Liste des médicaments sous surveillance

afssaps

L’Afssaps prépare le bilan des 76 médicaments “à risque”

“Selon l’Afssaps, une quarantaine de ces médicaments, seulement, devrait faire partie de la liste des 76 remise en janvier.

Parmi ces 59 médicaments, figurent notamment Champix, le médicament anti-tabac, l’Antonox, un gaz sédatif utilisé à l’hôpital souvent pour les enfants, Alli, la fameuse pilule anti-obésité, Gardasil, le vaccin contre le papillomavirus, pour éviter les cancers du col de l’utérus, Prevenar, le vaccin contre les infections à pneumocoque (méningites, pneumonies…) pour les enfants. En revanche, l’Acomplia, un autre traitement anti-obésité, et le Thelin, un médicament contre l’hypertension artérielle pulmonaire, qui figurent toujours dans liste, ont été interdits depuis 2008 et 2010.

Quant aux Buflomédil, Nimésulide et Vinflunine, accusés d’être des médicaments dangereux par la revue Prescrire et non référencés par l’Afssaps, on ne sait pas s’ils figureront dans la liste des 76 actuellement finalisée par l’agence.”

A lire ici :

Une nouvelle liste des médicaments sous surveillance

La “chasse aux sorcières” des médicaments qui présentent de forts effets indésirables et sont donc dangereux ne fait que commencer. On se doute que c’est un peu comme l’horizon : plus on s’en rapproche, plus il semble s’éloigner…

A lire aussi :  Un médicament contre les acouphènes : Neramexane

Articles liés

Médicaments sous surveillance renforcée : liste Afssaps

Autorisation de mise sur le marché (AMM) retirée au 1er mars : liste des 77 médicaments. Le Di-Antalvic fait effectivement partie de la liste, ainsi que d’autres médicaments anti-douleur contenant du DXP (dextropropoxyphène) comme le Propofan. Il y a également le Fonzylane / Buflomedil, ainsi que le Nexen. On y trouve aussi le Vastarel, le Trivastal qui m’a fait tant de mal ainsi que le Rivotril, l’abrutissant bien connu des personnes qui souffrent d’acouphènes !

Nexen, nouveau Mediator ?

Un anti-inflammatoire dangereux… et peu efficace. Prescrire revient sur un anti-inflammatoire “pas plus efficace que de nombreux autres”, le nimésulide (Nexen) “encore commercialisé malgré des hépatites graves”, plus de 500 selon un rapport de la Commission d’autorisation de mise sur le marché européenne.

Réponses