Facebook Рtémoignage : acouphènes et suicide

Les acouphènes qui poussent au suicide (témoignage sur Facebook)

Bonjour, je viens √† vous pour poster mon t√©moignage dans l’espoir d’√©veiller la communaut√© scientifique.

je m’appelle Christophe, j’ai bient√īt 33 ans et je souffre d’acouph√®ne¬†et hyperacousie depuis 3 ans.

Suite √† un accident domestique tout ce qu’il y a de plus b√™te, je me suis bousill√© la vie avec un simple coton-tige.

Nettoyant mes oreilles en faisant plusieurs choses en m√™me temps, je me suis tourn√© trop brusquement. Mon coude a percut√© le s√®che-serviettes murale √† ma droite et l’impact m’a fait m’empaler l’oreille droite sur le coton-tige que je tenais d√©j√† un peu trop en profondeur dans le conduit de mon oreille. Le coton-tige a p√©n√©tr√© mon oreille sans m√©nagement, explos√© mon tympan, travers√© l’oreille moyenne pour frapp√© le fond de la paroi √† l’avant de l’oreille interne. J’ai subit une surdit√© subite tandis que d√©j√† les premiers sifflements qui allaient me pourrir la vie naissaient. Quelques minutes plus tard, je fus sujet √† des vertiges, naus√©es, vomissements qui m’ont entrain√©s vers la perte de l’√©quilibre. Hospitalis√©, il m’a fallu plusieurs semaines pour apprendre a me d√©placer sans tomber, puis retrouver l’√©quilibre. Cependant, je ne vais pas m’√©tendre dans toutes mes m√©saventures, cela serait trop long √† √©crire.

Je vivais pr√®s de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, et je travaillais dans une entreprise en tant que pr√©parateur de m√©langes parfum√©s. Je n’ai pas pus reprendre cette activit√© et j’ai d√Ľ d√©m√©nager pour revenir en Picardie, pr√®s de ma famille, mais plus pour me rapprocher des sp√©cialistes pouvant m’aider √† revivre.

A lire aussi :  Les forums, alaise ou malaise ?

Depuis cet accident, voila 3 ans, j’ai esp√©rer que mes acouph√®nes disparaissent de la m√™me mani√®re qu’ils sont apparus ; en vain. 6 mois plus tard, j’ai retrouv√© un travaille en usine, mais le port des bouchons obligatoires m’a plong√© dans le silence hurlant qui me mitraille. Je suis tomb√© en d√©pression, fait plusieurs crises de t√©tanie, puis je me suis vue reclus √† mon domicile, shooter aux m√©dicaments pour une anxio-d√©pression s√©v√®re qui persiste encore aujourd’hui.

J’ai √©t√© consult√© un sp√©cialiste sur la r√©gion parisienne pour y apprendre que je subissait des acouph√®nes biaxials de forts amplitudes et de l’hyperacousie moyenne. On a tent√© de m’aider par divers proc√©d√©s chimiques, appareillages auditifs et th√©rapies musicales et m√©dicales, mais au bout de 3 mois, je ne supportais plus ce que j’entendais. Ces sifflements… j’aurais donn√© ma vie pour qu’ils cessent ; ce que j’ai tent√© de faire. Apr√®s 3 semaines de d√©lires intenses √† me ratatiner dans les coins de la maisons, musique √† fond et mains cramponn√©es √† mes oreilles en pleurant, j’ai pris mon stocke de m√©dicament, une bouteille de soda et je suis parti en voiture au bord de la mer. je pensais que je ronflement des vagues d’√©crasants sur une plage de galets pourrait me soulager ; vain espoir. C’est √† cet instant que j’ai pris conscience que rien ne saurait me soulager de cris de roulettes de dentiste que je suis le seul √† percevoir et subir. J’ai donc pris la d√©cision d’y mettre un terme en avalant tout ce que j’avais : anxiolytique, anti√©pileptique, antid√©presseur, somnif√®re… bref, toutes les drogues que j’avais amass√© depuis le d√©but de mon anxio-d√©pression. Je n’ai jamais voulu survire √† cela, mais je voulais que l’on retrouve mon corps, alors j’ai repris le volant et suis rentr√© chez moi, sans trop me souvenir comment. j’ai march√© tant bien que mal jusqu’√† mon lit et me suis r√©veill√© une semaine plus tard √† l’h√īpital. J’ai bien failli r√©ussir. Les m√©decins ont pas mal gal√©r√© √† me gard√© en vie. J’avais une dose suffisante pour me tuer, et si un ami n’√©tait pas intervenu, je serais enfin en paix aujourd’hui. 1 an est pass√©, et je ne regrette rien, hormis le fait de mettre r√©veill√©… avec mes acouph√®nes. Si j’en veux √† mon ami ? Aux secouristes ? Aux m√©decins urgentistes ? Oui. Je n’ai rien demand√© √† personne? je n’ai pas demand√© √† √™tre sauv√©. Je voulais le silence et la paix, mais m√™me √ßa, la vie n’a pas souhait√©e me l’offrir.

