Nuisance sonore voisinage : modèle de lettre au syndic

Rock Voisine, nuisance sonore incarnée

Lettre à l’attention du syndic de l’immeuble

Monsieur S.,

Je suis locataire au xx rue xxx.

Hier soir, en rentrant chez moi, quelle ne fut pas ma surprise de trouver, dans ma boîte aux lettre, un papier de votre part signifiant que des locataires s’étaient plaints du “bruit incessant” dans l’immeuble. Ma compagne, hors d’elle à juste titre, vous a même passé un coup de fil.

Cette situation pourrait prêter à sourire mais elle ne m’amuse pas.

Petit rappel des faits :
– lors de notre emménagement en décembre notre voisine du dessous s’est littéralement invitée chez nous alors que nous étions en train de discuter, porte entre-ouverte, de l’état des lieux avec la personne de l’agence. Elle a indiqué, sur le ton de la plaisanterie, qu’elle aimait écouter des films avec le son à volume élevé et qu’il ne fallait surtout pas hésiter à venir la voir si cela nous gênait. Elle a aussitôt ajouté qu’elle ne se priverait pas une seconde de venir nous indiquer si notre bruit l’importunait, ce que nous l’avons bien entendu invitée à faire (règle élémentaire de bon voisinage),
– depuis notre entrée définitive dans les lieux, ie depuis le 29 décembre 2010, nous avons constaté les heures de veillée nocturne de nos voisins du dessous. Avant que je ne débute mon CDI, le 17 janvier dernier, nous avons ainsi remarqué avec étonnement que ces personnes restent debout jusqu’à 2 ou 3 heures du matin, et ceci tous les jours de la semaine. Et que font-elles durant ces heures ? Elles regardent des films et je vous prie de croire que le son n’est pas en sourdine ! Là où cela commence à devenir particulièrement savoureux c’est que, si ces personnes se couchent à des heures indues du lundi au jeudi, elles rejoignent leur couette à 21h / 21h30 durant le week-end ! Ainsi, systématiquement, nous nous sommes retrouvés avec une hystérique qui défonçait notre plancher à coups de balai à 22h01 chaque jour de week-end, alors même que nous regardons simplement la télé à un volume tout à fait raisonnable !
Cette personne étant visiblement particulièrement bien éduquée, elle n’a jamais jugé bon de prendre cinq minutes pour venir nous voir, plutôt que de s’exciter sur son bout de bois.

A lire aussi :  Trance formers

Vous comprendrez encore mieux que cela ne m’amuse pas lorsque je vous aurai indiqué que  je souffre depuis huit ans de graves problèmes auditifs avec, parmi différents symptômes, une hypersensibilité au bruit. Je me fais suivre par différents médecins pour tenter de mieux le supporter et je porte même des prothèses auditives pour moins en souffrir. Il va de soi que je le vis assez mal comme ça et trouve donc bien peu de ressort comique à ce qu’une personne vienne me dire que nous sommes à l’origine d’un bruit incessant dans l’immeuble (!!) Alors même que personnellement je supporte très mal le bruit et que, justement, le bruit qu’elle émet, chaque soirée, chaque nuit, lancinant, usant, stressant, me pourrit mon sommeil et me laisse épuisé au matin ! Je ne suis personnellement pas à la retraite et ai donc besoin de dormir en semaine afin d’assurer correctement mon travail.

Si un tel comportement venait à se répéter, je serais amené à prendre des mesures visant à certifier mon handicap et à faire respecter ma tranquillité.

Cordialement,
LM

Articles liés

TPE sur le risque auditif relatif au bruit excessif : interview

J’ai reçu il y a quelques semaines la demande suivante de la part d’une lycéenne, dans le cadre d’un TPE :

Monsieur Matignon,

Je me permet de vous écrire car deux de mes camarades et moi même souhaiterions vous interviewer dans le cadre de notre TPE (Travaux Personnels Encadrés).
Nous sommes élèves de Première Scientifique au lycée HENRI IV dans le 5e arrondissement de Paris et travaillons sur le sujet: “Et si les bruits et les sons d’aujourd’hui nous rendaient sourd demain ?”

Réponses