Karkwa – L’acouphène

Karkwa – L’acouphène, Studio 12

Paroles :

J’écris dans ma chambre à gaz
La folie des images qui passent,
Sur mon lit coulent des couleurs de mauvais goût
J’écris sans faire de détour
Que j’envie la lumière du jour
Et le bruit de la brisure des vagues dans le cou

Mais l’acouphène, la bille qui roule dans mon crâne
L’acouphène, me laisse un arrière-goût de couper des têtes
Le loup, le cri de la bête
Me rend fou

J’écris sous la guillotine
Je m’ennuie du silence endorphine
Dans mon ouïe, les bruits blancs sont de plus en plus noirs
Et l’air…symphonie de vent
J’ai besoin d’air
Jouer comme un enfant la bille d’acouphène
Si je pouvais la prendre, l’acouphène
Je pourrais la lancer à travers la vitre
Oser arrêter le rythme
Me recoller l’oreille qui s’effrite
Et repartir

(Louis-Jean Cormier / François Lafontaine)

Du nouvel album de Karkwa, Les Chemins de verre

Sur itunes

A lire aussi :  Carnaval de Nice : un blessé léger

Articles liés

Concert acouphène : bonheur

Le bonheur, c’est marcher face au soleil sur une route déserte de campagne, au petit matin. C’est se sentir rempli, nourri, comblé de cette énergie solaire apaisante. C’est entendre le souffle du vent à travers les champs de maïs, le concert acouphène de ces milliers d’insectes qui s’expriment gaiement.

Réponses