A lire aussi :  Les gens sont des cons (.com)

J’ai appris a vivre avec mes acouph√®nes depuis, mais je subis de nouvelles tortures. Mon hyperacousie s’aggrave. Je ne supporte plus beaucoup de bruit. presque tout du quotidien me d√©range ou me fait mal. Quant aux acouph√®nes, ils se rebellent et montent le son de leurs cris. Comme si 2 dans chaque oreilles ne suffisaient, un troisi√®me, plus puissant, plus vorace encore s’√©veille. Je pense encore au suicide. toujours. je n’en parle pas. je ne veux pas que l’on me sauve. j’ai peur de devenir fou. j’ai peur de me faire mal. de me mutiler. D’arracher de ma t√™te ces salet√©s d’oreilles gueulardes. Je pleurs de nouveau. j’ai peur de mon devenir. de ce soir. de cette nuit. de demain. du pire en pire. du plus en plus… non, je ne veux pas que l’on me sauve, je veux que l’on me soigne. je veux gu√©rir. vite. bient√īt. avant de p√©ter un plomb. avant de l√Ęcher prise, une fois encore. Pourtant, je sais qu’il n’y a plus d’espoir √† ch√©rir. la science ne progresse pas aussi vite que cette maladie qui me d√©vore la t√™te.

L’avenir ? je n’y crois pas. je ne le vois pas. n’y pense m√™me plus. cela me fait trop peur de croire que je pourrais vivre √† l’√©cart du monde dans le vacarme qui se joue dans ma caboche √† l’infini.

Je veux vivre. je veux revivre. ou laissez-moi plonger dans si pur silence auquel j’aspire d√©sesp√©r√©ment.

merci de votre compréhension.

bien à vous.

Témoignage sur les acouphènes et le suicide, lu sur Facebook

Articles liés

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Réponses

  1. Commentaire sur ce billet, toujours lu sur Facebook :

    Sylvie Lecerf
    “Je suis touch√©e par votre t√©moignage. Si vous me lisez, Christophe, sachez que je vous comprend, m√™me si cela ne sert √† rien et ne vous avance pas. Je me permet de dire cela car je connais ce sentiment de solitude o√Ļ m√™me les amis plus proches ne peuvent vous aider. Je suis plus pass√©e par des crises a√Įgues d’hyperacousie, qui vous t√©tanisent. Peut √™tre est il possible d’apprendre √† vivre avec, j’ai lu un extrait du livre d’Anthony Delon qui est d’ailleurs sur ce site “oreille malade”. On m’a souvent parl√© d’acceptation, ce qui m’a mise en col√®re plus d’une fois, me sentant incomprise. Sauf que quand il n’y a pas de traitement il faut bien accepter. Je me suis √† une √©poque rapproch√©e d’un centre anti douleur et ils m’ont aid√©. Peut √™tre accepterions nous nos maux et nos diff√©rences si nous n’avions jamais connu “le silence”. Se dire que ces bruits ou cette intol√©rance aux bruits les plus normaux font partie de ce que nous sommes. Voil√†, ce que je peux vous dire, bien sur c’est toujours plus facile √† dire qu’√† faire.” Sylvie

  2. Les laboratoires pharmaceutiques ne font rien pour aider les gens qui ont des accouph√®nes. Ils sont capables de cr√©er des m√©dicaments comme le Cymbalta qui provoquent des tremblements, des mouvements involontaires, des insomnies, des palpitations, des cauchemars, de l’hypervigilance en faisant croire aux gens qu’il s’agit de “pilules du bonheur”, et tout le monde y croit. C’est la loi du fric. Par contre, on ne trouve aucun traitement contre les acouph√®nes.

