Enfant sourd : discrimination à l’école et en centre de loisirs

La surdité est un handicap : non à la double peine !

Une pĂ©tition est ouverte depuis quelques mois mais l’Ă©cho vient tout juste de me parvenir : je vous en fais part aussitĂ´t.

Lucas est nĂ© avec une surditĂ© profonde bilatĂ©rale. Il est implantĂ© depuis l’âge de 18 mois, il comprend tout ce qu’on lui dit, commence Ă  très bien s’exprimer oralement et se fait comprendre par signe pour le reste.

  1. Premier cas de discrimination : alors âgĂ© de 3 ans et 6 mois en septembre 2008, pour l’inscription en petite section l’Ă©cole de notre quartier n’a pas voulu de lui. Nous nous sommes battus tout l’Ă©tĂ© et la veille de la rentrĂ©e nous avons appris que Lucas Ă©tait acceptĂ© dans une autre Ă©cole.
  2. Deuxième cas de discrimination : cette annĂ©e nous l’avons inscrit en centre de loisirs pour le mois de juillet. A la base pas de problème, puis au vu de son handicap la direction nous a rĂ©duit ses prises en charge et a fini par ne plus en vouloir sans nous le dire vraiment, bien entendu, puisque cela est illĂ©gal !

Nous attendons le plus de signatures possible pour faire bouger les choses et Ă©voluer les mentalitĂ©s pour tous les enfants sourds et/ou handicapĂ©s. Ils ont droit Ă  l’instruction et aux loisirs comme les autres et mĂŞme si c’est une goutte dans l’ocĂ©an on aura tous fait un petit pas vers la tolĂ©rance…

Et, je ne cesse de vous le rĂ©pĂ©ter, la tolĂ©rance, c’est bien :

signer la pétition en ligne.

(Illustration : propagande belge contre la discrimination)

A lire aussi :  Testing Station : This is living

Articles liés

Roberto Juarroz

Poésie verticale. Un bourdonnement de fond témoigne de la présence des choses. Nous avons besoin de la parole et du vent pour le supporter. Un bourdonnement de fond dénonce l’absence des choses. Nous devons inventer une autre mémoire pour ne pas devenir fous. Un bourdonnement de fond annonce qu’il n’y a rien qui ne puisse exister.

RĂ©ponses

  1. Il y a juste une chose qui me chiffonne : on voudrait, surtout les parents, qu’un malentendant se sente bien avec des camardes sans ce type de souci jusqu’Ă  mĂŞme pratiquer des loisirs, mais rĂ©ellement ce n’est pas si simple. Le groupe peut ĂŞtre une souffrance pour Lucas. Lui a-t-on demandĂ© ? si oui l’a-t-on Ă©coutĂ© et summum …. entendu.

  2. Que dire, si ce n’est que tu soulèves un point très juste…

    J’ai moi-mĂŞme Ă©tĂ© en classe pendant des annĂ©es avec une fille qui Ă©tait appareillĂ©e. Elle Ă©tait bien intĂ©grĂ©e, pour autant que je me souvienne. Les instits nous rappelaient de temps Ă  autre son handicap mĂŞme si c’Ă©tait bien souvent superflu.
    Mais qu’est-elle devenue ? Et Ă©tait-ce la meilleure solution ? Je n’en ai pas la moindre idĂ©e.