A nous de vous faire préférer le train

L’oreille me relance… me bourdonne, des sifflets !… […] j’entends des trains qui me foncent dessus !… me sifflent, me ronflent plein la tête !…

Louis-Ferdinand Céline, Le pont de Londres : Guignol’s Band II

Quand je vous parle en ce moment, j’ai un train dans l’oreille gauche, un train en gare de Bezon. Il arrive, il s’arrête, il repart…

Louis-Ferdinand Céline, Conversation avec Merry Bromberger. Cahier Céline, n°1.

Céline souffrait d’acouphènes, consécutifs à l’explosion d’un obus non loin de lui, en 1914. Le souffle l’avait projeté contre un arbre. Il a également hérité de terribles migraines…
A lire aussi :  La glorieuse incertitude de la médecine

Related Articles

Réponses