  3. Bonjour Christophe, je ne sais si vous lirez mon message qui arrive presque un an apr√®s le votre, mais votre post m’a √©mue aux larmes. Comme vous je suis ext√©nu√©e et je n’ai que 21 ans. Avant le “drame”, cela faisait quelque temps d√©j√† que mes oreilles me lan√ßaient des “avertissements”, mais je n’avais alors pas daign√© les √©couter…. √† l’√©poque (il y a deux ans) je sortais beaucoup dans des lieux bruyants (boites, concerts, bars musicaux) et j’en ressortais fr√©quemment avec l’impression d’avoir du coton dans les oreilles et o√Ļ quelques sifflements (qui ne duraient pas plus de quelques heures) se manifestaient. Ayant des pr√©dispositions h√©r√©ditaires aux probl√®mes auditifs (mon grand-p√®re √©tait sourd √† trente ans, mon oncle sourd d’une oreille et malentendant de l’autre)j’avais alors r√©duit largement mes sorties et “revu √† la baisse” les modalit√©s d’√©coute de mon baladeur, en terme de temps et de volume. Un temps, mes oreilles s’en port√®rent mieux.
    Il aura suffit d’une fois, il y a un an, pour faire basculer ma vie dans le cauchemard √©veill√©. Un accident b√™te, stupide m√™me, comme c’est souvent le cas: cet apr√®s-midi l√† je r√©visai un partiel √† la biblioth√®que universitaire en compagnie de ma cousine et d’une amie √† elle. Le partiel ayant lieu juste apr√®s, j’√©tais relativement stress√©e et je supportais mal que ma cousine et son amie parlent fort et rient juste √† c√īt√© de moi. Apr√®s leur avoir demand√© √† maintes reprises de bien vouloir parler plus bas, ce qu’elles ne firent pas, je fis l’erreur colossale d’enfoncer les √©couteurs de mon baladeur dans mes oreilles pour couvrir leurs voix. En effet, si je ne supporte pas que l’on parle √† c√īt√© de moi lorsque je travaille, un fond musical sans parole ne me d√©range absolument pas. 10 minutes suffirent √† faire basculer ma vie, c’√©tait un morceau de guitare style flamenco, que j’√©coutai pendant 10 malheureuses minutes √† son volume maximum. En √ītant les √©couteurs, le mal √©tait fait. Oreille droite insensible, bouch√©e, bourdonnement. Me disant que c’√©tait temporaire, et devant me rendre √† mon examen, je n’y pr√™tais qu’une attention mod√©r√©e.
    Un an presque jour pour jour, et √ßa n’est pas pass√©. Entre temps, mon bourdonnement √† l’oreille droite s’est transform√© en tintement, puis en sifflement incessant, permanent, accompagn√© d’une hyperacousie rendant ma vie sociale infernale: plus de musique, phobie du bruit, plus de sorties, plus de silence. Je donnerai tellement cher aujourd’hui pour passer 20 minutes dans le silence le plus total. Le pire est de l’avoir connu, ce silence. De l’avoir eu pour soi toute ces ann√©es sans l’appr√©cier √† sa juste valeur… D’autant plus pr√©cieux qu’il appartient d√©sormais au pass√©… J’ai tout essay√©, sauf m’arracher les oreilles. Je pense au suicide, beaucoup et de plus en plus. La vie nous joue des tours sans cesse: dire que juste avant que cet accident ne m’arrive, cela faisait 6 mois que je r√©apprenais √† vivre apr√®s une anorexie de 3 ans qui m’avait √īt√© toute joie de vivre. Je pensais en √™tre sortie d√©finitivement, je reprenais go√Ľt √† la vie, j’apprenais √† m’aimer, √† aimer les autres, je voyais du monde, beaucoup, souvent, sortir de l’anorexie me faisait l’impression d’√īter un voile opaque de devant mes yeux, j’√©tais pr√™te √† vivre. Cet √©tat de gr√Ęce, celui qui accompagna ceux qui aujourd’hui m’apparaissent comme les plus beaux jours de ma vie, est termin√©. R√©duit √† n√©ant par ces 10 putin de minutes d’inconscience.
