Témoignage guérison acouphène : guérie après dix années de galère

Témoignage guérison acouphène : quand un sifflement vous emmène au fond du gouffre…

Témoignage guérison acouphène
Témoignage guérison acouphène

Je ne me souviens plus trop comment tout cela a commencé… mais vers l’âge de 8-9 ans, je me suis retrouvée avec un sifflement dans les oreilles. Au début, ils n’étaient pas continus, ils venaient, repartaient.
Ma mère me fait quand même consulter notre ORL qui prononce alors pour la première fois, le mot : acouphène.
Très vite, ils se sont installés à plein temps ; jour, nuit, ils étaient toujours là ; rien ne pouvait les couvrir.
Cela ne voulait rien dire pour moi, j’étais jeune à l’époque ; je me rappelle que je disais à ma mère que c’était des petites personnes à l’intérieur de mon corps qui criaient pour que je les laisse sortir. Elles ont crié pendant 10 années à m’en rendre folle !

Jeune, désorientée, naïve, je suis tombée dans une spirale infernale… d’abord, les tranquillisants, puis les psychiatres qui m’ont mené tout droit vers cette drogue : les anxiolytiques et les antidépresseurs !
J’ai donc commencé par de simples tranquillisants, qui m’aident pour rester concentrée à l’école mais le soir à la maison, c’était horrible, ma famille ne comprenait pas ce que je vivais.

On me disait : « tu devrais être contente, tu entends quelque chose ! »

Entendre, oui mais ça, non ! Ca me rendait dingue ! Le soir, je pleurais seule dans ma chambre, des fois ma sÅ“ur m’entendait et venait me consoler mais je pense qu’elle non plus, ne se rendait pas compte de la gravité de la situation.
J’avais 12 ans, quand j’ai fait ma première tentative de suicide ; des médicaments, beaucoup de médicaments mais pas assez de cran pour passer à l’acte, je pense que c’était plutôt un appel au secours qu’une réelle envie de quitter ce monde.
Deux jours d’hospitalisation, puis première consultation chez le psychiatre.
Immédiatement sous traitement, de l’extérieur, je parais mieux, heureuse, gaie mais à l’intérieur, quelque chose me ronge, les acouphènes bien sûr mais aussi cette drogue que j’avalais tous les jours ; je suis vite devenue dépendante ; quand je loupe une prise, je tremble, je transpire beaucoup ; mes copines à l’école se moquent de moi, on me dit que je suis une droguée.

Deux années passent, toujours le même quotidien, acouphènes, surdité, et mon traitement…

A 14 ans, je pète un plomb, cette fois-ci, ce n’étais plus de l’appel au secours, je voulais vraiment mourir, partir pour ne plus entendre ces sifflements qui me hantent jour et nuit.
Cette fois-ci, je me provoque une crise d’asthme (je sais très bien comment faire, quelques poils de chat suffiront) ; je me souviens très bien de cette journée, assise dans le canapé, seule dans l’appartement, je me sens partir, je sais qu’une crise d’asthme peut être mortelle.
Je ferme les yeux, trou noir ; je me réveille à l’hôpital, je vois ma mère en larmes, me demandant pourquoi j’ai fait ça !

Je crie, je hurle ma douleur, je veux sortir de ce cauchemar, je n’en peux plus !!!

A ce moment là, ma mère a bien compris ma douleur.
Mes parents décident de passer outre leur honte de ma surdité et ils me font appareiller en espérant que le bruit que je vais pouvoir entendre couvrira les acouphènes.
Je suis donc appareillée, avec un appareillage binaural.
Je perçois, oui, j’entends la parole, je ne la comprends pas, mais au moins, mes acouphènes sont un peu couverts. Dans la rue, avec les voitures, je ne les entends que très légèrement.
En même temps, je découvre le monde mais ma surdité évolue vite et je sais que les appareils ne couvriront pas longtemps les acouphènes.

Cinq années vont passer comme ça, je suis toujours sous anxiolytiques mais j’ai réussi à arrêter les antidépresseurs. Je vais mieux, j’ai un regard plus vivant, je peux commencer à vivre et à voir vers l’avenir.

