Concert acouphène : bonheur

Hymne à la joie

Le bonheur, c’est marcher face au soleil sur une route déserte de campagne, au petit matin. C’est se sentir rempli, nourri, comblé de cette énergie solaire apaisante. C’est entendre le souffle du vent à travers les champs de maïs, le concert acouphène de ces milliers d’insectes qui s’expriment gaiement. Le bonheur, c’est voir ces champs  de couleur jaune rouille s’étalant à perte de vue. Le bonheur, ce sont ces nuages qui se découpent sur le ciel bleu.

Le bonheur c’est…

… un “concert acouphène” ? Pourquoi pas. Il ne sait certainement pas de quoi il parle !

Ahh, le bonheur c’est l’automne.

Je comprends mieux ! 😉

A mes yeux – et mes oreilles – le printemps et l’été sont tellement plus… heureux. D’ailleurs, le concert acouphène insectueux que je préfère, c’est bien celui, estival, des grillons et cigales…

(Hymne à la joie, neuvième symphonie de Beethoven… qui souffrait se violents acouphènes…)

A lire aussi :  L’Homme raffole des Tamagotchis

Articles liés

Karkwa, l’Acouphène et le Vrai Bonheur

Je vous parlais récemment de Karkwa et sa chanson l’Acouphène. Le groupe a récemment enchanté, en concert, Philippe Rezzonico, journaliste chez Rue Frontenac, même s’il émet quelques réserves :

La définition des instruments durant Le Pyromane et Acouphène avait quelque chose de brouillon.

Miles Davis – Kind of Bloop… une sorte de Kind of Blue ?

Une des preuves récurrentes du génie de Miles Davis était son obsession pour le rôle des pauses, dont Kind Of Blue et, à près de dix ans d’écart, In A Silent Way restent les exemples les plus frappants. Ce Kind Of Bloop livre un traité de passage à la moulinette de la nuance. Les versions de So What, Freddie Freeloader prouvent que cette génération, celle du culte du kitsch et du renversement mauvais goût/bon goût, a très bien identifié son ennemi : le silence, cette saloperie mortifère si ardue à faire rentrer dans l’essoreuse gamer.

Réponses