    Le pire reste le comportement des autres: l’incompr√©hension, le manque total d’empathie, les plaisanteries, parfois (“dis-le que tu ne veux pas venir avec moi en boite au lieu d’inventer tes excuses !” “ah, t’entends des bruits dans ta t√™te ? Vous √™tes combien √† l’int√©rieur ? “) Bref, pire que tout, ce sont ces blagues “hilarantes” et du meilleur go√Ľt qui me donnent envie d’en finir. Se sentir isol√©e comme jamais, isol√©e par ce carcan sonore que je suis la seule √† entendre, voir l’incompr√©hension teint√©e d’angoisse dans les yeux de mes parents et des rares personnes qui essaient -ESSAIENT- de se mettre √† ma place. Je suis trop timor√©e pour me suicider, ou peut-√™tre n’ai-je pas encore atteint les limites de ma r√©sistance… la r√©sistance… il y a des soirs, tr√®s rares ceux-l√†, o√Ļ je l√Ęche prise. J’accepte, si on veut. Le mental r√©siste, en permanence. Or j’ai appris lors de mon anorexie que la souffrance √©tait le produit de la r√©sistance mentale que l’on oppose en toute circonstance √† ce qui est, √† ce qui nous arrive. Oui, mais l√† c’est diff√©rent. Il est plus facile d’accepter ce qui ne nous vrille pas les oreilles de jour comme de nuit. Il y a la souffrance que l’on cr√©e, et celle que l’on subit. C’est comme √ßa. Mais moi je refuse. Je refuse que ces connards de m√©decins exp√©dient nos souffrances d’un “il y a pire” ou d’un “vous vous y habituerez”. Marre de cette solitude √† laquelle me contraignent mes acouph√®nes. Folle de rage et de douleur d’avoir vu les projets qui commen√ßaient √† na√ģtre dans mon esprit √™tre balay√©s instantan√©ment et irr√©vocablement par cette vague de folie et de d√©sespoir. d√©sesp√©r√©e et d√©go√Ľt√©e par l’attitude des autres. L’anorexie m’avait coup√©e de toute vie sociale et surtout affective, en sortir m’avais ouverte √† l’amour d’une personne : j’y ai renonc√©. Plus rien ne compte lorsque le silence n’existe plus. Certains jours je r√©alise le ridicule de cette situation qui est la mienne, la notre: perdre la raison √† cause d’un bruit que l’on est seul √† entendre: assister √† la destruction de notre cerveau par…. lui-m√™me.
    Le pire dans tout √ßa, c’est ce m√©lange de frustration, de col√®re et de haine qui m’a envahit depuis un an alors qu’il m’√©tait √©tranger. Je suis frustr√©e de voir les autres croquer √† pleine dents une vie que je vois m’√©chapper. En col√®re contre ceux -innombrables- qui ne font pas l’effort ne serait-ce que d’ESSAYER de comprendre. Et par dessus tout, j’en veux √† ma cousine, irrationnellement mais fatalement je lui en veux, elle qui est sans doute celle qui essaie le moins de comprendre, elle qui rit lorsque je lui dit que ce bruit dans mon oreille est en train de d√©truire ma vie et de ruiner ma raison, elle qui peut se permettre d’aimer la vie, elle a qui tout sourit alors que j’ai tout perdu, en partie par sa faute. Rage terrible envers les fabricants de baladeurs, les m√©decins, ce syst√®me pourri jusqu’√† la mo√ęlle o√Ļ l’on sacrifie des gens (en l’occurence, leurs oreilles) au service du fric. Presque aucune pr√©vention, on vend aux gens des armes de destruction massive dont ils se serviront dans l’inconscience la pllus totale…. contre eux-m√™me. Je deviens aigrie et hargneuse lorsque ce putin de sifflement me laisse le loisir de penser. Je m’accroche, pour le moment je tiens bon, mais pour combien de temps? L’amour que je voue √† ma famille et √† mes amis me retient pour le moment mais la d√©pression qui revient au galop abolira t√īt ou tard mes sentiments et mes √©motions. Pour l’instant, je me contente d’y penser. Souvent. Pas un jour, pas une heure ne passe sans que l’envie d’en finir ne me taraude l’esprit. Pour l’instant je la repousse. Je bois pas mal, je fume aussi, le p√©tard (que je touchais rarement avant) m’aide √† dormir. Il n’√©clipse pas le bruit, mais m’y rend indiff√©rente pour quelques heures… avant l’√©ternel recommencement. Je sais que mon message est d’un d√©faitisme monstre, qu’il va probablement en √©nerver et en d√©courager plus d’un mais √† vrai-dire l’opinion des autres m’est indiff√©rente depuis que j’ai perdu espoir en la vie.
    Je vous souhaite √† tous plus de courage que je n’en ai, plus de force aussi. Bonne soir√©e -√ßa ne se veut pas ironique- et une grosse pens√©e pour tous.
    Sarah

