L’antichambre de la folie

A force de se concentrer sur son maudit acouphène, à force d’imaginer ce que serait le reste de sa vie avec ce son strident dans son oreille gauche, Simon se rendit au bord de la folie ; il vit le gouffre sous ses pieds, se pencha au-dessus, en chercha le fond. Il avait le choix de s’y précipiter ou non, eut envie de le faire une fois pour toute, en finir, tout régler d’un coup. Puis il imagina les manchettes du lendemain, les mauvaises raisons qu’on invoquerait, les supputations fausses et méchantes qu’on ferait au sujet du film qu’il tournait en ce moment, et lui qui ne serait pas là pour se défendre… Il n’avait jamais été violent, mais il lança une dizaine de CD sur les murs pour se soulager un peu. Cela ne lui fit aucun bien.

Michel Tremblay, L’homme qui entendait siffler une bouilloire

A lire aussi :  Angoisse de la mort et stress post-traumatique

Articles liés

Réponses