Traumatisme auditif : témoignages, morceaux choisis

Nicko et Pascal souffrent d’acouphènes suite à une exposition à trop fort volume à de la musique amplifiée – concerts, répétitions, même (triste) combat

Ces deux nouveaux témoignages sont disponibles sur le site de l’APTA.

Bon OK ça fait un mois et demi déjà que ces témoignages sont en ligne mais je n’ai pas toujours le temps de faire tout ce que je souhaiterais, n’est-ce pas ! 😉

8a94859019ae1a254e163b15c97068a1

Morceaux choisis :

Nicko, 23 ans :

J’ai subi un traumatisme acoustique le 14 octobre 2006, lors de l’un de mes concerts (j’étais chanteur dans un des groupes qui jouaient ce soir là) dans une salle plutôt mal conçue, au réglage sonore sans limitation de décibels (Palais Bar à Paris). […] Depuis ma vie est un véritable enfer. […] Bref, je ne vis plus… J’ai quasiment tout perdu : mon bien être moral et physique, ma plus grosse passion qui est la musique et surtout, je n’arrive pas à envisager mon avenir professionnel. […] Aujourd’hui, je m’occupe la plupart du temps au calme, chez moi, en attendant d’être déclaré invalide.

Pascal, 35 ans :

Oui on peut le dire, les acouphènes pourrissent la vie. Ils sont là en permanence et ne vous laissent aucun moment de repos. […] Bien sûr, j’étais en dépression, je ne dormais plus, cela à même affecté mes études. Toutes les nuits j’étais pris de tremblements et de sueurs froides, je n’arrivais plus à trouver le sommeil. […] Depuis, j’ai enchaîné les périodes de dépressions, de stress, d’angoisse, d’insomnie, avec tous les médicaments qui vont avec, je n’ai plus jamais eu le sommeil réparateur que j’avais avant. Et oui l’acouphène entraîne d’autre maladie (dépression, insomnie etc.). Il y a un mois environ, j’ai commencé à avoir des douleurs aux oreilles. […] J’espère vraiment trouver une amélioration car là ce n’est plus vivable…

Si je pouvais remonter le temps et éviter le soir de ce fameux traumatisme sonore je le ferais, ma vie a complètement été bouleversée depuis ce jour et elle ne sera plus jamais comme avant. Quand on est acouphènique, le silence n’existe plus, le repos non plus. Malgré cela je m’estime heureux car je ne suis pas devenu hyperacousique.

A lire aussi :  Seine-Saint-Denis : le bruit et le jeune

Articles liés

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Réponses

  1. “déclaré invalide” ??? mais ce mal, dont je souffre également depuis un traumatisme sonore, n’est pas reconnu par la sécurité sociale..est-ce que je me trompe ?
    Koba

    1. Sauf erreur, Nicko n’affirme pas qu’il va être déclaré invalide, mais qu’il espère l’être (ce n’est pas très clair évidemment). En tout cas je vous confirme qu’en France les acouphènes et l’hyperacousie ne sont pas reconnus comme handicap (ils le sont dans quelques autres pays occidentaux), en revanche l’impact qu’ils ont sur votre vie peut éventuellement vous amener à une reconnaissance. C’est un parcours du combattant, avec aucune certitude quant à l’issue finale, donc à moins d’avoir des gens qui vous aident et vous soutiennent au quotidien, je ne suis pas sûr que ce “calcul” vaille le coup.

      1. Oui, c’est bien ce que je pense et les instances médicales ne prennent pas la mesure de ce que ce problème, neuro sensoriel, peut-être usant pour celui qui en souffre. Il est question d’un nouveau traitement en 2015, le programme “coopacou” je crois (consultation à l’hôpital Pitié Salpétrière) ; j’espère pour toutes les personnes qui souffrent que ce programme apportera du nouveau.

          1. J’avais fais irruption un peu brusquement sur le forum…j’imagine bien ce que ressentent Nicko et Pascal, acouphènes et hyperacousie sont une souffrance, une petite torture à l’intérieur de la tête qui finit par éreinter toute la personne. Le moral joue un peu sur la perception donc il faut à tout pris s’efforcer de le garder, … j’ai des enfants qui ont besoin de moi, je suis obligée de faire avec ce problème. J’ai accepté une invitation à une soirée musicale alors que ce n’était pas du tout dans mes habitudes ni mes goûts (Techno) pour me changer les idées, le son était à un niveau hallucinant et a été augmenté plusieurs fois au cours de la soirée ; oreilles bouchées en sortant. j’ai commencé à percevoir des sifflements le soir et le lendemain matin, j’ai tout fait pour ne pas me fixer dessus mais il est difficile de se soustraire à la perception d’un son aigü. Parcours médical du combattant, classique ; j’ai une faible perte de l’ordre de 10/15 db je crois. Pourtant, le symptôme est bien là et s’est centralisé au fil du temps (2 ans). Je diminue le rivotril car il ne règle pas le problème en ce qui me concerne, sauf à en prendre 20 gouttes et +. Je prend donc 1/4 de lexomil en fin de journée et un stilnox au coucher ainsi que de la phyto et magné B6. J’ai un bruiteur nature et découverte (vagues, bruits d’eau, bruit blanc), j’essaye de m’endormir en me concentrant plutôt sur le bruit qu’il génère. Effectivement, on peut bousiller sa santé en une malheureuse soirée avec aux commandes de la sono des personnes inconscientes…Concernant Coopacou, je me demande simplement si l’antiépileptique employé dans ce protocole est également le Rivotril ou s’il s’agit d’un autre produit qui donnerait de meilleurs résultats sur l’acouphène. Koba