    1. Bonjour Sarah alias Luna22,
      Je ne vais pas m’√©tendre sur ton t√©moignage, ceux qui prendront le temps de le lire en entier verront √† quel point il est bouleversant. Je voudrais juste savoir si tu arrives quand m√™me √† parler de tout √ßa r√©guli√®rement, √† des personnes qui ne sont pas compl√®tement bord√©es, ne serait-ce que pour en √©vacuer une petite partie…?
      PS: n’h√©site pas √† t’inscrire sur le site, ce sera bien plus pratique ūüėČ

    2. Vendredi 1 Mars
      Cette note de Sarah est absolument touchante .
      Bouleversante cette note parce que Sarah à la vie devant elle à 21 ans mais il va falloir faire face de trop bonne heure à un handicap rugeux et pervers.
      Il y a des b√©quilles et les vieux acouph√©niens en connaissent d’assez bonnes ! Mais l√† c’est dur tr√©s dur !
      Mais si je peux me permettre et si j’√©tais √† la place de sarah sans lacher la piste ORL je commencerai par prendre la piste psy..VITE , pour ne pas m’enfoncer dans ma solitude et dans la d√©pr√©ssion en usant de produits sans doute nocifs par des effets secondaires ennuyeux sur le moyen terme ( sur le coeur et la PA mais aussi des p√©rturbations assez graves qui font l’objet de parutions ) .
      Le psy ne connait sans doute que les cons√©quences de l’ac s√©vere mais il pourra doser un produit qui n’engendrera pas ou moins de pens√©es de TS √ß’est urgent Sarah !!! c’est urgent ! Do it !!!!….SVP …

      Il y a le Rivotril aussi..!

      je vous envoie du courage en wagon … et des pens√©es pleines de compr√©hension vers vous !

      Guy

    3. Bonjour Luna,

      Ton t√©moignage est tr√®s bouleversant. D’autant plus que je me reconnais beaucoup dans ce que tu d√©cris.

      J’ai la rage. La rage contre les m√©decins. Contre ce syst√®me qui favorise l’argent plut√īt que la sant√© publique.
      La rage contre mon oreille de merde qui siffle constamment sans que je comprenne pourquoi et quelle en est la cause.

      Comme tu dis, il y a la souffrance que l’on subit et la souffrance que l’on cr√©er.

      √áa fait 2 ans que je traine √ßa. J’ai qu’une envie c’est de m’exploser la cervelle.

      1. Bonjour Pricillia,
        Je suis nouveau sur ce site. La réponse à ta question se trouve sur mon article
        L’HYPERACOUSIE ET LES ACOUPH√ąNES ART 205. Normalement, en cliquant dessus, tu devrais pouvoir
        avoir un d√©but de r√©ponse. Si ce n’ai pas le cas, rentre cet intitul√© sur Google.fr et clique dessus pour avoir le d√©roul√©. L’administrateur a √©t√© inform√© √† ce sujet.
        cordialement Antoine.

          1. Je suis parti du principe qu’il existait comme sur center blog (mon site particulier) plusieurs administrateurs. En fait j’ai adress√© √† un responsable une copie de mon blog qui traite d’une fa√ßon in√©dite l’acouph√®ne et l’hyperacousie. Sur mon BLOG” L’HYPERACOUSIE ET LES ACOUPH√ąNES, j’ai la possibilit√© de d√©velopper le sujet et n’importe quel internaute d’un simple click peut avoir acc√®s √† tous les articles que j’ai √©crit. Apparemment ce n’est pas le cas des internautes “oreille malade”. Tous les internautes de center blog disposent d’un outil performant qui permet d’enregistrer des articles, des images vid√©os etc…
            Cordialement @tonyoo.

          2. Il y a un seul administrateur ici en effet.

            Vous m’avez effectivement envoy√© un mail ce week-end, juste apr√®s votre inscription, avec une copie d’un texte issu de votre blog, mais sauf erreur vous ne m’avez rien dit de plus ni expliqu√© quoi ce soit et pour tout dire je n’ai pas encore eu le temps d’aller voir votre blog, donc je n’en sais pas plus pour le moment. Pour toute dire, vous dites r√©pondre √† une question de Pricillia… sauf qu’elle ne pose aucune question. Donc cela m’intrigue un peu ūüėČ

