Sifflement perçant à l’intérieur du crâne

sifflement perçant

Sifflement perçant, vertige et oreille interne

Les voix furent noyées par une sirène si prolongée, si assourdissante que les oreilles de Michelis bourdonnèrent bien après que le son eut dépassé les limites extrêmes de l’audible. Ensuite, il y eut un grondement de machines, une pâle lueur violette…
Le petit train tournoyait et tournoyait dans le vide, soutenu par rien. Des étoiles multicolores, moyennement brillantes, tourbillonnaient de partout, se levant d’un côté du train pour aussitôt se coucher, puis passer sous le train, courant d’un horizon à l’autre, toutes les dix secondes. Les cris et les rires se remirent à fuser, accompagnés par un bruit de grattement frénétique, puis la sirène hurla de nouveau, faiblement d’abord, pour devenir un sifflement perçant, résonnant à l’intérieur du crâne, puis mourant peu à peu vers des graves inaudibles.
Liu agrippa frénétiquement le bras de Michelis, mais il ne pouvait rien faire d’autre que s’accrocher désespérément à son siège. Chaque cellule de son cerveau lui criait : « Attention ! », mais il était paralysé, malade de vertige.
Lumières…
L’univers aussitôt redevint stable. Le petit train reposait narquoisement sur ses rails ; il n’avait pas cessé de rester immobile. Au fond de l’immense tonneau, des invités échevelés regardaient les passagers aveuglés du train et hurlaient avec une sauvagerie moqueuse. Les étoiles n’étaient rien que des taches de peinture fluorescente, éclairées par des lampes à ultraviolets. L’illusion de rotation avait été entretenue par la sirène qui avait perturbé leur appareil vestibulaire – l’oreille interne, qui donne le sens de l’équilibre.
« Tous dehors ! » cria une voix mâle et puissante.

A lire aussi :  Les cigales, acouphène lancinant

James Blish, Un cas de conscience

* Pour les incultes (honte à vous !), « Washing machine » (= machine à laver) est un album du groupe de rock indépendant américain Sonic Youth, connu pour ses distorsions et autres dissonances… un régal pour les hyperacousiques (qu’ils aient ou non un acouphène d’ailleurs) et tous ceux qui aiment se mettre entre les oreilles un bon sifflement perçant ðŸ˜‰

Articles liés

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Réponses

  1. Effectivement je connais ce groupe qui existe toujours d’ailleurs. Leurs albums sont bien barrés, j’ai écouté goo je crois j’ai pas accroché. Mais je me souviens d’un titre de washing machine assez sympa, cet album était à priori plus accessible. C’es toujours resté plus ou moins underground. C’est sûr que c’est pas maintenant que je m’y mettrai. Parfois les groupes utilise une note tenue très aigue comme dans l’intro don’t cry de guns and roses, maintenant ca m’agresse. Mais les beats de batteries accentué répétitifs m’agressent aussi. Mais bon ca c’est pour parler musique car plein d’autres bruits m’agressent, me stressent me minent le moral, me niquent les oreilles, le ventre. La férocité des rapports humains au travail n’est pas bonne non plus car si tu ne vas pas bien, on veut te détruire ce n’est pas de la parnaoia c’est la triste vérité.