Le bonheur est dans le pré, cours-y vite il va filer

Le bonheur, c’est simple comme un spot de pub. Ou plusieurs.

Quand j’étais petit je trouvais que la publicité c’était un vrai spectacle. A 7 ans, je m’exerçais à lire avec les affiches dans la rue. A 10 ans, quand j’entendais le jingle de la pub de la TV des voisins à travers la cloison, j’allumais la notre pour regarder. Avec mes frères et sœur, on faisait des « concours de pub » ; le premier qui devine la marque. A 12 ans, je décorais ma chambre avec des pubs pour des cigarettes Kool, News, Benson&Hedges, Marlboro. A 14, avec des pubs Club Med, Citroën et des affiches de films. A 16 ans avec des pubs de marques de lingerie. Je suis entré dans une école de communication et je rêvais de devenir publicitaire. Mon premier stage professionnel, à 19 ans, je l’ai fait en agence de publicité. J’ai assisté à la Nuit des Publivores ; une nuit entière à regarder des pubs du monde entier, dans une ambiance hystérique. Puis à 20 ans, mon deuxième stage, dans une agence qui s’appelait Alice. J’y ai rencontré ma femme. Puis un troisième stage, et encore un quatrième… Overdose. Stop. Assez ! Silence !

Et les mille voix publicitaires de continuer leur monologue :

– Camembert Président : bien manger, c’est le début du bonheur.

– Le bonheur, c’est simple comme un coup de fil. France Télécom

– Jacques Vabre : goûtez le bonheur de faire plaisir

– Régilait : un vrai concentré de bonheur

– Nutella : chaque jour c’est du bonheur à tartiner

– Babybel : 360 degrés de bonheur

– Mars : que du bonheur

– Fruitella, le bonheur d’être tous ensemble

– Quality street, la boite à bonheur

– Mercedes classe A : Les dimensions idéales du bonheur

– Renault Scenic : Plus de place au bonheur

– MMA, c’est le bonheur assuré

– Maaf : chercheurs en vie meilleure

– Carré Sénart : cultivons notre carré de bonheur

– Castorama : partenaire du bonheur

– BHV : Tout pour trouver votre bonheur

– Auchan : Goûter les saveurs et les bonheurs de la vie

– ING Direct : là où votre argent est heureux

– Piscines Desjoyaux, le bonheur à 100%

– Club Med, le bonheur, si je veux.

– Club Med, la plus belle invention depuis le bonheur

– Courte Paille : on n’a pas inventé le bonheur, mais les grillades qui vont avec

Du bonheur à boire, à manger, à conduire, à acheter… Désolé messieurs les publicitaires, j’ai la nausée. Votre promesse de bonheur marchand me gène. Faire croire que le bonheur s’achète contribue certainement à augmenter les désirs de chacun bien au-delà de ce que la planète peut offrir à tous. Pas très responsable.

Besoin d’aide pour arrêter ?

Nous pouvons vous aider !

Envoyez « BONHEUR » par SMS au 0 800 24 24 et nous vous donnerons les instructions ! 2,50 euros TTC par SMS hors coût opérateur”.

A lire aussi :  Pub : Guy Hoquet a un appartement silencieux à louer

Benoit Volatier, coprésident de l’agence Occurrence, en réaction à l’éditorial de Christian Blachas dans le dernier numéro de CB News.

(lu sur le blog de CB News)

Un texte intéressant… que l’on peut élargir à l’ensemble des informations de notre société, comme je l’avais évoqué dans un billet intitulé “le sens du bruit et l’information parcellaire“.

(Illustration prélevée sur comunbuzz.com)

Articles liés

Concert acouphène : bonheur

Le bonheur, c’est marcher face au soleil sur une route déserte de campagne, au petit matin. C’est se sentir rempli, nourri, comblé de cette énergie solaire apaisante. C’est entendre le souffle du vent à travers les champs de maïs, le concert acouphène de ces milliers d’insectes qui s’expriment gaiement.

Réponses