            Pour votre point sur la possibilit√© de consulter tous les articles d’un m√™me auteur, cela existe sur 99,9% des sites dans le monde, et c’est donc aussi le cas d’Oreille malade ūüôā

        1. Bonjour admin,
          Je reconnais humblement que je me suis plant√© et je m’en excuse. N√©anmoins, je ne voudrais entrer dans une pol√©mique n√©gative si vous le voulez bien.
          Pour allez droit au but, je vous informe officiellement que j’ai adress√© √† votre service un article d’une grande importance. Il touche particuli√®rement les personnes hypera-cousiques. Lundi 2 Juin, j’ai rendez vous avec mon O.R.L attitr√© √† l’h√īpital de la Timone √† Marseille, afin d’effectuer un examen particulier sur les hautes fr√©quences. Tout est expliqu√© dans l’article inscrit en bleu:
          http://tonyoo.centerblog…….ETC art-205. √Ä la suite de cet examen, j’aurais plus d’informations sur l’hyperacousie. Afin d’ avoir une id√©e au sujet de mes articles, je vous sugg√®re de prendre connaissance de cet article. Je vous sugg√®re pour en savoir peu plus sur mon approche, de vous reporter sur l’article ” L’ HYPERACOUSIE ET LES ACOUPH√ąNES ART 24″ ainsi que l’article ART 97 ou sont r√©unis pratiquement tous mes blogs et autres. Si vous pensez que vous pouvez en tirer
          quelque chose, je suis à votre disposition.
          Nota: Dans mon article ART 24 concernant le paragraphe LA CHASSE AUX PSEUDO-ACOUPH√ąNES ( Dans mon Jargon) Ecrit le 24Mars 2012, Je parle en autres que j’ai d√©couvert qu’une infection d’une dent √©tait √† l’ origine d’une augmentation du niveau sonore de mon acouph√®ne . L’extraction de cette derni√®re avait r√©duit sensiblement le niveau sonore de mon acouph√®ne.
          Cordialement @tonyoo.

    4. Pareil je suis victime d’acouph√®ne bilat√©rale aigu√ę que je traine depuis trente ans tout √† commencer entre 16ans √† 47ans ma vie est devenue cauchemardesque.”poser moi des questions j’esp√®re vous r√©pondre

  4. Je suis √©galement tr√®s touch√©e par le t√©moignage de Luna, j’ai connu ces moments de d√©sespoir, d’angoisse et et de grande col√®re, voir de haine. Aujourd’hui, si je vais mieux et que j’ai retrouv√© une grande partie de ma joie de vivre c’est parce que tout simplement…mes oreilles vont mieux! Il n’y a pas de secret! Si cel√† n’avait pas √©t√© le cas je serais rest√©e au fond du gouffre… L’hyperacousie a vraiment diminu√© (merci la trt √† laquelle je suis r√©ceptive) et j’ai la chance d’avoir des acouph√®nes d√©j√† faibles √† la base mais devenus tr√®s discrets avec le temps que j’entends seulement la nuit ou avec les oreilles bouch√©es. Reste que parfois la douleur revient un peu et que je demeure concern√© par le sujet. Je suis de pr√®s les forum et les avanc√©es scientifiques en la mati√®re. J’esp√®re pour tous que votre hyperacousie va s’am√©liorer, parce que ce n’est pas forc√©ment irr√©versible et √ßa c’est important de le signaler! Je fais maintenant tr√®s attention et chaque petit progr√®s constat√©e est une victoire. Quand j’ai pu retourner au cin√©, avec bouchons bien sur, j’en ai pleur√© de joie! Reste que j’√©vite d’y aller trop souvent et que j’ai fait une croix sur les concerts et les manifestations trop bruyantes tout comme j’ai jet√© mon mp3!
    Je pense vraiment que la recherche avance certes lentement mais surement et que l’on trouvera des solutions √† moyen terme. La reg√©n√©ration des cellules cili√©es n’est pas de la science fiction, elle sera possible dans un avenir pas si lointain . C’est pour √ßa qu’il est important de garder espoir et de ne pas faire de connerie. Je sais que c’est facile pour moi qui ai eu la chance de voir les choses √©voluer dans le bons sens mais quand on a seulement 20 ans, si jeune, il est probable que les choses s’am√©lioreront avec du temps,(certes beaucoup de temps).
    amicalement
    Ivich