L’année dernière, je rencontre Daxtom, une membre de ce forum, j’ai le bonheur de la rencontrer chez elle, dans la région bordelaise. Je rencontre également Tom, son petit garçon sourd implanté.
Par une grande générosité, elle me propose de me donner les appareils de Tom, qu’ils portaient avant d’être implanté. Ces appareils sont très puissants, plus que les miens, et je vois là un espoir d’entendre mieux.
Après une petite hésitation, je repars en région parisienne avec les appareils de Tom dans ma valise.
Après un réglage adéquat, je les mets, miracle ! J’entends un peu mieux. Cela ne va pas durer longtemps car je vais brusquement perdre beaucoup d’audition qui vont rendre les appareils presque inutiles. Mais une chose encore plus incroyable arrive, après 2 jours de port, mes acouphènes disparaissent !!! Je ne sais pas si ce sont les nouveaux appareils, je ne m’avance pas là-dessus mais je tiens à souligner que je prenais aucun traitement. Ils ont disparus comme ça.
Le 26 avril, cela fera 6 mois que je peux profiter du silence.
Aujourd’hui, je suis épanouie et heureuse, depuis 6 mois, je me suis réveillée d’un cauchemar qui a duré 10 ans. Je suis tombée au fond du gouffre à cause des acouphènes. Je ne croyais pas ça possible et pourtant…
Bien sûr, la peur qu’ils reviennent est présente et le sera toujours, mais aujourd’hui, je profite de ma vie, parce que ma vie est belle et sereine, je vis ma vie, je profite de ce que j’ai de plus cher au monde, un cœur qui bat et un homme qui m’aime.

 

Biscotte, sourde et ancienne acouphènique

Ce témoignage guérison acouphène a été lu sur le forum de France-Acouphènes

A lire aussi :  Le livre de James Bâche

Articles liés

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Guérir des acouphènes, c’est possible !

Nous voilà début avril, musicien rock depuis 17 ans (batteur notamment), je rentre à la maison avec la tête “dans le seau” et des sifflements dans les deux oreilles qui me donnent l’impression qu’ils sont dans tout mon crâne.

Cela m’était déjà arrivé, rarement à ce point mais bon je n’avais pas plus peur que ça.

Réponses

  1. Merci de mettre aussi des commentaires positifs Randy. Parfois, il peut y avoir rémission comme pour toute maladie. Je pense encore récémment à cette soeur guérie de Parkinson dont on a entendu parler dans la presse. J’ai gardé son témoignage car il faut aussi penser au positif. Je ne pense plus que ca peut uniquement s’aggraver mais que ca peut se stabiliser et même s’améliorer.

  2. Un de mes buts, par ce blog, est justement de montrer qu’on peut guérir… et que c’est même l’évolution “normale” !

    Quand je fais des billets sur ma propre histoire, qui a commencé en avril 2003, bien entendu… c’est loin d’être joyeux ! Car le début était en effet terrible. Mais ma situation n’a cessé de s’améliorer depuis. Par palier, plutôt que régulièrement. Et…

    A suivre dans les prochains numéros 😉

  3. Bonjour, moi aussi je souffre d acouphènes depuis 8 mois. Des que je sors, des qu”il y a à peine du vent, dès que je m’approche d’un ordinateur et j’en passe, ça décuple de volume et met parfois plusieurs jours à baisser. Je suis chanteuse et ai dû arrêter de travailler depuis, ma situation est désastreuse. Je crise dès que ça se dégrade. Comme avec tout le monde, les ORL nous laissent livrés à nous-mêmes. S’il vous plait, quel est cet appareil qui a fait passer les acouphènes? Est ce un réducteur de bruit genre de moins 30db ou bien est ce que ça emmet du bruit? Si vous le savez, qu’elle était la marque?
    Merci pour votre aide.

  4. vu le lien avec post, que j’allais lire en entier, je me suis ravisé.
    désolé de le dire mais ce sont des habitués de la rémission subites (lourdes n’est guère mieux) .

    halte aux faux espoirs, et possibles désespoirs (tomber de très haut quand ça recommence !

    ayant entrevu le post il s’agit de “masquage” par une meilleure (plus forte) ouïe.
    ce genre là, si ce n’est pas un fake, conduira “juste” à ce quele cerveau soit leurré un moment puis que le problème, enfoui, “revienne” d’e + belle.

    et je suis (malheureusement) porteur de prothèses depuis plus de 10 ans : ce qui m’a choqué est que cette personne entend mieux comme ça alors que :
    – on ne peut porter des prothèses nouvelles qu’en les ayant adaptées au malentendant (ce qui veut dire que la plupart du temps un moulage est nécessaire car les lobes d’oreille sont comme les empreintes digitales – uniques sauf très gros coup de bol).
    – l’audition de chaque déficient auditif est propre à son cas (il y a par exemple des “pentes de ski” et autres), et les prothèses sont là pour compenser. encore là, je doute que n’importe qui puisse prendre des prothèses au pif, en retrouvant une bonne ouïe comme par enchantement.

    ça ressemble à de la propagande ou publicité pour les audiopro.

    en tout cas mieux entre masque mieux mais ne résout pas le problème.