Un autre monde est possible. Malheureusement.

Témoignage d’une victime d’hyperacousie sévère : Sylvie.

Je ne sais pas précisément comment mon hyperacousie est arrivée.

J’ai toujours été hypersensible quelque soit le sens odorat, lumière et surtout le bruit. Mais j’arrivais quand même à le gérer en évitant la promiscuité ou le mauvais voisinage, jusqu’à il y a un an….
J’ai beaucoup été exposée au bruit, mon enfance bercé par les sons de hard rock et autres avec un père passionné de son et qui aimait lors de soirées mettre ” des sons sourds” faisant vibrer les vitres, qui me réveillait le matin en claquant la hifi à fond…Voilà, on ne peut pas dire que c’était calme… J’aime la musique, danser, j’étais de l’époque Walkman et techno assez fort dans la voiture, mais j’ai toujours évité les concerts car j’étouffe dans la foule et n’aime pas pas me sentir “prisonnière” Voilà pour ce qui était de mon environnement
J’ai deux problèmes avec le bruit mais qui se mélangent et qui sont parfois difficile à discerner.
J’ai une surdité depuis au moins 15 ans -31 à gauche et -21 à droite qui semblerait être héréditaire, cette hyperacousie depuis un an et maintenant des sifflements permanents.
Je souffre de phobie par rapport aux vibrations, tout ce qui se répercute par les murs, avec la sensation d’être enfermée dans une caisse de résonance, l’obsession du bruit répétitif et inutile du tic tac de la pendule du stylo qui claque sans cesse en réunion. J’ai la sensation d’électricité dans la tête. Et malgré ma surdité, je suis capable d’entendre des sons à des fréquences larges que les autres n’entendent pas . Tout cela crée une véritable Zizanie dans le cerveau…

Ce qui s’est passé avant cette hyperacousie :

  • Coup dans les cervicales
  • Extraction d’une dent (plus malocclusion)
  • Dépression profonde et isolement affectif, social et professionnel

Après une longue période de differents problèmes j’ai fini par retrouver un travail…

… où j’espérais pouvoir enfin retrouver une place dans la société une reconnaissance mais je n’avais pas choisi la bonne “boite” …La cpam et oui après 30 ans dans le privé en tant que commerciale s’il y avait bien un endroit ou je ne devais pas aller c’était bien là…
Bref, je commence en Novembre 2010, enfermée avec des collègues dont un particulièrement bruyant, une vraie tornade, des engueulades dans le bureau, moi payée à rester devant un ordi au milieu de ce magnifique vacarme et ne pouvant sortir prendre l’air.
Puis arrive une formation de 10 semaines, je sentais que j’allais avoir un problème auditif enfermé avec des collègues , les stylos, une mauvaise ambiance et une vraie fatigue car j’habitais un appartement au dessus d’un bar.
J’ai tenu 3 semaines et je m’y ennuyais à mourir, je n’étais pas à ma place et on me le faisait sentir, les stylos, les chuchotements, les vibreurs des téléphones, le rabachage et moi qui n’arrivais plus à me concentrer ma tête est partie en vrille. J’ai cru devenir folle, tellement j’avais mal mais ce n’était pas encore l’hyperacousie. C’était une vraie fatigue due à la surdité et au stress et à l’angoisse.

Et l’hyperacousie est venue jour après jour mais sur une durée d’un mois environ. J’ai tout retourné : est ce l’éternuement de ce fameux collègue qui m’a claqué dans l’oreille ? est ce les colères de mon père que je voyais beaucoup à ce moment là ? Est ce est-ce ????
Beaucoup de questions auxquelles je ne sais pas répondre.
Des chocs dans l’enfance et même dans le ventre de ma mère puisqu’elle a pris des coups et est tombé sur le ventre, des chutes assez graves.
Tout ce que je sais c’est que je suis entrée dans un autre monde que j’ai très peur de l’avenir, que professionnellement ca ne va pas être simple (J’ai été licenciée par la CPAM pendant mon arrét maladie).
En un an j’ai claqué plus de 1000 euros dans l’hypnose, l’acupuncture, l’ostéopathie, l’EMDR, que les Orl ont étaient odieux, et que les généralistes galèrent quand au moins ils savent ce qu’est l’hyperacousie..
Malheureusement, lors de la journée de l’audition personne n’a parlé de l’hyperacousie….
Peut être un jour, le Prince Albert en parlera, car j’avais vu par hasard dans un magasine qu’il avait assisté au bal de la rose avec des bouchons d’oreille car il avait été sensibilisé par l’orchestre du bal précédent. 🙂
J’ai été visiteuse médicale, et je présentais Vastarel. J’avais vu un article et y avais répondu. Je pense en toute sincérité que ce médicament est inoffensif et qu’à l’époque c’était le traitement le plus efficace dans les acouphènes, mais nous précisions à nos médecins qu’il ne faisait pas de miracle sur l’acouphène mais que chez certains patients il y avait de très bons résultats.
Merci d’avoir pris le temps de me lire, c’est un peu brouillon, mais tout cela reste bien flou dans ma “pauvre” tête….
Mais comme diraient ceux qui ont la solution magique : prends sur toi.
😉
A bientôt,
Sylvie

A lire aussi :  Acouphène et folie

Articles liés

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Réponses