  5. J’ai 68 ans bient√īt …et des acouph√©nes depuis l’age de 37 ans.
    Il ne me reste aujourd’hui que le Rivotril ( et encore .. pour combien de temps ?… ) 5 gouttes sinon avec plus de 5 les tendances aux pens√©es suicidaires s’accentuent.
    J’en suis l√† aussi… comme quelques autres sur ce site je cogite.
    Mais depuis quelques mois l’ac a pass√© un nouveau cap vers le haut et alors l√†… je me pose la qu√©stion et je songe ” partir ” aussi.
    Je suis m√™me en train de chercher le moyen le moins invalidant pour mon entourage c’est dire.
    Ainsi je serai pr√™t en quelque sorte ” au cas ou ” .. au cas ou le prochain cap sera non seulement la perte de sommeil non seulement la d√©pr√©ssion non seulement le regret de devoir abandonner des gens que j’aiment mais tout simplement parce que cette souffrance fait que j’aurai capitul√© .
    Le prochain cap pourrait √™tre l’apparition du seuil de la douleur ” physique “.. il parrait que c’est rare mais l√† j’ai une pens√©e de compassion pour ceux qui sont dedans d√©ja.
    Je ne pourrai pas car je suis us√© … us√©…. us√©…
    Je vous aime mes amis acouphéniens , courage à tous .
    Cordialement

    1. La douleur physique, je connais par coeur et je confirme, c’est abominable. Surtout quand elle est permanente. Je vous souhaite de ne jamais l’avoir mais comme vous ne l’avez jamais eu jusqu’ici j’imagine qu’il n’y a pas de raison qu’elle apparaisse maintenant ūüôā

      Ne l√Ęchez pas, il faut continuer de mettre des coups de pieds au cul des ORL, des chercheurs, des m√©decins pour qu’ici on finisse enfin par comprendre ce qui a √©t√© compris dans pas mal d’autres pays au sujet des acouph√®nes et de l’hyperacousie.

      1. Merci …
        Je ne lache pas ..non..
        Au fait , j’ai derni√®rement tent√© IMERTA… √† Marseille , un bilan sanguin (√ßa c’est pas mal m√™me si j’ai eu le r√©sultat 1 mois apr√©s ) , une radio du rachis , un √©lectro cardio , une prise de tension , mesure du potentiel √©voqu√© audiogramme s√©rieux , discussion … discussion.. √©coute … √©coute..mais c’est couteux surtout avec le voyage et deux jours sur place.
        Bilan je suis revenu frustr√© avec un fichier MP3 √† √©couter ( correspondant √† la mesure de l’ac chez moi 8000 Hz. )
        un conseil √† tous …
        Ne pas s’arc bouter sur des fichiers √† √©couter surtout avec une tendance √† l’hyper acousie ..no good.
        Parc contre je conseille vivement √† chacun de t√©l√©charger Atmoshp√©re Lite qui reproduit des sons naturels avec un vaste choix , dont l’Oc√©an en travaillant sur l’ordi ou ” comme √ßa ” c’est un d√©rivatif..

        Amitiés à tous
        Guy

  6. Ca me d√©sole de savoir que la souffrance physique provoqu√©e au quotidien et √† chaque instant chez certain dont ” oreille malade ” est √† ce point de douleur…

