correcte, même si les repas sans sel (en raison des corticoïdes administrés en intraveineuse) sont un peu fades à la longue. Heureusement, à partir de demain, cette partie du traitement sera terminée, et une orgie de sushis et de viande des grisons est à prévoir.

Un interne en ORL avec qui j’ai discuté il y a quelques jours m’a dit avoir eu également des problèmes d’acouphènes le lendemain d’un concert de Marilyn Manson à Bercy. Non seulement l’accoustique de la salle n’est pas terrible, mais il semblerait qu’ils soient incapables de maîtriser le niveau sonore. Le commentaire de Julien laissé suite au billet dans lequel je raconte mes mésaventures me donne vraiment l’impression que le volume de ce concert-ci était anormalement élevé.

J’ai réussi à négocier l’ouverture de mon balcon, d’habitude fermé pour des raisons de sécurité. En tenant le portable à bout de bras, je parviens à atteindre une borne WiFi à l’extérieur de l’hôpital et à utiliser UUCP pour échanger des messages avec l’extérieur (après avoir testé trois cartes WiFi jusqu’à en trouver une assez puissante pour traverser la totalité de cet immense hôpital). La publication d’un nouveau billet ou la navigation sur le web sont par contre totalement malaisées, étant donné que je dois tenir le portable d’une main tout en essayant de taper de l’autre.

Demain, vers 14h, je retrouve la liberté. Même si j’ai passé, toutes proportions gardées, une excellente semaine à l’hôpital, je suis content de le quitter et j’espère ne pas avoir à y retourner de sitôt en dehors des futurs examens à prévoir.

Et encore merci à tous ceux qui m’ont permis de faire passer le temps si rapidement en me tenant compagnie, Agnès, Alain, Alexandre, Alexis, Anabel, Brieuc, Daniel, Élisabeth, Jacob, Joachim, Marie, Melie, Pablo, Roland, Sébastien, Thomas, Xavier, Yann et à tous ceux qui m’ont proposé de passer et à qui j’ai dit que ce n’était pas la peine.

Témoignage en deux parties d’un survivant du concert de System Of A Down à Paris Bercy en 2005 :

A lire aussi :  Métamédecine : Claudia Rainville a guéri de ses acouphènes

Articles liés

TPE sur le risque auditif relatif au bruit excessif : interview

J’ai reçu il y a quelques semaines la demande suivante de la part d’une lycéenne, dans le cadre d’un TPE :

Monsieur Matignon,

Je me permet de vous écrire car deux de mes camarades et moi même souhaiterions vous interviewer dans le cadre de notre TPE (Travaux Personnels Encadrés).
Nous sommes élèves de Première Scientifique au lycée HENRI IV dans le 5e arrondissement de Paris et travaillons sur le sujet: “Et si les bruits et les sons d’aujourd’hui nous rendaient sourd demain ?”

Réponses

  1. System Of A Down en concert ce soir 8 juin 2011 à Bercy (Paris) : protégez vos oreilles !
    (Ils sont déjà passés le 6 juin 2011 à Bercy et ont ce soir là déjà, sans aucun doute, détruit quelques paires d’oreilles…)