“Chaque jour de rĂ©pit est un cadeau du ciel”

Le combat quotidien contre la maladie…

RĂ©cit d’une lutte de chaque jour contre les acouphènes :

Michèle Morgan a les oreilles qui sifflent mais garde espoir de lendemains qui chantent. En silence.

(témoignage trouvé sur Facebook)

——–

Ce matin je suis en répit total de bruits dans ma tête et mes oreilles.

C’est un bonheur que je veux partager avec vous et que je vous souhaite quelle que soit la cause de ce symptĂ´me bruyant que vous vivez. Dans mon cas, ces moments de rĂ©pit se font plus nombreux et ils nourrissent mon espoir qu’il y a une lumière au bout du tunnel.

Je vous mets un lien avec la merveilleuse Lisa Gerrard qui parle et qui chante avec la voix d’un ange. Je vous encourage Ă  Ă©couter cette voix thĂ©rapeutique et Ă  continuer d’espĂ©rer la guĂ©rison. Que ce soit par la science, la mĂ©ditation, les thĂ©rapies alternatives… chaque personne a la possibilitĂ© de trouver sa voie et de retrouver le silence. Unissons nos pensĂ©es positives de guĂ©rison et de sĂ©rĂ©nitĂ©.

——–

Je suis un livre ouvert.

Je chemine avec transparence dans cette aventure qui a dĂ©butĂ© au dĂ©but de fĂ©vrier 2011. Chaque Ă©tape m’a aidĂ©e Ă  avancer, Ă  connaĂ®tre des jours de rĂ©pit (je viens de les compter sur mon agenda : 27 jours de rĂ©pit au total). J’ai utilisĂ© la mĂ©ditation, la massothĂ©rapie, l’ostĂ©opathie, le psychologue hypnologue, la plaque occlusale avec le dentiste, l’Ă©coute de CD’s, la respiration consciente, la mĂ©decine Ă©nergĂ©tique, l’homĂ©opathie et j’en oublie peut-ĂŞtre. Dans mon cas, tout se passe davantage dans le tĂŞte que dans les oreilles. Et il n’y a pas de demi-mesures. Ou je n’ai absolument rien, ou j’ai le bruit 10/10 qui m’empĂŞche de vivre normalement (lire, parler avec des gens, Ă©couter de la musique… etc.) tellement ce bruit est intense. Comme une chute d’eau ou des milliers de cigales qui chantent. Un vĂ©ritable enfer. Chaque fois que j’ai un rĂ©pit total je pense que c’est la fin mais ça recommence toujours quand je dors. Merci pour votre aide. Si j’Ă©tais une fĂ©e, d’un coup de baguette magique j’aimerais guĂ©rir tous ceux et celles qui souffrent de ce problème.

——–

Un pas en arrière ;-(

Je vous mets en pièce jointe la photo de Lili qu’une amie m’a transmise il y a quelques annĂ©es. Elle fait la grimace que j’ai envie de faire Ă  ce symptĂ´me revenu trop rapidement. Je vous raconte :

Après une journĂ©e complète de rĂ©pit total, j’ai cĂ©dĂ© au sommeil vers 21 heures. Je lisais un livre de l’École de vie consciente mais je tombais de sommeil. J’ai dĂ©cidĂ© d’aller me coucher malgrĂ© une certaine crainte. J’essayais d’avoir confiance malgrĂ© les expĂ©riences passĂ©es.

Environ une heure et demie après soit vers 22h30, je me suis réveillée avec un bourdonnement aigu dans la tête. Il est toujours là une heure plus tard. Cela me rend triste mais pas désespérée. Je sais que la solution existe, que je peux la trouver avec de la patience.

Je n’arrive pas Ă  comprendre le mystère du sommeil. Lorsque je suis en rĂ©pit de bruit, je maintiens cet Ă©tat de bien-ĂŞtre tant que je suis Ă©veillĂ©e. Dès que je suis endormie, c’est comme si j’ouvrais la porte toute grande Ă  ces bruits dans ma tĂŞte.