    Toute ma compréhension et compassion à ceux et celles qui souffrent

    Sincérement

  7. J’envois ce t√©moignagne en m√©moire de mon p√®re . Mon p√®re a souffert d’acouph√®nes pendant une dizaine d’ann√©es. Je le voyais souffrir de ce chatiment sans ne pouvoir l’aider. Il d√©crivait ses acouph√®nes comme un sifflement de train, une ruche d’abeilles et dans les derniers temps , il disait qu’un nouveau bruit s’√©tait ajouter , comme un tic tic tic , comme une minuterie. Sa qualit√© de vie √©tait devenue innexistante. Il ne supportait aucun bruits , t√©l√©vision, traffic, il n’√©tait plus capable d’aller ou il-y-avait de trop de monde. Il √©tait papy de 2 beaux petits enfants et il s’emp√™chait de rester trop longtemps car les cris et le bruit des jouets ne fesait qu’aumenter son bruit dans les oreilles. Il √©tait si malheureux de √ßa. Il est aller voir son m√©decin de famille, un orl mais personne ne savait quoi faire pour lui venir en aide. Nous avions entendu parler que certaines personnes se fesait faire des appareils auditif et que leur acouph√®nes avait diminu√©s. On avait eu un espoir a ce moment la. Nous avons fait faire des appareils main en vain, C’√©tait pire. Il n’arrivait plus a dormir. Il √©tait fatigu√© mais incapable d’aller se coucher car il savait qu’il ne ferait que tourner en rond. Il nous disait que le son √©tait de plus en plus fort chaque jour. Ma soeur et moi avons fait des recherches pour trouver un moyen de l’aider mais rien. Papa , nous racontait que quand il parlait de ses acouph√®nes au m√©decin , elle le regardait comme-ci il √©tait fou. Il nous disait : elle me dit presque que j’invente √ßa. Il se sentait seul au monde car il ne pouvait pas faire entendre ces bruits a personne. Parfois il me disait colle ton oreille sur la mienne pour voir si tu l’entend… J’aurais voulu mais je n’entendais rien. Combien de soir j’ai pass√© avec lui assis sur le balcon parce qu’il n’arrivait pas a dormir, qu’il avait peur… Mon p√®re √©tait tout pour moi. Je l’aimais tant.. Nous √©tions si proches de lui , qu’il a commenc√© a nous parler du suicide.. Il nous disait qu’il avait un plan. Qu’il √©tait en train de virer fou et que si √ßa ne cessait pas on devrait le faire enfermer. Nous l’avons vu souffrir pendant tant d’ann√©es, sans pouvoir l’aider mais nous √©tions la. Pour l’√©couter et lui offrir notre soutient. Plus le temps passait plus il nous parlait du suicide. Et la il s’arr√™tait et s’excusait en disant : √ßa n’a pas d’allure de vous parler de √ßa … papa ne ferait jamais √ßa. Il disait que c’√©tait nous ces 2 belles grandes filles qui lui donnait la force de rester et d’endurer ce vacarme infernal. Il nous aimait tant qu’il continuait de vivre avec ses acouph√®nes juste pour ne pas nous faire de la peine. Mais nous √ßa nous tuait de le voir souffrir ainsi. Nous l’aimions tant qu’un jour on lui a dit : √©coute Papa , nous pouvons imaginer ce que tu endure a chaque jour, nous t’aimons et si jamais tu d√©cides de partir par toi m√™me nous accepterons ta d√©cision. Tu penses a nous depuis tant d’ann√©es mais un jour il faudra que tu pense a toi .. Et voila , le lundi 12 novembre 2012 j’ai re√ßu un appel de ma soeur me disant que Papa √©tait parti. Il avait t√©l√©phoner a ma soeur pour lui dire qu’il partait, que sa d√©cision √©tait irr√©vocable . Il avait laiss√© une lettre . M√™me si il nous en avait d√©ja parl√©, ce fut un choc d’apprendre que le fameux jour √©tait arriv√©. Tout le reste c’est d√©roul√© dans l’amour. Les gens qui sont venu au salon √©tait sous le choc et nous regardait avec de la piti√©. Mais ma soeur et moi avions une relation tellement privil√©gi√©e avec mon p√®re que c’est nous qui leur donnait du courage. Nous avons √©crit des lettres qui on √©t√© lues pendant la c√©r√©monie afin de faire comprendre a tout le monde toute ces souffrances que notre p√®re vivait depuis si longtemps. Il √©tait enfin bien et avait retrouver ce silence qu’il voulait temps. Le suicide n,est pas facile pour ceux qui restent mais je sais aujourdhui que pour mon p√®re c’√©tait la seule fa√ßon pour lui d’enfin vivre paisiblement. Notre amour pour lui est plus fort que la mort. Sur la carte de remerciments, nous avons fait inscrire ceci , LE SILENCE MERVEILLEUX QUEL BEAU BRUIT. POUR AVOIR SAUV√Č UN PAUVRE COMME MOI.J’√ČTAIS PERDU MAIS MAINTENANT JE ME SUIS RETROUV√Č. J’√ČTAIS SOURD MAIS MAINTENANT J’ENTENDS. Le pire dans tout cette histoire, c’est que mon p√®re ne voulais pas mourrir. C’√©tait frustrant pour lui mais ce l’est √©galement pour tout ses proches qui l’aimait. Nous avons perdu un homme merveilleux a cause d’un probl√®me qui n’est pas gu√©rissable. J’envois toutes mes pens√©es aux familles qui vivent avec un proche qui souffre d’acouph√®nes. Je sympatise a votre tristesse et a votre d√©tresse. Pour les personnes qui entoure le malade que pouvons nous faire d’autre qu’√™tre la et donner amour et √©coute …. Bon courage