Beethoven : sourd, acouphénique et malheureux

Beethoven souffrait de surditĂ© mais Ă©galement, fait moins connu, d’acouphènes invalidants.

Ce sont en rĂ©alitĂ© ses sifflements d’oreille – bien plus que la surditĂ© – qui lui rendaient la vie infernale, ce qu’il a exprimĂ© Ă  plusieurs reprises.

Il a ainsi Ă©crit, en 1810 :

« Si je n’avais pas lu qu’on ne doit pas quitter volontairement sa vie aussi longtemps que l’on est capable d’une bonne action, j’aurais abandonné ma vie sur cette terre depuis longtemps – et je veux dire par là de mes propres mains. Cette vie est belle, sans conteste, mais dans mon cas elle est empoisonnée pour toujours.»

Ludwig Von Beethoven, qui ne vĂ©cut pas heureux et n’eut pas beaucoup d’enfants.

A lire aussi :  Le bruit au travail, nuisance mĂ©connue

Articles liés

Concert acouphène : bonheur

Le bonheur, c’est marcher face au soleil sur une route déserte de campagne, au petit matin. C’est se sentir rempli, nourri, comblé de cette énergie solaire apaisante. C’est entendre le souffle du vent à travers les champs de maïs, le concert acouphène de ces milliers d’insectes qui s’expriment gaiement.

RĂ©ponses