Il doit pourtant y avoir une solution pour maîtriser davantage le fonctionnement du cerveau.

Je poursuis mon travail sur moi-mĂŞme incluant l’alimentation, mes recherches, mes lectures, mes traitements en espĂ©rant que cessent dĂ©finitivement les bruits dans ma tĂŞte. Ce soir j’ai mangĂ© du poisson. Je ne sais pas s’il y a un lien avec le retour des bourdonnements.

Cela m’a pris six mois de physiothĂ©rapie pour rĂ©tablir une tendinite Ă  l’Ă©paule doublĂ©e d’une capsulite Ă  l’avant-bras. C’est sĂ»rement normal que cela prenne plusieurs mois de travail pour rĂ©parer un court-circuit au cerveau engendrĂ© par des chocs Ă©motifs successifs et un stress intense, le tout survenu sur un total de plus de 18 mois.

Aujourd’hui j’ai besoin de votre encouragement. Ce bruit intense dans ma tĂŞte est infernal. Je vous tiens au courant si j’apprends quelque chose de nouveau. Jeudi je vais en acupuncture pour la première fois depuis le dĂ©but de cette histoire. Certaines personnes obtiennent de bons rĂ©sultats avec cette thĂ©rapie.

———–

Derniers développements de ma condition.

Je me sens triste mais je ne baisse pas les bras. Comme le disait l’autre jour Benjamin, ce n’est pas un pas en arrière. Je suis tombĂ©e mais je vais me relever.

Après deux jours de rĂ©pit je me suis endormie ce soir (dimanche) vers 22 heures. J’avais mis ma plaque occlusale pour me donner le maximum de chance de ne pas retomber dans la problĂ©matique. Environ une heure et demie plus tard, je me suis Ă©veillĂ©e avec le bruit intense dans ma tĂŞte (comme des cigales ou une bouilloire). PrĂ©sentement, Ă  minuit 30 c’est toujours intense.

C’est le mĂŞme scĂ©nario qui se reproduit depuis le dĂ©but de cette expĂ©rience difficile. Tout ou rien. Bruit ou silence. Cela me conduit Ă  me demander si tous ces «dĂ©rapages» ou «dysfonctions» du cerveau ne se produisent pas de façon alĂ©atoire indĂ©pendamment des traitements et de tous les moyens que je prends pour m’en libĂ©rer. Ouf, pas Ă©vident d’avoir de telles pensĂ©es quand on investit autant que je le fais pour sortir de cette situation.

Chaque jour de rĂ©pit est un cadeau du ciel. Chaque retour de cette dysfonction me donne Ă©videmment un coup au coeur. Par ailleurs, la dernière pĂ©riode avec le bruit prĂ©sent (trois jours) a Ă©tĂ© plus courte que la prĂ©cĂ©dente. C’est peut-ĂŞtre un signe positif, un signe que la libĂ©ration dĂ©finitive arrivera un jour.

Je ne sais plus trop quoi penser lorsque je suis dans le creux de la vague. Je vais quand mĂŞme poursuivre les traitements (mardi un massage et mercredi l’acupuncture) en espĂ©rant que les pĂ©riodes de rĂ©pit soient plus longues et plus rapprochĂ©es. Je poursuis aussi la pratique du chant des voyelles et des lectures de conscientisation.

En tout cas, je prie le Ciel de nous libĂ©rer tous de ce symptĂ´me avec lequel il est difficile d’ĂŞtre complètement en paix. Gardons espoir que la science, les traitements moins conventionnels ou la nature nous guĂ©risse. Bonne semaine Ă  tous !


La compagnie creole – un cadeau du ciel par rawestern

A lire aussi :  Hyperacousie et acouphènes

Articles liés

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Sepultura : un ingénieur du son se suicide

Un Belge de 29 ans, adepte de métal, se donne la mort. « Triste nouvelle dans les journaux belges aujourd’hui. Dietrich Hectors, un adepte de la musique métal âgé de 29 ans (et ingénieur du son) s’est suicidé vendredi dernier car il souffrait d’acouphènes violents et d’hyperacousie sévère. »

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

RĂ©ponses