Une vie, un destin : le blog d’une hyperacousique

Laura,22 ans, Sessenheim (67), nous parle sur son skyblog, « une vie, un destin », de son hyperacousie douloureuse congénitale et de sa vie au quotidien.

C’est un peu dur Ă  lire, mais c’est indispensable…

[lien supprimĂ© car malheureusement le blog en question n’est plus disponible]

A lire aussi :  TĂ©moignage guĂ©rison acouphène : guĂ©rie après dix annĂ©es de galère

Related Articles

Un monde de sourds. Et d’hyperacousiques.

L’enfer de l’hyperacousie douloureuse. Ce jour-lĂ , Louisa profita d’une promenade avec ses parents pour enlever ses bouchons et essayer de souffler un peu. La pression qu’elle ressentait dans les oreilles lui donnait l’impression d’avoir une cocotte-minute Ă  la place de la tĂŞte. Elle Ă©tait au bord des larmes. Des larmes de chagrin et de douleurs.

Lien entre surdité et acouphènes

Sourd aux oreilles qui sifflent…

Est-ce que toute hypoacousie est synonyme d’acouphènes ? Quel est le pourcentage de patients acouphéniques sans hypoacousie ? Et l’inverse ? Quelle est l’étiologie la plus fréquemment rencontrée pour une hypoacousie et/ou des acouphènes ? Résultats de cette étude menée auprès de 1 500 patients.

Lutter contre l’insomnie

Insomnie chronique ou passagère ? Comment retrouver le sommeil ? Lorsque l’on souffre d’acouphènes, un des éléments les plus perturbés est sans contexte le sommeil. Même si l’on a la « chance » de souffrir de sifflements d’intensité faible ou modérée, il est difficile de s’endormir lorsqu’un bruit aigu flotte dans l’air.

RĂ©ponses

  1. La pauvre gosse… je l’ai mise dans mes favoris et je vais la suivre rĂ©gulièrement. Je lui ai dĂ©jĂ  laissĂ© un message. J’ai eu la « chance » de voir (entendre ?) les acouphènes dĂ©barquer avec leur copine hyperacousie Ă  seulement 48 ans… J’ai pu profiter de ma vie « d’avant ». Mais, lĂ , si jeune… c’est trop nul.