Un nouvel ami au petit-déjeuner

Il pensa pendant un instant qu’il s’Ă©tait endormi Ă  la petite table de la cuisine et que la bouilloire sifflait. Il s’Ă©veilla en sursaut, s’Ă©tonna de se retrouver dans son lit, puis se rendit compte que le bourdonnement de la nuit Ă©tait devenu un sifflement aigu des plus dĂ©sagrĂ©ables, mais il se rassura en se disant que c’Ă©tait de bon augure : la bruit allait se perdre, comme cela arrive souvent, dans les notes hautes et il finirait par ne plus l’entendre du tout. Tout cela Ă©tait probablement dĂ» Ă  la pression que le film exerçait sur ses nerfs.
Il dĂ©cida donc de ne pas trop s’en prĂ©occuper, la journĂ©e qui l’attendait Ă©tant particulièrement dĂ©licate.[…]
En se rasant, Simon se surprit Ă  agiter son index dans l’oreille gauche comme il l’avait fait pendant la nuit. C’Ă©tait quand mĂŞme embĂŞtant, ce bruit parasite. En plus de la bouilloire, il se surprit Ă  penser au vendeur ambulant de patates frites, quand il Ă©tait petit, qui annonçait sa venue avec un sifflement semblable Ă  celui qu’il entendait en ce moment. […]
Il n’allait quand mĂŞme pas transporter ce bruit-lĂ  avec lui toute la journĂ©e ! Surtout qu’il avait l’impression de moins bien entendre, tout Ă  coup. Il se boucha l’oreille droite, hurla quelques mesures de Après un rĂŞve. Non, il n’entendait pas moins qu’hier. Il refit la mĂŞme chose en se bouchant l’oreille gauche. Pour se rendre compte qu’il entendait beaucoup mieux du cĂ´tĂ© droit.

Michel Tremblay, L’homme qui entendait siffler une bouilloire

A lire aussi :  Emploi : comment travailler avec des acouphènes ?

Related Articles

RĂ©ponses