Un monde de sourds. Et d’hyperacousiques.

L’enfer de l’hyperacousie douloureuse

Ce jour-lĂ , Louisa profita d’une promenade avec ses parents pour enlever ses bouchons et essayer de souffler un peu. La pression qu’elle ressentait dans les oreilles lui donnait l’impression d’avoir une cocotte-minute Ă  la place de la tĂȘte. Elle Ă©tait au bord des larmes. Des larmes de chagrin et de douleurs.

[…]

La pression dans ses oreilles n’Ă©tait pas partie, mais la souffrance Ă©tait son lot quotidien. Seulement voilĂ , son hyperacousie douloureuse s’empirait. Louisa savait pourquoi, mais les autres…

[…]

De retour Ă  la maison, c’Ă©tait Ă  nouveau l’enfer.

Une circulation infernale du matin au soir, un chien, des voisins bricoleurs, deux maisons en rénovation juste à cÎté, etc.

Tout ces bruits-lĂ  lui causent d’affreuses douleurs, comme si la pointe d’un pic Ă  glace lui lacĂ©rait les tympans. Comme s’il y avait une douzaine de haut-parleurs dans les oreilles et que l’on dĂ©chirait du papier dans un micro qui y est reliĂ©.

Lorsque quelqu’un parle fort, elle le perçoit tel une scie Ă©lectrique qui coupe de la tĂŽle, de l’acier.

Les cris, les coups de marteau(x), la vaisselle, le papier aluminium, les oiseaux, les portes et placards qui claquent, etc. Tout ceci est un véritable enfer pour cette jeune femme qui espÚre tant un jour, voir le bout du tunnel.

Je suis la seule Ă  pouvoir comprendre cette histoire, car Louisa…

… C’est moi !

Extrait du texte “un monde de sourds”, publiĂ© sur Facebook.

(Superbement) Ă©crit par Laura, dont j’avais dĂ©jĂ  parlĂ© en 2008

A lire aussi :  AcouphĂšnes : lettre ouverte aux chercheurs et ORL

Articles liés

Un autre monde est possible. Malheureusement.

TĂ©moignage d’une victime d’hyperacousie sĂ©vĂšre : Sylvie. “Je ne sais pas prĂ©cisĂ©ment comment mon hyperacousie est arrivĂ©e. Tout ce que je sais c’est que je suis entrĂ©e dans un autre monde que j’ai trĂšs peur de l’avenir, que professionnellement ca ne va pas ĂȘtre simple (J’ai Ă©tĂ© licenciĂ©e par la CPAM pendant mon arrĂ©t maladie).”

RĂ©ponses

  1. J’ai vĂ©cu cela, et je le vis encore, en plus supportable. Beaucoup de nous souffrons, mais plutĂŽt que de faire une thĂ©orie sur le bonheur, le malheur et toutes ces gĂ©nĂ©ralitĂ©s, je vais proposer du concret. DĂ©jĂ , une belle chose que Louisa soit sortie … il ne faut pas rester chez toi, quoiqu’il se passe. Les bouchons auditifs (protac, pianissimo) peuvent beaucoup aider. En -30 db dans le cas de Louisa. En dĂ©but de perte auditive Ă©ventuelle, si importante (peut ĂȘtre) , se renseigner sur les rares mĂ©decins qui appliquent des stĂ©roĂŻdes en intratympaniques (type dexamethasone). Alors que certains parlent de gĂ©nĂ©rateur de bruit blanc, est-ce vraiment utile pour l’hyperacousie ? je n’en ai pas l’impression. L’hyperacousie a des chances de s’attĂ©nuer dans le temps (et des fois beaucoup de temps), soit par habituation (du cerveau) soit par vĂ©ritable attĂ©nuation. La pression dans la tĂȘte qu’Ă©voque Louisa, c’est autre chose, je connais aussi … une Ă©trange sensation.

    Si je puis aider ou ĂȘtre utile, je suis Ă  votre dispo…
    Dévoué Kamil